« Mais que voulez-vous donc mettre à la place des prisons ? »

Image

« L’ordre des choses qui produit la division entre voleurs et volés, « sauvageons » et policiers, rmistes et barons Seillières, Tapie et Ghellamn (…), nous ne l’avons pas voté. C’est donc un marché de dupes que de nous sommer de nous prononcer sur ce qui est bon pour le maintenir et sur les moyens de punir ceux qui occupent la position de l’infracteur. »

« La question ‘Mais que voulez-vous donc mettre à la place des prisons ?’ vise à faire occuper au citoyen ordinaire la place de l’Etat, elle vise à lui faire adopter sur la société le regard de l’autorité, de la police, le point de vue inconditionnel de l’ordre (…) Elle appelle l’abandon de tout point de vue critique sur ce dont cet ordre est fait et ce dont il se soutient. »

« Se refuser à réduire la question de la prison au point de vue de la police est donc le plus élémentaire des droits du citoyen éveillé. C’est son droit de se dire rigoureusement et définitivement intolérant à l’horreur pénitentiaire. »

Alain Brossat, Pour en finir avec la prison, 2001

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s