« Notre problème n’est pas la désobéissance civile. Notre problème, c’est l’obéissance civile » (Howard Zinn)

Lecture par Matt Damon d’un extrait d’un discours d’Howard Zinn sur la désobéissance civile (vidéo Dailymotion).

« Je pars de l’hypothèse que le monde est sans dessus dessous. Que tout va mal. Que les mauvaises personnes sont en prison, et que de mauvaises personnes sont hors des prisons. Que les mauvaises personnes sont au pouvoir, et que les mauvaises personnes n’ont pas de pouvoir. Que la richesse est distribuée dans ce pays et le monde de telle sorte qu’elle n’exige pas simplement une petite réforme mais une redistribution radicale de la richesse.

Je pars de l’hypothèse que nous n’avons pas à en dire trop à ce sujet car tout ce que nous avons à faire est de penser à l’état du monde d’aujourd’hui pour se rendre compte que les choses sont complètement à l’envers.

Maintenant si vous ne pensez pas, si vous vous contentez d’écouter la télé et de lire des choses académiques alors vous vous mettrez à penser que les choses ne vont pas si mal ou que juste de petites choses ne vont pas. Mais vous devez vous détacher un peu et puis revenir et regarder le monde et là on est horrifié.

Donc, nous devons commencer par cette supposition que les choses sont vraiment à l’envers. Et notre sujet lui-même est à l’envers : la désobéissance civile. Dès que vous dites que le sujet est la désobéissance civile, vous dites que notre problème est la désobéissance civile. Ce n’est pas notre problème. Notre problème, c’est l’obéissance civile. Notre problème c’est le nombre de personnes du monde entier qui ont obéi aux ordres des dirigeants de leur gouvernement et sont allés à la guerre, et des millions ont été tués à cause de cette obéissance. Nous reconnaissons cela pour l’Allemagne nazie. Nous savons que le problème était l’obéissance, que les gens ont obéis à Hitler. Les gens ont obéis ; c’était une erreur. Ils auraient dû attaquer, et ils auraient dû résisté, et si seulement nous avions été là, nous leur aurions montré. Même dans la Russie de Staline, nous pouvons comprendre que les gens sont obéissants, comme des moutons.

Rappelez-vous ces jours sombres quand les gens ont été exploités par la féodalité? C’était terrible au Moyen Age, mais maintenant nous avons la civilisation occidentale, l’autorité de la loi. L’autorité de la loi a régularisé et maximisé l’injustice qui existait avant l’autorité de la loi. C’est ce que l’autorité de la loi a fait. Lorsque dans toutes les nations du monde, l’autorité de la loi est le chouchou des dirigeants et la peste des gens, nous devrions commencer à la reconnaître.

Nous devons transcender ces frontières nationales dans nos pensées. Nixon et Brejnev ont beaucoup plus en commun l’un envers l’autre que nous n’en avons avec Nixon. J. Edgar Hoover a beaucoup plus en commun avec le chef de la police secrète soviétique qu’il n’en a avec nous. C’est le dévouement international à l’ordre public qui lie les dirigeants de tous les pays dans un lien de  camaraderie. C’est pourquoi nous sommes toujours si surpris quand ils se réunissent. Ils sourient, ils se serrent la main, ils fument des cigares. Ils s’aiment vraiment les uns les autres, peu importe ce qu’ils disent.

Ce que nous essayons de faire, je suppose, est vraiment de revenir aux principes et aux objectifs et à l’esprit de la Déclaration d’indépendance. Cet esprit est la résistance à l’autorité illégitime et aux forces qui privent les gens de leur vie et de la liberté et le droit de poursuivre le bonheur, et donc, dans ces conditions, il exhorte le droit de modifier ou de supprimer leur forme actuelle de gouvernement et la contrainte a été de l’abolir.

Mais pour établir les principes de la Déclaration d’indépendance nous allons avoir besoin de sortir du cadre de la loi, de cesser d’obéir aux lois qui exigent de tuer ou qui alloue les richesses de la façon dont ça été fait ou qui met les gens en prison pour de petites offenses techniques et qui garde d’autres personnes hors des prisons pour de terribles crimes.

Mon espoir est que ce genre d’esprit prendra place non seulement dans ce pays mais dans d’autres pays car ils en ont tous besoin. Les gens de tous les pays ont besoin de l’esprit de désobéissance envers l’Etat qui est, et ce n’est pas quelque chose de métaphysique, mais une force et une richesse. Et nous avons besoin d’une sorte de déclaration d’interdépendance entre les personnes de tous les pays du monde qui se battent pour la même chose. »

Howard Zinn (1970)

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s