Jusqu’à ce que qu’il leur soit venu des poches

3123612757_1_2_krmrh2ygLorsque M. Defferre ou M. Palewski nous mettent en garde contre la « domination américaine », il nous la baillent belle, parce que la domination américaine est là, et elle ne nous vient pas des Etats-Unis mais d’une acceptation d’un mode de vie qui exige la création de besoins de plus en plus artificiels pour faire tourner de plus en plus vite et avec de plus en plus d’ampleur la machine socio-industrielle. Le résultat, c’est un déchaînement matérialiste annihilateur de tout ce qui fut français depuis Montaigne… La France, c’était du fait à la main, à tous les points de vue, dans tous les domaines, patiemment, avec respect de la qualité et de l’œuvre. Il y avait un certain respect, une honnêteté dans les rapports des mains avec la vie, une certaine ‘honnêteté intellectuelle’… Cette honnêteté intellectuelle qui est si totalement absente du concept « Europe-puissance », inventé d’abord contre l’URSS et maintenant contre les Etats-Unis. Les mains, tu sais… Bon, je ne vais pas chialer, je suis trop vieux pour ça… Mais des mains ridées, prudentes, qui avaient un rapport ‘vrai’, un rapport ‘honnête’ avec ce qu’elles faisaient… La France, c’étaient des mains humaines, avec un vrai sens du toucher, du fond et de la forme, et qui avaient un peuple derrière elles – et pas seulement une démographie – n’est-ce pas, M. Debré, M. Foyer ? – « pour faire face à la Chine de l’an deux mille »… Michel Debré m’étonne toujours, quand il parle de « nation », à propos de la France… Le temps que la France a passé comme « nation » sur l’échiquier de l’histoire, ce n’est rien par rapport à l’histoire de ses mains et de leur œuvre… La France était une façon de vivre et de penser, ce n’était pas une Europe-prothèse… Rétrograde? Mon vieux, ils me font marrer. Le plus grand progrès que l’humanité ait connu eut lieu lorsque le Moyen Age a découvert le ‘passé’ : il a découvert l’Antiquité, la Grèce, et c’est ainsi qu’il s’est ouvert sur l’avenir… S’imaginer qu’en cinq mille ans d’œuvres aucune racine permanente n’a été plantée, c’est d’une rare imbécilité… Les mains françaises, c’était vraiment une civilisation, jusqu’à ce que qu’il leur soit venu des poches. Maintenant, le pays est fait de poches qu’il s’agit de remplir et d’agrandir, afin de les remplir et de les agrandir encore davantage, et de les remplir encore plus… C’est ça la « domination américaine », ce n’est pas le Pentagone. A partir du moment où on a perdu son œuvre, où l’on est incapable de la recréer ou d’assumer les sacrifices qu’il faut pour tenter d’en créer une autre, d’une même inspiration humaine, à partir du moment où l’âme est devenue une poche qui ne cesse de grandir, il faut accepter la réalité de la civilisation outrancièrement, outrageusement totalitaire dans son matérialisme à laquelle on appartient et s’y situer franchement, sans attendre que la Tanzanie nous lâche ou que le roi Fayçal nous tire de là…

Romain Gary, La nuit sera calme

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s