L’économie, science de l’asservissement

« Il suffit de relire l’Economique de Xénophon pour comprendre de quoi il retourne dans l’économie. Ce dialogue traite de la meilleure façon pour un maître de gérer son domaine. Comment faire en sorte que les esclaves travaillent au mieux et produisent le plus de richesse sous la férule de l’épouse-intendante ? Comment faire en sorte que l’épouse gère les esclaves avec le plus de diligence et d’efficacité ? Comment faire en sorte que le maître ait le moins de temps à passer dans l’oikos et que son oikos, son domaine lui procure le plus de puissance matérielle, de richesse ? Ou encore : comment organiser l’asservissement économique de la maisonnée afin de contrôler au mieux la servitude de ses gens ?

On notera au passage que le terme « contrôler » tire son étymologie de la technique comptable médiévale consistant à vérifier chaque compte sur un contre-rouleau. Quand naît l’économie politique, au XVIIe siècle, elle montre d’emblée le souci de faire en sorte que la « libre activité » des sujets assure le maximum de puissance matérielle au souverain. Science de la richesse des souverains puis des nations, l’économie est donc essentiellement science du contrôle des esclaves, science de l’asservissement. C’est pourquoi son outil principal est la mesure, dont la valeur marchande n’est que le moyen. Il faut mesurer pour contrôler, parce que le maître doit pouvoir s’adonner tout entier à la politique. Depuis ses origines, l’économie organise la servitude de telle manière que la production des esclaves soit mesurable. Si le fordisme s’est un temps universalisé, c’est parce qu’il permettait non seulement de produire plus mais aussi de mesurer dans ses moindres détails l’activité des ouvriers. L’extension de l’économie est en ce sens identique à l’extension de la sphère du mesurable, qui est elle-même identique à l’extension du capitalisme. Ceux qui dénoncent la diffusion quasi universelle des pratiques d’évaluation jusque dans les recoins les plus insoupçonnés des conduites humaines témoignent de la pénétration du capitalisme dans nos vies, dans nos corps, dans nos âmes.

L’économie traite effectivement des besoins : de ceux des dominants, c’est-à-dire de leur besoin de contrôle. Il n’existe pas une économie réelle qui serait la victime du capitalisme financier mais seulement un mode d’organisation politique de la servitude. Sa prise sur le monde passe par sa capacité de tout mesurer grâce à la diffusion planétaire de toutes sortes de dispositifs numériques – ordinateurs, capteurs, iPhones, etc. – qui sont immédiatement des dispositifs de contrôle.

L’abolition du capitalisme, c’est avant tout l’abolition de l’économie, la fin de la mesure, de l’impérialisme de la mesure. Pour l’heure, il faut mesurer pour celui qui n’est pas là, pour le maître, pour le cerveau ou le bureau central, pour que celui qui n’est pas là ait prise sur ce qui est là (cela se nomme sobrement le reporting). Ceux qui vivent là, qui travaillent là, savent bien ce qu’il leur faut mesurer pour leur propre organisation locale : celui qui se chauffe au bois a intérêt à mesurer le nombre de stères qu’il a dans son garage, ceux qui produisent telle machine ont intérêt à mesurer le stock de métal dont ils disposent avant de se lancer dans la production. Quant aux formes de production dont la seule vertu est d’être contrôlable de loin, par le chef ou le siège, elles seront détruites pour laisser la place à une autre rationalité que celle du maître. »

Eric Hazan & Kamo, Premières mesures révolutionnaires

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s