Le dessous du spectacle Cahuzac

gangsters

Un sinistre a avoué, ou a été forcé à avouer qu’il avait fraudé.
Et toute la classe politique de dénoncer, avec la plus extrême gravité, un comportement inadmissible, scandaleux. Un véritable outrage ! Une trahison ! Impardonnable ! Le nommé Cahuzac, considéré jusqu’à peu comme le meilleur d’entre eux est réduit aujourd’hui à la dignité de punching-ball.
Une véritable descente aux affaires.
Un politicien a fraudé. Et alors ?
Qu’est-ce que cela peut bien faire qu’un politicien ait violé la loi ?
En quoi la loi – leur loi – serait-elle si juste pour que nous en fassions un point de repère moral ?
Toute cette classe politique passe son temps à voler. En toute légalité. Avec notre plein assentiment. C’est même là le seul fondement objectif de son existence.
Toute cette classe politique vole, à son profit bien sûr, mais aussi et surtout au profit de la racaille capitaliste, dont elle n’est au final que le bras armé et le secteur communication.
Le régime économique qu’elle défend et sert est un régime de pur racket.
C’est avec sa précieuse, son indispensable collaboration que les richesses du pays, qui ne sont jamais créées QUE par les seuls travailleurs, sont détournées au profit d’une petite minorité de parasites.
Et l’on ne parle pas seulement des presque soixante milliards d’euros volés aux Français chaque année pour payer les intérêts d’une dette fictive à des banquiers.
Un politicien a menti ? Et alors ?
Toute cette classe politique passe son temps à mentir, en premier lieu sur sa raison d’être – elle ne saurait en faire autrement.
Toute cette classe politique n’est rien d’autre qu’une bande de voyous, qu’une bande de voleurs et d’assassins.
Qu’est-ce que la fraude et les mensonges de Cahuzac à côté de tout cela ?
Qu’est-ce que cela peut faire que Cahuzac nous ait volé un peu plus et d’une manière un peu moins conforme à la loi que les autres membres de sa classe ? C’est toute cette classe qui devrait être balayé en bloc, c’est l’existence même de toute cette classe politique qui devrait être remise en cause. Il faut vraiment être naïf ou de mauvaise foi pour prétendre que la voracité sans bornes de Cahuzac pourrait être une regrettable exception, que tout ce beau monde, au gouvernement ou dans la prétendue opposition, pourrait être habité par une ambition plus forte que celle de se servir, de s’en foutre plein les poches.
A quoi bon donc tout ce cirque ?
Qu’a donc fait de si terrible ce Cahuzac, aux yeux de sa caste, pour être soudainement livré à la vindicte populaire ?
Cela n’a évidemment rien à voir avec cette bien dérisoire histoire de fraude.
Un règlement de comptes entre gangsters ?
Une manœuvre de grande ampleur dont Cahuzac sert de rideau de fumée ?
Il est certain que c’est une divine surprise pour toute cette classe politique qui a l’occasion de se refaire une virginité sur le dos de Cahuzac-le-salaud. Rien de tel en effet qu’un bouc émissaire, qu’un Diable de confort pour concentrer sur lui toutes les fautes, pour détourner sur lui toutes les colères, pour apparaître face à lui comme un rempart vertueux, comme la solution – bien qu’on soit pourtant le problème. Bien sûr, il y aura les politiciens de droite qui joueront la comédie de la « droite morale » rempart contre la « gauche immorale », mais il y aura aussi de belles âmes de gauche à la Gérard Filoche pour persuader le citoyen naïf que la gôche reste l’indépassable camp du bien.
Une fois de plus on vous promettra, on vous convaincra via mille et une astuces que cette fois, c’est sûr, on va moraliser la vie politique. Comme si on pouvait moraliser une mafia ou une armée de mercenaires ! Il y a-t-il d’ailleurs vraiment besoin d’y croire pour continuer à leur faire confiance ? Cela va de soi qu’on ne saurait se passer des hommes politiques, dira le bon citoyen. Et puis vaut toujours mieux les pourritures qui-sont-là que les pourritures lepénistes qui-seront-encore-pire, n’est-ce pas.
Vous croyez peut-être que les politiciens ont peur du « tous pourris » ? Cela fait deux siècles qu’ils savent à merveille le gérer. Depuis deux siècles de soi-disante démocratie les affaires n’ont jamais eu raison de leur toute-puissance, de leur existence prétendument indispensable. Gérer, dompter, exploiter le « tous pourris », voilà toute l’affaire de cette classe politique et de ses chiens de garde « journalistes ». Derrière l’appel grotesque au sursaut républicain, une seule obsession : comment maintenir la légitimité d’une classe politique intrinsèquement pourrie ? comment lui permettre de continuer à voler, à exploiter, à tuer sans en avoir trop l’air ?
On n’a jamais entendu ni Mediapart ni Marianne ni d’autres torche-culs prétendument incorruptibles dénoncer, par exemple, les soixante milliards d’euros volés aux Français chaque année. Dénoncer les petits scandales pour masquer les gros, feindre de défendre une démocratie qui n’existe pas pour mieux défendre une ploutocratie qui existe bel et bien, c’est tout un art – de la manipulation.
Alors, oui, contrairement aux apparences, il s’agit bien d’une divine surprise pour toute cette classe politique plus que jamais sous la menace d’une grande colère populaire. Ce sera l’occasion de jouer le grand numéro de la moralisation, dans le cadre duquel tout vous sera promis et concédé pourvu que l’essentiel n’ait pas à l’être. Tout pourvu que vous ne remettiez pas en cause la prétendue nécessité de la démocratie représentative, et l’accaparement de votre souveraineté par une classe politique.
Pour parfaire le spectacle, pour convaincre la populace de l’inutilité de toute révolte, il ne manquera plus ensuite que la parodie de justice française surjoue la justice en feignant de s’attaquer au puissant Cahuzac pareillement à n’importe quel misérable voleur de poules.
Puisse le peuple ne plus tomber dans les innombrables pièges des politiciens et aller cette fois jusqu’au bout de sa colère. Puisse-t-il ne plus cautionner en aucune manière cette classe politique.
Ils prétendent moraliser la vie politique ? Démoralisons la vie politique !
Nous n’avons pas besoin d’eux. Démocratie directe, maintenant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s