L’impossible « voiture propre »

andy-singer-helpIl n’existe pas plus de « voiture propre » que de « guerre propre ». Du pillage des ressources naturelles à la production de milliards de tonnes de déchets, des millions de morts à l’édification d’un univers déshumanisé, le terme « voiture propre » est un non-sens.

Avant même d’avoir fait son premier kilomètre, une automobile aura produit une part importante de sa pollution. Chaque nouvelle voiture demande pour sa construction 300 000 litres d’eau. L’édification d’un véhicule, « propre » ou non, exige 20 fois plus de matières premières que son seul poids, soit 30 tonnes pour produire une voiture de 1,5 tonne (1).

A l’autre bout de la chaîne, ce sont deux millions de véhicules particuliers légers qui sont jetés annuellement en France, soit, notamment, 280 000 tonnes de vieux pneus, 30 000 tonnes de résidus de batteries et 400 000 tonnes de déchets industriels spéciaux (2).

Même si une partie de plus en plus large de ces déchets sont recyclés, leur transformation entraîne à son tour de nouvelles pollutions. Dotée d’un parc nucléaire surdimensionné, la France cherche à promouvoir la voiture électrique sous le label « voiture propre ». Pourtant, celle-ci présente un écobilan largement inférieur à un véhicule classique, à moteur thermique embarqué. D’après l’ADEME (3), la voiture électrique nécessite 62 % d’énergie en plus pour le même rendement. L’énergie est produite hors du véhicule. Elle doit donc être transportée, puis stockée, ce qui engendre à chaque étape d’importantes déperditions. Les batteries (plomb, cadmium …) nécessaires à ce stockage sont elles-mêmes hautement nocives et produisent des déchets à durée de vie infinie.

Un des rares avantages du véhicule électrique est le faible niveau de nuisance sonore à faible vitesse. A partir de 60 km/h, ce gain disparaît, les bruits de frottement l’emportant sur ceux du moteur. La « voiture écologique », qui ne consomme que trois litres tous les 100 km, rend la conduite automobile meilleur marché et est donc plus attrayante. Le nombre de voitures sur les routes et le nombre de kilomètres parcourus augmentent en conséquence. Il s’agit du même effet pervers que pour les véhicules neufs : l’automobiliste recourt plus facilement à une automobile en bon état, surtout si elle bénéficie d’un label environnemental. Son déplacement ne se reportera alors pas sur un mode véritablement écologique (marche à pied, vélo, transports en commun…). De plus, si les véhicules neufs émettent moins de CO2, ces gains sont souvent annulés par l’arrivée de la climatisation en série, grosse dévoreuse d’énergie et productrice de polluants hautement toxiques (CFC…).

La pollution atmosphérique, le pillage des ressources naturelles non-renouvelables et les déchets ne constituent qu’une partie des nuisances de la « voiture propre ». Le bruit, les millions de morts, de blessés, avec leur cortège de traumatismes physiques et psychiques, l’insécurité, le stress, la haine, l’envahissement de l’espace, le bétonnage et la déshumanisation de notre cadre de vie demeurent. Même mue par un moteur au jus de carotte bio, l’automobile resterait la principale source de nuisances écologiques et sociales de nos civilisations. La pollution atmosphérique ne fait que nous la rendre plus visible.

Il est important de comprendre que l’achat d’une voiture ne se limite pas à l’acquisition du véhicule en tant que tel mais aussi à tout l’univers qui lui est lié, c’est-à-dire des autoroutes, les rocades, les stations-service, les pétroliers pour transporter le carburant, les grandes surfaces (atteignables grâce à la voiture), les usines (pour produire ces automobiles et cet univers)… tout un milieu qui engendre un mode de vie à l’origine de la majeure partie de la crise environnementale.

Rappelons que 80 % de la population mondiale n’utilise pas de voiture, que l’automobile ne s’est généralisée en Europe que depuis quarante ans. L’automobiliste est un marginal tant dans le temps que dans l’espace. L’obsession de la recherche d’une solution technique aux nuisances causées par l’automobile est symptomatique de l’idéologie dominante. Les croisés du progrès voudraient qu’au nom du réalisme, nous fassions une croix sur notre rêve humaniste d’un monde sans voiture. Non seulement une approche véritablement rationnelle exige exactement l’inverse, mais, nous le savons, la seule réponse crédible à la crise écologique est culturelle, philosophique, politique. Les réponses techniques, si elles sont importantes, demeurent secondaires. Le problème n’est pas de construire des voitures propres, mais d’arrêter de produire des voitures. Le discours des défenseurs de « l’automobile écologique » rejoint en fait celui des promoteurs du « développement durable » ou de la « croissance soutenable ».

Il consiste à repeindre en vert un système fondé sur deux croyances irrationnelles : le caractère infini des ressources planétaires et la capacité illimitée de la biosphère à absorber notre expansion. Une attitude culturellement contre-productive, car elle cautionne un système fondamentalement destructif. A l’image de la voiture propre vantée par EDF, elle présentera un écobilan négatif.

Vincent Cheynet

(source : http://carfree.fr/index.php/2007/11/22/limpossible-voiture-propre/)

(1) T&E Bulletin – n° 89 – Juin 2000.
(2) L’auto ou la ville – n° 2 – Avril 1996.
(3) Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s