Pour sauver le climat : détruire le capitalisme !

!cid_DF1A4410ED6B4AC0BE9EFD0CF9D482BC@Acer

Si l’on veut vraiment sauver le climat, il faut commencer par détruire le capitalisme.
Non, il ne suffira pas, comme on voudrait nous le faire croire, de quelques efforts ici et là, de développer un peu les énergies renouvelables, pour empêcher le chaos climatique.
La solution n’est pas technique, elle est politique et morale.
Ce n’est pas de prouesses technologiques dont nous avons besoin, mais d’une révolution. D’une révolution politique et culturelle.
Nous devons remettre en cause un système tout entier, celui du capitalisme. Nous devons remettre en cause ce capitalisme qui est non seulement un système économique mais aussi un système de valeurs, une vision du monde, un imaginaire.
C’est le capitalisme qui, en subordonnant tout au profit, détruit le climat et l’environnement.
C’est le capitalisme qui, en nous incitant à produire et consommer toujours plus, détruit le climat et l’environnement.

Le principe du capitalisme, c’est le pognon avant tout. Le pognon tout de suite. Le pognon encore et toujours. Il faut faire du profit, il faut faire des gains de productivité, il faut faire des économies, et alors toute autre considération – qu’elle soit environnementale, sanitaire ou humaine – passe après, et c’est une logique que le capitalisme a réussi à imposer dans toute la société. Il faut faire toujours plus de profit, et en conséquence tout est appelé à devenir une source de profit, tout est voué à être transformé en marchandise, et alors plus rien n’est sacré – dans ce système les dégâts causés à l’environnement sont si peu un problème qu’ils sont aussi des occasions de faire du business.

Il faut faire du pognon, il faut accumuler toujours plus de pognon, ce qui veut dire concrètement pour le capitaliste : augmenter toujours plus sa production, et réussir à l’écouler. Ce qui donne, à l’échelle de la société, le culte de la « croissance », quasi-unanimement partagée. Il faut produire toujours plus, et donc consommer toujours plus – ce qui explique nos modes de vie consuméristes, ce qui explique la nécessité de créer en permanence de nouveaux besoins par le matraquage publicitaire et l’obsolescence programmée de nos divers appareils électriques. Et c’est cette course folle et sans fin à la croissance économique et à l’approfondissement de nos modes de vie (qu’on livre en exemple à suivre à tous les pays soi-disant « en retard ») qui nécessitent une énorme consommation (ou plutôt le gaspillage) d’énergies fossiles telles que le pétrole – et expliquent ces émissions massives de gaz à effet de serre qui provoquent aujourd’hui le réchauffement climatique.

Il suffit de s’intéresser à la question des transports pour appréhender l’impact désastreux du capitalisme et de son idéologie sur le climat. Une grande part du gaspillage d’énergie est en effet due aux transports de marchandises qui s’effectuent sur des distances de plus en plus longues. Les capitalistes veulent faire toujours plus de profits, ils veulent produire toujours moins cher, ils veulent pouvoir vendre toujours moins cher pour vendre toujours plus, et c’est pour cela qu’on délocalise nombre de productions dans des pays où la main-d’œuvre est très bon marché, qu’on préfère importer plutôt que de produire nous-mêmes – et pour transporter tous ces produits et matières premières d’un pays à un autre, voire d’un bout à l’autre de la planète, il faut évidemment consommer beaucoup de pétrole…

Tous responsables ?

Remettre en cause le capitalisme, c’est aussi faire le procès de tous ses grands organisateurs, de tous ses grands promoteurs. Ne nous laissons pas mystifier par le discours du « tous responsables » qui vise à dépolitiser la question et à évacuer les responsabilités. Non, ce n’est pas « l’homme », « l’activité humaine » en général qui serait responsable du réchauffement climatique, mais une certaine organisation du monde, et certains groupes humains. La majeure partie des êtres humains habitants sur cette planète – ceux qui ont la chance de vivre encore à l’écart de nos modes de vie délirants ou ont la malchance de subir la misère – n’ont aucune responsabilité dans ce réchauffement climatique (ce qui ne les empêchera pas d’en être les premières victimes…). Ce sont les pays « riches », industrialisés, qui sont les responsables du réchauffement climatique – dans lesquels il faut certes distinguer la responsabilité immense des dirigeants économiques et politiques de celle des populations consommatrices (et on ne parle évidemment pas de tous ceux, nombreux, qui sont exclus de la consommation). Si tous les habitants de la planète vivaient comme les Français, il faudrait trois planètes pour que nos déchets soient absorbés par la nature et ne provoquent aucun impact sur le climat – cinq si nous vivions tous comme des Américains, mais une planète suffirait largement si nous vivions comme des Burundais ! Bien évidemment, ce ne sont là que des moyennes, mais elles éclairent bien les responsabilités du système capitaliste consumériste et montrent aussi à quel point nos modes de vie ne sont pas généralisables – et donc indéfendables, si nous sommes soucieux non seulement d’environnement mais aussi de justice et de paix. Notons aussi, pour prendre la mesure des responsabilités des uns et des autres à l’intérieur des pays occidentaux, qu’à peine quatre-vingt-dix multinationales sont responsables des deux tiers des émissions de gaz à effet de serre !

Sauver le capitalisme ou sauver le climat, il faut choisir

Réduire drastiquement l’exploitation et la consommation du pétrole serait extrêmement bénéfique pour le climat, mais cela serait un cataclysme économique et, au regard de la répartition actuelle des richesses, un véritable désastre social. Il faut bien comprendre que tout notre système économique, toute notre puissance économique, tout notre « confort » d’occidental repose sur le pétrole, cette énergie aux propriétés prodigieuses et très bon marché – d’autant plus bon marché que nous pillons avec soin les pays riches en pétrole, en particulier les pays arabes. Le coût économique du pétrole est essentiel : si la France a eu de la croissance économique en 2015, c’est uniquement grâce à la baisse du prix du pétrole… Il n’existe aucun substitut au pétrole, aucune énergie qui aurait tous les avantages (techniques et économiques) du pétrole sans ses inconvénients (émissions de gaz à effet de serre). Il ne faut pas, à ce propos, se faire des illusions à propos des énergies dites renouvelables qui ne sont pas si renouvelables que cela (leurs fabrications nécessitent des matériaux en voie de raréfaction), ni vraiment propres et de toute manière au fonctionnement bien trop coûteux pour espérer tirer d’elles ne serait-ce que le maintien du niveau de production actuel. Bien sûr, certains espèrent, croient fermement qu’une solution technologique sera un jour trouvée, mais est-il franchement responsable de continuer à détruire le climat et dilapider ce qui nous reste de pétrole en attendant une hypothétique solution à tous les problèmes ?

Tout le monde peut se rendre compte qu’il n’est pas possible de défendre à la fois le capitalisme et le climat. Qu’on ne peut pas viser à la fois la croissance économique et la sauvegarde de la planète. Qu’on ne peut pas à la fois défendre et étendre nos modes de vie consuméristes et vouloir mettre un coup d’arrêt à l’extinction des espèces.

Prendre des mesures écologiques, même fortes, même ambitieuses tout en restant dans le cadre capitaliste productiviste sera sans grand effet dans la lutte contre le réchauffement climatique. Il ne sert à rien de faire des économies d’énergie dans tel ou tel domaine si le profit continue à faire sa loi, autrement dit impose et incite à de nouvelles consommations d’énergies dans d’autres domaines. Il est une constante de nos sociétés consuméristes que dès que des gains d’énergie sont réalisés ils sont aussitôt annulés par ce qu’on appelle l’« effet rebond » : notre maison est mieux isolée donc on devient moins regardant sur sa consommation de gaz, notre nouvelle voiture consomme moins que l’ancienne donc on en profite pour installer un climatiseur, etc. C’est dire que sans changer nos comportements, c’est-à-dire sans changer en même temps le système qui les façonne, on voit mal ce qui pourrait advenir de positif.

Il ne sert à rien non plus de développer, même considérablement, les énergies renouvelables si nous maintenons et accroissons encore notre niveau de production et de consommation – il n’y a pas d’énergie totalement propre, et le recours massif aux énergies renouvelables génèrera aussi des émissions de gaz à effet de serre (ne serait-ce que pour leur fabrication), sans compter d’autres types de pollutions et de nuisances.

De même, à quoi bon promouvoir des initiatives et des alternatives écologistes – aussi nécessaires soient-elles – si on laisse le capitalisme prospérer à côté : le capitalisme finit toujours par récupérer et marchandiser tout ce qui le conteste ou lui échappe, et ainsi lui faire perdre toute dimension et toute potentialité subversives – le bio n’est-il pas devenu un business comme un autre ?

La COP21 ou le bal des pompiers pyromanes

Il n’y a pas grand chose à espérer de la conférence actuelle sur le climat dans la mesure où tous les décideurs politiques et économiques (à l’exception de quelques hérétiques comme Evo Morales, le président bolivien) n’entendent aucunement remettre en cause le système capitaliste. Le but de la COP21 n’est d’ailleurs pas de sauver le climat, mais de sauver le capitalisme, en s’activant à le dédouaner de sa responsabilité dans le réchauffement climatique, en s’activant à défendre l’idée que le capitalisme peut tout à fait être écolo. Ils veulent bien moins polluer, certes, mais à condition que rien ne change, à condition que la croissance et les profits soient toujours au rendez-vous. Ils veulent bien moins polluer, mais il faut que les pertes générées par un moindre usage du pétrole soient compensées, largement compensées par les bénéfices que peuvent rapporter, entre autres, les industries liées aux énergies renouvelables. Tout est source de profit pour les capitalistes, même et surtout les dégâts qu’ils créent…

Tous les remèdes miracles vantées par nos dirigeants contre le réchauffement climatique, comme la politique du « pollueur-payeur », sont complètement colonisés par la mentalité capitaliste et s’avèrent donc totalement inefficace. L’exemple du « marché carbone » est édifiant. Dans ce système, les entreprises peuvent polluer jusqu’à un certain point, et si elles dépassent la limite, elles doivent payer une taxe (somme toute modeste). Mais par contre si elles polluent bien en deçà de cette limite, elles peuvent vendre leurs « droits à polluer » inutilisés à d’autres entreprises ! Et que font les grandes entreprises ? Elles délocalisent leurs activités dans des pays non soumis à cette mesure, et font du business avec leurs « droits à polluer »…. Voilà une politique totalement inefficace, mais que l’on compte poursuivre et approfondir… La politique du « pollueur-payeur » apparaît positive au premier abord, mais qu’est-ce qu’elle signifie au fond ? Que ceux qui ont assez d’argent pour polluer, c’est-à-dire déjà les plus gros pollueurs, peuvent continuer à polluer en parfaite bonne conscience, pendant que les plus modestes sont pénalisés. Bref, non seulement ça ne change rien au problème, mais c’est créateur de nouvelles difficultés pour les classes populaires.

Prendre des mesures écologiques fortes tout en restant dans ce système capitaliste, c’est faire payer la note aux pauvres qui sont pourtant les moins pollueurs, c’est exacerber les injustices et les inégalités, c’est provoquer un véritable désastre social.

Chacun voit aussi la limite des efforts que nous pouvons faire individuellement. Beaucoup voudraient bien, par exemple, se débarrasser de leur voiture. Mais peu réussissent à s’en passer ; car on en a besoin pour se rendre sur son lieu de travail qui se situe à des dizaines de kilomètres chez soi ; car on habite à la campagne ; car là où on réside il n’existe pas de transport en commun, etc. Chacun comprend à quel point la société telle qu’elle est organisée nous impose ses contraintes, qu’il est difficile de briser sans réponse collective et politique. Combien réduire drastiquement l’usage de la voiture sans questionner, au-delà même de la politique des transports, l’aménagement du territoire, l’organisation du travail, l’accès au logement – bref sans questionner le modèle économique, le pouvoir, la propriété ?

On ne pourra pas faire d’écologie sérieusement si l’on ne permet pas à chacun de vivre écolo, si l’on n’accorde pas aux plus pauvres un véritable droit à l’existence. C’est bien pour cela, aussi, qu’il faut changer radicalement l’organisation de nos sociétés, et rompre avec ce système capitaliste qui est par essence inégalitaire et créateur de misère. C’est bien pour cela que les efforts à faire doivent être équitablement répartis (c’est aux plus riches d’abord de faire des sacrifices). C’est bien pour cela qu’il faut instaurer un véritable partage des richesses – à l’échelle de nos sociétés comme à l’échelle du monde.

Construire une société d’égaux

Pour sauver le climat et les espèces qui vivent sur terre, il est donc impératif de détruire le capitalisme. C’est-à-dire détruire ce système où la machine économique est toute entière mobilisée au service du profit et de la croissance économique, un système qui cherche à tout marchandiser et dans lequel l’argent régit nos existences, un système dans lequel une petite minorité décide de tout et exploite la majorité, un système qui génère des inégalités de richesse. Tout dans ce système est nocif pour le climat et pour la nature, tout dans ce système fait obstacle à une vraie politique en faveur du climat. On ne peut pas espérer un avenir pour l’humanité en continuant à vivre sous le joug d’un système qui ne connaît que le court-terme, qui se moque éperdument du monde qu’il va laisser aux prochaines générations.

Il est impératif de détruire le capitalisme, c’est-à-dire de développer à la place une organisation sociale dans laquelle les activités dites économiques seraient dégagées du diktat du profit et de la croissance, seraient organisées dans le seul souci de la dignité humaine et dans le respect scrupuleux de la nature. Détruire le capitalisme, c’est-à-dire construire une société d’égaux, une société sans classes, sans chefs, sans patrons, sans exploiteurs ni exploités, sans riches ni pauvres ; une société dans laquelle la masse des travailleurs détiendraient les moyens de production et détermineraient souverainement la finalité de leurs activités ; une société où le travail ne serait plus synonyme de corvée absurde et abrutissante, et verrait son sens, sa place et ses frontières profondément remaniés ; une société qui assurerait une véritable égalité des conditions ; une société dans laquelle l’argent ne régirait plus nos existences, sinon à leurs marges ; une société dans laquelle le droit à l’existence primerait sur le droit de propriété ; une société dans laquelle ce qui constitue un bien commun, un bien élémentaire et précieux pour l’humanité ne pourrait plus être ni privatisé ni marchandisé. Autant d’objectifs désirables et nécessaires qui exigeraient préalablement de mettre en pièces le pouvoir des banques et des marchés financiers en rendant aux citoyens la maîtrise de la monnaie et du crédit ; d’interdire la propriété lucrative (c’est-à-dire de posséder un bien qu’on n’utilise pas pour en tirer un profit), d’interdire la rente, l’usure, la spéculation, bref tout ce qui permet de voler le fruit du travail d’autrui et de gagner de l’argent sans travailler ; de réduire à néant ou presque les écarts de revenus ; de réduire le temps de travail, ne serait-ce que pour mieux le partager ; d’interdire la publicité ; d’étendre le champ de la gratuité ; de promouvoir l’autosuffisance, la coopération ; de relocaliser les activités, redévelopper les circuits courts, redévelopper l’agriculture biologique et paysanne, etc.

Détruire le capitalisme, c’est-à-dire aussi en finir avec l’organisation du monde actuelle. En finir avec les inégalités de richesses, non seulement au sein de nos sociétés, mais aussi et surtout au niveau planétaire, entre les pays du Nord, dits « développés », et ceux du Sud, dits « en voie de développement ». En finir avec le pillage des seconds par les premiers. Baisser le niveau de vie des pays « riches » – au lieu de chercher à convertir les pays « pauvres » à des modes de vie qui ne sont absolument pas généralisables. Rompre avec l’idéologie du « développement », qui veut faire croire aux pays « pauvres » qu’ils sont « en retard » sur les pays « riches » et qu’ils doivent rattraper et copier leur pitoyable modèle économique. Ce bouleversement dans les rapports entre pays du Nord et du Sud est d’autant plus nécessaire que ces derniers, nous l’avons dit, seront les plus touchés par le réchauffement climatique.

Détruire le capitaliste qui est en nous

Détruire le capitalisme, c’est-à-dire aussi rompre avec sa vision du monde et de la vie. Il est essentiel de comprendre que le capitalisme n’est pas qu’un système économique mais aussi un système de valeurs, une idéologie, un imaginaire, bref une certaine idée du monde et de la vie, qui a réussi à s’imposer à nous – et commande nos existences bien plus que nous le croyons. Ce que nous prenons pour un progrès, une libération – nos modes de vie consuméristes, faciles et abondants – sont en réalité ce par quoi nous avons été le plus solidement asservi et dégradé jusqu’ici, et ce par quoi le capitalisme réussit à s’emparer de nos âmes, à modeler nos pensées et nos comportements pour les mettre en conformité avec ses objectifs et à faire de chacun de nous de simples rouages de sa machine. Bien davantage que le diktat du salariat, c’est le consumérisme, le désir consumériste qui constitue aujourd’hui la meilleure des polices pour le capitalisme ; qui achète ne fait jamais qu’obéir à un ordre, qui croit se faire plaisir en achetant fait surtout plaisir à un système. On ne sait rien encore du capitalisme si l’on ne saisit pas son aptitude à remodeler les sociétés à son image – si l’on ne saisit pas à quel point il structure l’organisation de nos sociétés, nos manières de penser et de vivre, nos rapports aux autres. Dans les sociétés occidentales, le capitalisme a détruit ou quasiment détruit toutes les cultures populaires et traditionnelles, c’est-à-dire toutes les autres manières qui existaient d’envisager le monde et de s’y comporter. Il a réussi à nous imposer sa propre « culture », en nous imposant de ne plus envisager le monde que sous son angle à lui, l’angle économique, l’angle quantitatif, matériel, financier, en réduisant nos vies à la production et à la consommation, en marchandisant quasiment tous les rapports humains et tous les aspects de la vie.

Le capitalisme n’est pas un ennemi qui nous fait face mais un ennemi qui nous traverse. Détruire le capitalisme, c’est d’abord détruire le capitaliste qui est en nous. Il n’est pas possible de détruire le capitalisme sans engager d’abord une puissante bataille culturelle, sans engager d’abord une véritable décolonisation de nos imaginaires. Il n’est pas possible de détruire le capitalisme sans s’attaquer à notre mentalité consumériste et individualiste. Il n’est pas possible de détruire le capitalisme sans mener une guerre impitoyable à l’égoïsme, à la cupidité, à l’avidité, au calcul, à l’esprit de compétition, au court-termisme – tous ces comportements sur lesquels se fonde le capitalisme et qu’il impose et encourage – et leur opposer d’autres principes : la solidarité, la générosité, l’égalité, la coopération, la sobriété… Il n’est pas possible de détruire le capitalisme sans remettre en cause ces idées étriquées et pitoyables de la vie, du bonheur, de la réussite qu’il nous impose – et lui en opposer de plus nobles et de plus désirables. Il n’est pas possible de détruire le capitalisme sans nous sortir de cette obsession de tout mesurer, de tout compter, de tout chiffrer, de tout quantifier, de tout évaluer – par laquelle le capitalisme colonise aussi nos esprits et nos vies. Bref il n’est pas possible de détruire le capitalisme sans déséconomiser nos existences, sans redévelopper des rapports non marchands, sans défendre et promouvoir d’autres cultures, d’autres façons d’envisager et de vivre le monde, sans défendre et promouvoir tous les modèles de vie (notamment ce qui reste ici de modes de vie populaires, ou ce qui reste ailleurs de modes de vie dits « traditionnels » ou « primitifs ») qui résistent et s’opposent à celui vanté et imposé par le capitalisme : le modèle consumériste, qui n’est jamais que la généralisation du modèle bourgeois.

Détruire le capitalisme n’implique pas autre chose que ce qu’on appelle – avec une certaine terreur – la décroissance. Il n’est pas inutile de préciser ici que cette décroissance que de plus en plus de gens appellent de leurs vœux n’a strictement rien à voir avec une récession. Il n’y a assurément rien de pire (ou presque) qu’une société vouée à la croissance, comme la nôtre, qui ne connaît pas de croissance. Dans un système capitaliste, l’absence de croissance signifie le maintien voire l’amplification des injustices, des inégalités, de la misère. Et le temps viendra très vite où nous n’aurons plus aucune croissance, que nous le voulions ou non, au regard de l’épuisement programmé des réserves de pétrole. Aussi déplaisant soit-il, une croissance infinie est impossible sur une planète aux ressources finies. Toute la question aujourd’hui est de savoir dans quelle condition nous vivrons sans cette croissance. Dans l’ordre ou le chaos ? Dans la justice ou sous toujours plus d’injustices ? Assurément, la décroissance que nous prônons devra d’abord être celle des injustices et des inégalités.

Moins de biens mais plus de liens

Si nous ne sommes pas capables d’une autre approche de la vie, si nous ne sommes pas capable de nous extraire de cette idée saugrenue que le bonheur est dans l’accumulation d’argent et de biens matériels, si nous ne sommes pas capables de raisonner au-delà de notre petite échelle individuelle, il est clair que les sacrifices à faire pour sauver le climat pourront apparaître énormes. Alors, oui, nous devrons tôt ou tard en finir avec l’usage effréné de la bagnole et de l’avion, mais si nous avons la volonté de dépasser notre égoïsme et d’instaurer une véritable fraternité nous pourrons conserver une bonne partie de notre « confort » matériel actuel – tout en garantissant à chacun la satisfaction de ses besoins primordiaux. Dans ce but, on pourrait ainsi imaginer, concrètement, de mettre en partage nos moyens matériels d’existence, de mettre au point un usage collectif de nos machines les plus coûteuses en énergie (par exemple la bagnole) avec nos amis, nos voisins ou d’autres personnes dans le cadre de groupes ad hoc. Non seulement nos « privations » seront modestes mais nous prendrions conscience que la richesse, l’aisance, le confort sont en fin de compte moins affaire de biens que de liens. Non seulement nous perdrions peu mais nous gagnerions une qualité de vie que nous sommes loin d’avoir aujourd’hui – pensons notamment à tout ce mal-être, à toutes ces souffrances psychiques que génèrent l’isolement, le chacun pour soi et la guerre de tous contre tous, au travail et ailleurs, pensons à tout cet inconfort et à toutes ces maladies dus à la pollution. La qualité de vie n’est en effet en rien synonyme de « pouvoir d’achat » et de patrimoine (pis, on ne voit que trop ce qu’une vie réduite à la production et la consommation et une trop grande place accordée aux richesses matérielles peuvent engendrer d’aliénation et d’appauvrissement de la vie). La qualité de vie se mesure bien davantage dans la possibilité pour chacun de vivre dans un cadre agréable et exempt de toute pollution et de tout stress, de bien manger, d’être en bonne santé, de disposer de son temps, d’être libre de mener, non une vie de riche, mais une vie riche – une vie où l’on puisse être autre chose qu’un consommateur et un producteur, où l’on puisse mener des entreprises enrichissantes et exaltantes, entretenir des relations profondes et intenses avec les autres, explorer les contrées de l’amour, du jeu, de l’art, de la connaissance, explorer toutes les facettes de son être, développer ses facultés, s’épanouir, se réaliser, exploiter toutes ses potentialités créatrices, communier avec la nature, s’attacher au beau, aux choses prétendument « inutiles », etc. Bref la qualité de vie a tout à voir avec la « production » d’autres richesses que celles matérielles – ce que pourrait précisément permettre une société émancipée des carcans capitalistes et consuméristes.

Ne nous laissons pas intimider par tous ces adorateurs du capitalisme qui nous expliquent que sortir du capitalisme et mettre en œuvre une décroissance généreront une apocalypse sociale, une misère terrifiante. Tout le monde voit bien que l’on peut vivre dans un monde débordant de richesses matérielles et y déplorer pourtant beaucoup de misère. Il y a tant de gens, en France même, qui galèrent, qui vivent dans la misère ou tout proche, alors que nous n’avons jamais été aussi riches – matériellement parlant. Il n’est pas difficile de constater que la misère n’est pas dû à un défaut d’argent, de moyens matériels, mais d’abord à un défaut de solidarité. Pour bâtir un monde prospère, au sens le plus noble du terme, un monde sans misère, nous avons besoin moins de richesses matérielles que de solidarité, de coopération et de partage…

Se réapproprier nos vies

Il faut donc détruire un système destructeur, et pas seulement pour le climat. Quand bien même le capitalisme ne détruirait pas le climat, il n’en resterait pas moins à éradiquer, pour toutes les vies humaines qu’il détruit, pour toutes les injustices et violences qu’il suscite sur cette Terre, pour cette vie absurde et médiocre qu’il nous impose. Quand bien même nos modes de vie seraient soutenables et généralisables à la planète entière, ce serait encore une raison supplémentaire de les refuser et de les combattre.

Détruire le capitalisme exige que nous soyons résolus à ne plus le servir, mais aussi que nous sachions construire autre chose en parallèle et à ses dépens. Déserter, saboter, bloquer, oui, mais aussi créer, expérimenter, ériger partout des alternatives, élever partout des petits morceaux d’un autre monde. Faire grève, oui, mais que cette grève soit aussi celle de la consommation, et qu’elle puisse nous ouvrir à d’autres visions du monde, à d’autres façons de vivre. On ne détruira pas le capitalisme sans reprendre en main nos existences, sans nous libérer de l’emprise des biens matériels, sans réapprendre et reconquérir notre autonomie – face à un système économique et une infrastructure technologique gigantesque qui nous ont soigneusement dépossédé de tous nos moyens d’existence –, sans retrouver des savoir-faire aujourd’hui confisqués ou abandonnés.

De petits sacrifices pour en éviter de grands

Alors, oui, la sauvegarde de la planète réclame des « sacrifices ». Mais de bien maigres sacrifices en comparaison des sacrifices – de véritables sacrifices humains – auxquels nous nous exposons si nous ne faisons rien. Le réchauffement climatique n’est pas une petite affaire. Il va entraîner et entraîne déjà de grands bouleversements (la question n’est plus aujourd’hui d’empêcher le réchauffement climatique, mais d’en réduire le plus possible son impact). C’est, au bout du compte, la survie même de l’humanité qui est en jeu. On parle beaucoup de la montée des océans et de la disparition de nombreuses espèces animales, mais il ne faut pas oublier la multiplication et l’aggravation de catastrophes naturelles (cyclones, sécheresses…) et aussi des phénomènes plus durables comme la désertification. Les sécheresses et désertifications, qui touchent et toucheront essentiellement les pays du Sud (ceux-là qui ne sont pour rien dans le réchauffement climatique), ont des incidences très graves : c’est la baisse voire l’absence de récoltes, la pénurie d’eau, et donc des gens privés de leurs moyens de subsistance, la misère, des exodes massifs, la hausse du prix des aliments, des problèmes pour s’alimenter dans toute la population, et au final des tensions sociales et internationales fortes qui peuvent déboucher sur des guerres…. C’est d’ailleurs l’une de ces sécheresses qui a contribué pour une grande part à la guerre civile qui ensanglante aujourd’hui la Syrie.

Le réchauffement climatique est assurément la plus grande menace qui pèse sur l’humanité, ne serait-ce que parce qu’elle va aggraver tous les problèmes, toutes les injustices que nous subissons aujourd’hui. Rester passif devant cela, c’est être les complices d’un véritable crime.

La « crise des migrants » appelle une révolution politique et culturelle

merkel migrantsAprès s’y être montrée résolument hostile pendant des mois, la bande de médiocres qui prétend diriger la France a finalement consenti à accueillir 24 000 réfugiés syriens supplémentaires… sur deux ans – soit au total 33 000.

Ce que ces messieurs dames osent appeler « générosité » et « fidélité à nos traditions d’accueil » ne relève en fait que d’un pur souci d’image : ils ne peuvent pas se permettre de perdre la face alors qu’une « vague migratoire » inédite depuis des décennies secoue l’Europe, et est au centre de toutes les attentions. Il n’y a, dans l’attitude de la France comme des autres pays européens face à la « crise des migrants », que de l’hypocrisie, que de la bonne conscience mêlée souvent à de l’opportunisme économique – mais absolument aucune générosité. L’Allemagne de Merkel est emblématique de cette fausse générosité, elle qui passe maintenant pour le phare de la bonté humaine alors qu’elle ouvre grand ses frontières aux réfugiés syriens uniquement parce qu’elle a un besoin impérieux de main-d’œuvre.

On accueille quelques réfugiés syriens (tout au plus 150 000 pour toute l’Union européenne) alors qu’ils sont à ce jour plus de cinq millions à avoir fui leur pays en guerre, et les gouvernements européens croient s’en tirer à bon compte ! On fait preuve d’un peu de « générosité » envers les Syriens qui fuient la guerre, mais c’est pour mieux nous faire oublier que l’on va, en parallèle, redoubler d’inhumanité vis-à-vis de tous les autres migrants, en particulier ceux qui fuient la misère – ces migrants, africains pour l’essentiel, qui sont eux des « mauvais » migrants et peuvent continuer à mourir en mer. On voudrait aussi par un peu de « générosité », de « compassion », masquer les raisons pour lesquels les uns fuient la guerre, les autres la misère. On voudrait aussi par des discours faussement « droit de l’hommiste » nous faire oublier les responsabilités des gouvernements occidentaux dans cette catastrophe humanitaire.

Pourtant si l’on veut apporter une véritable aide à tous ces gens qui fuient leur pays, il faut d’abord faire l’effort de rechercher et d’analyser les causes profondes de leur exode.

Aux origines du drame des migrants : nos pillages et nos guerres

On nous dit que les réfugiés syriens fuient la guerre. Mais nous dit-on les responsabilités des pays occidentaux (et notamment de la France) dans cette guerre et ce chaos qui frappent les Syriens ? Il y a bien sûr la responsabilité écrasante d’Assad et de son régime détestable, mais était-il bien responsable d’armer contre lui des groupes djihadistes affiliés à Al-Qaïda, comme l’ont fait la France et les Etats-Unis, et qui ont par la suite participé à la création de l’ « Etat islamique » ? La France, aveuglée par son désir de faire tomber Assad à tout prix, non pour y installer la « démocratie » comme elle le prétend mais pour pouvoir contrôler un point hautement stratégique dans le transit du gaz et du pétrole de toute la région, a enfoncé la Syrie dans le chaos. Si la Syrie, mais aussi l’Irak et la Libye sont en proie aujourd’hui au chaos et sous la menace d’islamistes parmi les plus sinistres, il n’y a rien de bien mystérieux : c’est la conséquence de nos guerres soi-disant « pour la démocratie » et en réalité pour le contrôle et le pillage de leurs richesses ; des guerres et leur cortège de dévastations et d’humiliations qui ne pouvaient guère propager au cœur des populations locales autre chose que haine et extrémisme. Comment peut-on, après avoir allumé l’incendie et répandu le sang, rechigner à tendre la main à ces gens qui viennent demander asile ? Comment peut-on, comme la France, être l’un des plus grands marchands d’armes au monde et se sentir aussi peu responsables du sort de ceux qui fuient la guerre et les massacrons ? Et quand bien même n’aurions-nous aucune responsabilité dans ces guerres, nous n’aurions pas moins un devoir de solidarité ; rien ne saurait excuser notre indifférence.

Quant aux migrants qui fuient la misère, essentiellement des Africains, on ne nous en dit pas davantage sur la terrible responsabilité – là encore – des pays occidentaux. On ne nous dit pas à quel point nous pillons les pays du Sud, en particulier ceux du continent africain, et y semons par là la misère. On ne nous dit rien des mécanismes par lesquels ce pillage s’organise – un pillage qui n’est pas moins intense qu’à l’époque de la dite colonisation. On ne nous dit rien du rôle clé que jouent nos guerres et interventions armées en Afrique et ailleurs dans ce pillage organisé. On ne nous dit rien, par exemple, des « accords » commerciaux iniques qui imposent aux Africains de vendre leurs matières premières à des coûts inférieurs à celui du marché mondial et interdisent la taxation des produits importés d’Europe. On ne nous dit rien du contrôle étroit qu’exerce la France sur la politique monétaire de ses ex-colonies d’Afrique à travers le Franc CFA. On ne nous dit rien de ces dettes pharamineuses et illégitimes, contractées par le passé par des dictateurs et politiciens malhonnêtes, que l’on ose réclamer aux pays africains, et dont le paiement des intérêts prend souvent une énorme place dans les budgets nationaux et empêchent le financement de services indispensables à la population. On ne nous dit rien des agissements des multinationales, pleines d’imaginations pour ne pas payer l’impôt et pratiquer la fraude fiscale. Surtout, on ne nous dit pas à quel point la puissance de notre économie et notre haut niveau de vie sont redevables de ce pillage.

Accueillir toute la misère du monde ? Non, cesser de la fabriquer !

A ceux qui réclament que l’on tende la main aux migrants qui débarquent en Europe, on oppose le sempiternel et lassant « on ne peut pas accueillir toute la misère du monde ». S’il faut accueillir ceux qui frappent à nos portes, il s’agit bien moins d’« accueillir toute la misère du monde » que de cesser de la fabriquer. Cette misère que l’on regarde comme si nous y étions étrangers, c’est bel et bien notre misère. Cette misère est d’abord le fruit de notre misère morale.

Ne plus fabriquer cette misère implique de mettre hors d’état de nuire tous ceux qui organisent le pillage et la mise à sac des pays du Sud, dirigeants politiques et économiques en tête. Ce qui veut dire aussi, concrètement : cesser d’alimenter ces mécanismes de pillage en adoptant des modes de vie plus sobres. Il faut bien comprendre que notre niveau de vie actuel, à nous la plupart des Occidentaux, n’est possible que par le pillage des pays du Sud et le maintien d’une grande partie de leur population dans la misère. Il faut bien comprendre, par exemple, que notre usage effréné de la voiture implique un approvisionnement bon marché en pétrole et donc l’usage régulier de la force contre les pays arabes. Dès lors, nous devons nous faire un devoir de refuser tout confort et toute jouissance bâtis sur la souffrance et la misère. Il faut aussi comprendre que nos modes de vie ne sont pas généralisables – ils sont écologiquement insoutenables – et sont dès lors doublement indéfendables. Il s’agit donc pour nous de « vivre simplement pour que d’autres puissent simplement vivre » comme le disait Gandhi – et qui est le véritable sens de l’austérité. Il s’agit donc pour nous de faire le choix entre « l’eau pour tous ou le champagne pour quelques-uns » pour reprendre l’avertissement du président burkinabè Thomas Sankara, l’un des rares présidents africains à avoir tenu tête aux prédateurs occidentaux.

Aider vraiment les pays du Sud, c’est d’abord cesser de leur nuire

Ne plus fabriquer cette misère, ne plus contribuer aux guerres pour le contrôle des ressources comme le pétrole, cela exige un véritable bouleversement de notre regard sur le monde. Il s’agit notamment d’en finir avec notre regard condescendant, notre regard colonial sur l’Afrique et l’ensemble des pays du Sud. Depuis le XIXe siècle nous n’avons cessé de regarder l’Afrique, en particulier, comme un continent démuni, un continent « en retard », « sous-développé », peuplé d’incapables, et qui aurait forcément besoin de l’aide des Occidentaux – et nous avons fini par insinuer chez ces populations un véritable sentiment d’infériorité. Jadis on voulait « civiliser » l’Afrique, aujourd’hui on veut la « développer », mais la condescendance reste la même. Aider véritablement l’Afrique requiert pour les Occidentaux de cesser instamment d’inoculer aux Africains le poison du « développement », cet idéal faussement bienveillant qui a surgit dans les années soixante lors de la « décolonisation » et dont le but était d’imposer aux pays du Sud notre imaginaire consumériste et notre modèle économique destructeur – qui serait le seul modèle de « développement » possible – pour en faire des instruments plus dociles et plus productifs. Un « développement » qui a surtout consisté à détruire toutes les structures économiques traditionnelles, à saccager toutes les solidarités communautaires qui faisaient depuis des siècles la richesse de ces pays et les prémunissait contre la misère. Un « développement » qui a placé les Africains sans défense face aux prédateurs capitalistes et leur a fait connaître des drames humanitaires sans équivalent dans leur histoire. « N’est sous-développé que celui qui accepte l’image du développement de ses maîtres » disait Guy Debord. Laissons les Africains, qui ne sont pas moins capables et inventifs que nous, mettre au point et choisir leurs propres modèles économiques. Cessons de nous sentir supérieurs aux Africains, cessons de prétendre vouloir les aider quand nous exigeons en réalité qu’ils nous aident – à acquérir puissance et opulence.

Aider véritablement tous ces gens originaires de ces pays en proie à la misère ou à la guerre, c’est d’abord, on l’aura compris, cesser de leur nuire. Cessons de les piller, cessons de mettre leurs pays à feu et à sang, réparons nos torts et nos crimes commis jusqu’ici. Autrement dit : réduisons drastiquement les inégalités de richesse entre nos pays et les leurs, développons avec eux des relations équitables. Nous avons pour cela l’impérieux devoir d’élever notre niveau de conscience, d’accéder à une perception globale des choses, d’être capable de penser à l’échelle du monde, d’être capable d’appréhender les problèmes sous ses différents points de vue, d’être capable d’appréhender les conséquences de nos actes dans tous les domaines et d’un bout à l’autre du globe.

Bien sûr, il est possible que parmi tous ces gens qui essaient de venir en Europe, certains fuient moins la misère qu’ils ne cherchent à profiter de notre niveau de vie. Mais là encore, on ne voit pas très bien ce qu’on pourrait leur objecter. On ne voit pas très bien pourquoi, face à un tel pillage et un partage si injuste du gâteau, les habitants du Sud n’auraient pas le droit de reprendre un peu de ce que nous leur volons. Il ne faudrait quand même pas inverser les rôles et les dépeindre comme des vandales alors que nous sommes les premiers vandales. Tant que 20% des habitants de cette planète continueront à s’accaparer 80% des richesses du globe, les flux migratoires que nous connaissons aujourd’hui continueront – et même s’amplifieront.

malheurs de l'afrique
Oui, nous avons les moyens d’accueillir des migrants !

Dans l’immédiat, on ne peut décemment faire autrement que d’accueillir ces gens qui frappent à nos portes. C’est bien là la moindre des choses à faire. Un accueil qui doit se faire sans quelque arrière-pensée économique que ce soit. Pas plus que nous ne devons ajouter du malheur au malheur en refusant d’accueillir les réfugiés, nous ne devons – comme l’Allemagne aujourd’hui – appréhender ces gens comme une main d’œuvre utile et ainsi ajouter aux pillages des ressources naturelles le pillage des cerveaux et des talents. Nul doute que la plupart de ceux qui fuient par désespoir en Europe, que ce soit la guerre, les persécutions ou la misère, ne demanderaient qu’à retourner chez eux et à contribuer au bien de leur patrie – et nous devons en temps voulu les aider à retourner là d’où ils viennent si telle est leur volonté. Ceux qui s’extasient égoïstement devant l’ « opportunité économique » représentée par l’arrivée de migrants, sans se soucier de la perte que représente leur départ pour leur pays, ne valent guère mieux que ceux qui se les représentent à l’inverse comme des « coûts » et des « charges ».

Au passage, il est important de souligner que la fausse générosité dont nous parlons à propos des réfugiés a toujours valu – et vaut encore – pour l’ensemble des immigrés. Si les nations occidentales favorisent l’immigration depuis des décennies (certes à des degrés variables selon les pays et les époques), c’est toujours pour des raisons économiques. En France, au lendemain de la seconde guerre mondiale et pendant les « trente glorieuses », nous avions besoin de main-d’œuvre et alors nous avons eu recours à une importante immigration. Depuis les années 70, nous n’avons plus vraiment besoin de main-d’œuvre mais les capitalistes, les dirigeants économiques réclament toujours avec force et en permanence l’arrivée de nouveaux immigrés, de manière légale ou non. Les sans-papiers permettent en effet à nombre de patrons d’avoir une main-d’œuvre bon marché et docile, mais surtout l’apport continu d’immigrés légaux (parfois très qualifiés) sur le marché du travail contribue à maintenir à un haut niveau le chômage – ce qui permet, par la peur du chômage, par le chantage au chômage, de rendre les travailleurs toujours plus dociles face aux exigences patronales ; ce qui permet aussi, par une concurrence toujours plus féroce, de dresser les salariés et les chômeurs les uns contre les autres selon leurs origines. Autrement dit, l’immigration est utilisée par les dirigeants économiques dans un objectif de maintien de l’ordre capitaliste – une réalité que les dirigeants politiques, qu’ils s’affichent enthousiastes, réservés ou hostiles à l’immigration, s’activent à occulter par des discours et des débats superficiels. Constater cela ne veut bien sûr pas dire qu’il faille fermer nos cœurs et nos frontières et encore moins renvoyer chez eux les immigrés clandestins – comme le voudrait l’extrême-droite.

Bien sûr, on peut comprendre aisément que les Français les plus précaires, les sans-abris et tous ceux-là qui sont abandonnés par les pouvoirs publics et le reste de la société à un triste sort puissent prendre mal le fait que l’on offre à des réfugiés ce à quoi ils n’auraient pas droit. On peut aussi comprendre, de manière générale, qu’ils n’affichent pas un enthousiasme débordant par rapport à l’immigration, alors que tout est fait pour qu’ils deviennent xénophobes et racistes. Mais il faut le dire, le répéter : la France est riche. La France est pleine de ressources, n’en déplaise à toutes les crapules politiciennes qui s’activent à répandre le mensonge selon lequel « on n’aurait pas les moyens » d’accueillir de migrants et à dresser les déshérités d’ici contre les malheureux venant d’ailleurs – autant de manœuvres pour éviter que nous remettions en cause les inégalités de richesse entre Français comme au niveau international. Oui, la France est riche, elle n’a même jamais été aussi riche – riche au prix précisément de toute cette misère et de toutes ces guerres que nous suscitons. Il n’y a pas à choisir entre aider « nos SDF » – dont le sort intéresse soudainement cette horde de bonimenteurs – et tous ceux qui sont victimes, hors de nos frontières, de notre soif de richesses matérielles. Nous devons et pouvons aider les uns et les autres. Comment peut-on oser prétendre que nous manquons en France de ressources alors que les riches sont toujours plus riches, que les dix familles les plus riches de ce pays ont vu leur patrimoine grossir de 57 milliards en 2014 ? Comment peut-on oser prétendre mensonge pareil alors même qu’un patron incompétent et nuisible, comme celui d’Alcatel, peut se permettre de quitter son poste avec sept millions d’euros de bonus ? Comment peut-on oser prétendre qu’on ne peut pas loger ces réfugiés alors que, selon l’INSEE, il y a plus de 2 400 000 logements vacants en France ! Comment diable peut-on mettre sur un même plan nos difficultés et celles des migrants ?

Les migrants ne sont pas nos ennemis

Bien entendu, il ne faut pas s’attendre à ce que les gardiens de l’injustice sociale nous présentent les migrants autrement que comme une menace terrible, autrement que comme des voleurs et des fauteurs de troubles, que ce soient ouvertement comme la droite et l’extrême-droite ou plus subtilement comme la « gauche » façon Hollande-Valls. Il faut bien cela pour tenter de nous faire perdre de vue ceux qui nous menacent vraiment, ceux qui sont véritablement nos ennemis, à savoir cette horde de sangsues (patrons de grandes entreprises, banquiers, actionnaires…) dont ils sont les larbins, ceux-là qui accaparent d’immenses richesses au détriment de tous, ceux-là qui organisent et sèment la misère et le malheur à grande échelle. Pour les véritables fauteurs de misère, il est capital de faire croire aux pauvres que tous leurs problèmes viennent d’autres pauvres : c’est ainsi que l’on dresse le salarié contre le chômeur et l’« assisté », c’est ainsi que l’on dresse le Français « de souche » contre l’immigré, l’étranger, le Rom, le Musulman. Quand les pauvres se font la guerre, les riches vivent en paix.

S’il est vrai que nous, Français, manquons de ressources, ce ne sont pas de ressources matérielles et financières, mais plutôt de ressources morales, affectives. L’égoïsme, l’absence totale d’empathie, la mesquinerie, la bêtise, la mauvaise foi dont font preuve une partie hélas non négligeable des Français à l’égard de ces migrants dit beaucoup sur la santé morale de nos sociétés occidentales. Il nous faut être pris d’une profonde cécité morale pour appréhender les malheureux de la terre comme un véritable fardeau, comme d’une charge trop lourde pour nous tout en considérant comme légitimes et louables les exactions à grande échelle des riches. Il est trop facile de mettre cette misère morale sur le dos d’agitateurs d’extrême-droite ou sur un racisme prétendument inhérent aux classes populaires. Le mal est plus profond. C’est tout un système de valeurs, reposant sur le chacun pour soi et la religion de l’argent qui est ici en cause. On ne peut pas, comme nombre d’adeptes de la « gauche » façon Hollande-Valls, défendre la guerre de tous contre tous et ses multiples ravages (chômage de masse, précarité, misère, etc.) et s’étonner que ceux qui en sont victimes aujourd’hui se montrent réticents à l’accueil des réfugiés. On ne peut pas inoculer le poison du chacun pour soi dans les consciences et reprocher soudainement aux gens de sombrer dans le repli sur soi.

L’exigence d’une révolution politique et culturelle

Nous parlons de « crise des migrants », mais c’est surtout de notre crise qu’il s’agit. De la crise de l’Occident. Nous sommes peut-être en fin de compte les plus à plaindre, nous qui manquons de ressources morales, autrement dit de véritables richesses, nous qui croyons naïvement qu’il suffit de disposer de ressources matérielles, financières, technologiques pour faire le bonheur du monde malgré le démenti que chaque jour apporte. Chaque jour nous montrons notre incapacité à éradiquer la misère comme à stopper la destruction de l’environnement ; nous n’y arrivons pas parce que la solution à ces deux problèmes comme à tant d’autres n’est ni matérielle ni financière ni technologique mais d’abord morale. Pas plus que les « petits gestes » ne sauveront l’environnement, la compassion et la charité n’éradiqueront la misère. Il faut impérativement sortir du capitalisme, sortir de la religion du profit. La résolution des problèmes du monde actuel exige une véritable révolution politique, philosophique, culturelle. Elle exige un véritable changement de paradigme. Elle exige une toute autre manière d’appréhender le monde.

Nous ne changerons pas le monde sans retrouver nos ressources morales : l’entraide, l’altruisme, le don, le partage, la générosité, l’empathie, l’attention, l’humilité. Et sans chasser de nos têtes ces poisons que sont l’égoïsme, la cupidité, l’avidité, le calcul, l’esprit de compétition. Nous ne changerons pas le monde sans admettre d’abord que c’est la solidarité, la qualité des relations humaines – et non l’amour des richesses matérielles – qui font l’abondance et le bonheur des sociétés. Nous voyons bien que notre monde croule sous les richesses matérielles et que cela n’empêche guère la misère de s’épanouir, bien au contraire. Si tous les cinq secondes ( !) dans le monde un enfant meurt de faim ce n’est pas parce qu’il n’y aurait pas assez à manger pour tout le monde (l’agriculture mondiale pourrait nourrir neuf milliards d’habitants) mais bien parce que l’égoïsme et la cupidité font hélas la loi. Nous ne changerons pas le monde si nous ne rompons pas radicalement avec le discours débile et pernicieux qui fait passer les riches pour des êtres supérieurs et des bienfaiteurs de l’humanité – et, au contraire, les pauvres pour des incapables et des boulets. Nous ne changerons pas le monde si nous ne rendons pas honteux l’amour de l’argent et infamant son accumulation – il est temps de faire reconnaître que nous ne pouvons pas accueillir toute la cupidité du monde. Nous ne changerons pas le monde si nous ne savons pas opposer et promouvoir une autre idée de la vie, de la richesse, du bonheur, de la réussite.

Dès aujourd’hui, il faut opposer à la bassesse morale ambiante une insurrection de la bonté. Il nous faut renouer avec la grandeur. Il nous faut renouer avec la solidarité, mais une véritable solidarité, pas la fausse solidarité façon Restos du Cœur qui ne s’attaque pas aux causes des problèmes et ne fait que donner bonne conscience aux donateurs tout en confortant un ordre injuste. Une solidarité radicale et conséquente, c’est-à-dire une solidarité qui implique l’humilité et le renoncement à tout égoïsme et à toute cupidité. Une solidarité subversive, c’est-à-dire une solidarité qui détruit toutes les structures inégalitaires et oppressives et institue une société enfin humaine. Une solidarité clairvoyante, c’est-à-dire une solidarité mondiale, une solidarité qui s’inscrit dans l’inébranlable conviction que nous appartenons tous à une seule et même famille ; que nous sommes tous des égaux ; que nous sommes responsables de tous nos frères humains ; que rien de ce qui arrive aux autres ne peut nous être étranger.

Solidarité avec les Grecs en lutte ! A bas la dictature des banquiers !

oxi

Solidarité avec les Grecs qui résistent courageusement aux charognards de l’UE et du FMI et à leurs injonctions et méthodes infamantes !

On veut nous faire croire que les Grecs auraient une dette à payer aux banques, qu’ils seraient responsables de la situation actuelle et qu’ils n’auraient donc pas d’autres choix que d’accepter encore et encore les sacrifices exigés par l’Union européenne et le FMI. On veut nous faire croire que les Grecs seraient des paresseux qui s’en seraient foutu plein les poches pendant des années et qu’il est bien normal qu’ils paient aujourd’hui leurs folies passées. On veut nous faire croire que le FMI, l’Union européenne ne seraient là-dedans que des bienfaiteurs et que les Grecs devraient être heureux qu’ils viennent les aider à payer « leur » dette.

La vérité c’est que l’on nous fait prendre pour une dette ce qui n’est qu’un racket organisé. La vérité c’est que cette « dette » n’est pas celle des Grecs mais le fruit de magouilles politico-bancaires et qu’elle n’est qu’un prétexte depuis 2010 à une politique de régression sociale, de saccage des solidarités et des services publics… Une politique qui n’a imposé de sacrifices qu’aux pauvres et a toujours épargné les plus riches. Une politique qui a eu pour conséquences l’explosion de la misère, de la malnutrition, de la mortalité infantile, du nombre de suicides… Des vies détruites, des conditions de vie dégradées, une catastrophe humanitaire, un peuple humilié, tout cela uniquement pour assouvir la cupidité de banquiers, tout cela uniquement pour remplir les poches de banquiers déjà plus que pleines !

Une politique malfaisante, criminelle que ces prédateurs déguisés en bienfaiteurs voudraient encore accentuer malgré le choix démocratique que les Grecs ont fait en janvier dernier (entre autres choses, ces salauds-là réclament une baisse des petites pensions et une augmentation de la TVA, autant dire des mesures qui rendraient encore plus difficile la vie des Grecs les plus pauvres). Une politique malfaisante, criminelle contre laquelle les Grecs (et leur premier ministre en tête) osent se rebeller, ce qui a le don d’agacer ces racailles en cravates qui redoublent d’ignominies et sont prêts aujourd’hui à asphyxier complètement la Grèce et à y installer la panique totale pour discréditer Syriza et obtenir l’obéissance et la résignation. Organiser un référendum pour que les Grecs puissent décider eux-mêmes s’ils acceptent ou non le plan du FMI et de la Commission européenne ? In-sup-por-ta-ble pour les Juncker, Merkel, Hollande et compagnie qui considèrent que ce sont aux banquiers de régenter nos vies.

Insistons bien là-dessus : ce qui se passe en Grèce depuis cinq ans n’est pas une « crise » mais une guerre menée par les banquiers, les capitalistes et l’ensemble des plus riches : une guerre de pillage, une guerre contre les pauvres, une guerre contre la prétention du peuple grec à disposer librement de son destin. Ce qui se passe en Grèce c’est aussi l’affrontement de deux visions du monde inconciliables : celle qui subordonne tout à la cupidité de quelques-uns contre celle, au contraire, où la dignité et l’épanouissement de chacun prévalent sur les caprices de quelques mafieux.

Les jours qui vont suivre, jusqu’au référendum du 5 juillet, seront décisifs. Les charognards vont exercer une pression terrible sur les Grecs, ils vont tout faire pour briser la résistance grecque et au-delà l’espoir dans un changement global de société, celui qu’incarnent notamment (certes à un degré modeste) Syriza ou encore Podemos en Espagne. Ils veulent faire de la Grèce un exemple, pour montrer ce qu’il en coûte de s’insurger, pour nous rentrer dans la tête qu’il n’y a pas d’alternative possible au monde tel qu’il est. Mais que les Grecs tiennent bon et ce serait assurément un tournant majeur pour les luttes sociales en Europe.

Bref, plus que jamais, il est important, crucial de montrer notre solidarité avec les Grecs en lutte, de relayer la vérité sur ce qui se passe là-bas et d’exercer la pression la plus forte sur nos gouvernants ! Plus que temps aussi de rejoindre la lutte en question, la lutte contre toutes ces crapules qui saccagent nos existences pour le pognon, la lutte pour rendre ce monde enfin vivable !

serrer la ceinture grèce

***

« LUTTER CONTRE LA RESIGNATION, C’EST D’ABORD LUTTER CONTRE LA DESINFORMATION

Cette semaine, la lutte dans l’opinion publique s’annonce cruciale et décisive, face au rouleau-compresseur des médias dominants.

N’hésitez pas à vous emparer du petit film ci-dessous (dix minutes) pour rétablir la vérité, notre vérité, et montrer la situation réelle et la dynamique de résistance en Grèce et en Espagne.

En effet, il est très important de montrer que ce qui se passe cette semaine n’est pas seulement le problème de la Grèce.

Pour que souffle le vent du sud, aussi loin que possible, contre la résignation. »

« C’EST LE MOMENT OU JAMAIS, POUR TOUTES CELLES ET CEUX QUI SOUTIENNENT NOTRE RÉSISTANCE EN EUROPE ET AILLEURS, DE LE MONTRER DE TOUTES LES FAÇONS POSSIBLES JUSQU’AU DIMANCHE 5 JUILLET.

Créez, luttez, soyez inventifs. Faites circuler vos photos, vidéos, chansons, actions, messages… Partagez-les ici et ailleurs, autant que possible.

C’est maintenant que ça se joue, non pas seulement pour la résistance grecque, mais aussi, bien au-delà, pour l’imaginaire social de tout un continent.

NOUS AVONS UNE SEMAINE POUR DONNER UN SIGNAL FORT ET SORTIR DES MILLIONS DE PERSONNES DE LA RÉSIGNATION. »

Yannis Youlountas

http://jeluttedoncjesuis.net/

 

****

« L’euro ou la haine de la démocratie » (article de Frédéric Lordon publié ce lundi 29 juin)

****

A propos de la crise humanitaire provoquée par les politiques d’austérité en Grèce, cet article du Secours populaire : https://www.secourspopulaire.fr/crise-humanitaire-en-grece

*****

Discours prononcé par Alexis Tsipras, Premier ministre grec, à la télévision, le 26 juin 2015 :

Citoyens grecs,
Au cours des six derniers mois, le gouvernement grec a mené une bataille sous une asphyxie économique sans précédent, dans le but d’appliquer le mandat que vous lui avez donné le 25 janvier.
Le mandat de négocier avec nos partenaires pour arriver à mettre un terme à l’austérité et pour faire revenir dans notre pays la prospérité et la justice sociale.
Pour un accord durable qui respectera la démocratie, les règles européennes, et qui conduira à une sortie définitive de la crise.
Durant les négociations, il nous a été demandé de manière répétitive de mettre en œuvre les politiques du mémorandum que les précédents gouvernements avaient accepté, en dépit du fait que ce mémorandum avait été condamné sans équivoque par le peuple grec lors des récentes élections.
Nous n’avons jamais envisagé d’abandonner – pas même pendant un instant. Ni de trahir votre confiance.
Après cinq mois d’âpres négociations, nos partenaires ont soumis une proposition-ultimatum à la rencontre de l’Eurogroupe, menaçant la démocratie et le peuple grec.
Un ultimatum qui contrevient aux principes et aux valeurs qui ont fondé l’Europe. Les valeurs de notre projet européen commun.
Il a été demandé au gouvernement grec d’accepter une proposition qui ajoutera un poids insupportable sur les épaules du peuple grec, et qui minera le rétablissement de l’économie et la société grecques – pas seulement en alimentant l’incertitude, mais aussi en aggravant les inégalités sociales.
La proposition des institutions inclut des mesures qui vont augmenter la dérégulation du marché du travail, les coupes dans les pensions de retraite, et inclut de nouvelles réductions de salaires le secteur public – mais aussi une augmentation de la TVA sur la nourriture, les restaurants et le tourisme, tout en éliminant les exonérations d’impôts sur les îles grecques.
Ces propositions – qui violent directement les acquis sociaux européens et les droits fondamentaux à travailler, à l’égalité et à la dignité – prouvent que certains partenaires et membres des institutions ne veulent pas trouver un accord viable qui bénéficierait à toutes les parties, mais cherchent plutôt l’humiliation du peuple grec.
Ces propositions illustrent principalement l’insistance du FMI pour des mesures d’austérité sévères et punitives. Il est maintenant temps pour les pouvoirs dirigeants européens de se montrer à la hauteur de l’occasion et de prendre l’initiative pour mettre un terme définitif à la crise grecque, une crise qui affecte également d’autres pays européens, en menaçant le future proche de l’intégration européenne.
Citoyens grecs,
Nous faisons face à la responsabilité historique de ne pas laisser les luttes et les sacrifices du peuple grec rester vains, et de renforcer la démocratie et notre souveraineté nationale – cette responsabilité pèse sur nous.
Notre responsabilité pour le futur de notre pays.
Cette responsabilité nous oblige à répondre à l’ultimatum sur la base de la volonté souveraine du peuple grec.
Plus tôt ce soir, le Conseil des ministres était convoqué et j’ai proposé d’organiser un référendum afin que le peuple grec puisse décider.
Ma proposition a été unanimement acceptée.
Demain, le Parlement tiendra une session extraordinaire pour ratifier la proposition du Conseil des ministres pour qu’un référendum soit mis en place dimanche prochain, le 5 juillet. La question posée sera de savoir si la proposition des institutions doit être acceptée ou rejetée.
J’ai déjà informé le président français, la chancelière allemande et le président de la BCE de ma décision ; demain, je demanderai aux leaders de l’UE et des institutions une courte extension du programme – en cours d’écriture – pour que le peuple grec puisse décider sans pression et sans chantage, comme il l’est disposé dans la Constitution de notre pays et dans la tradition démocratique européenne.
Citoyens grecs,
Je vous appelle à choisir – avec la souveraineté et la dignité que l’Histoire grecque exige – si nous devons accepter l’exorbitant ultimatum qui appelle à une stricte et humiliante austérité sans fin, et qui ne donne aucune perspective de pouvoir un jour nous tenir debout sur nos deux pieds, socialement et financièrement.
Nous devrions répondre à l’autoritarisme et l’austérité sévère par la démocratie – dans le calme et la fermeté.
La Grèce, lieu de naissance de la démocratie, devrait envoyer un retentissant message démocratique aux Européens et à la communauté mondiale.
Et je m’engage personnellement à respecter la conséquence de votre choix démocratique, quel qu’il puisse être.
Je suis absolument certain que votre choix fera honneur à l’Histoire de notre pays et enverra un message de dignité à travers le monde.
Dans ces temps critiques, nous allons devoir rappeler que l’Europe est la maison commune de tous ses peuples.
Qu’en Europe, il n’y a ni propriétaires, ni invités.
La Grèce est et restera une partie intégrante de l’Europe, et l’Europe une partie intégrante de la Grèce.
Mais une Europe sans démocratie sera une Europe sans identité et sans boussole.
Je vous appelle tous à agir avec sang-froid dans l’unité nationale et à prendre une décision digne.
Pour nous, pour les générations futures, pour l’Histoire grecque.
Pour la souveraineté et la dignité de notre pays.

Pourquoi nos gouvernants ne luttent pas contre le terrorisme

aeronef-israelien-bombardant-gazaNos gouvernants prétendent lutter contre le terrorisme, mais il n’est pas inopportun de rappeler que le terrorisme est d’abord et essentiellement le fait des Etats, des gouvernements.

Nos gouvernants ne peuvent pas lutter contre le terrorisme puisqu’ils sont l’incarnation même du terrorisme, eux qui savent si bien terroriser les populations, à l’aide de leurs puissants appareils de répression, pour défendre et étendre leur ordre – eux qui autorisent et encouragent leurs forces de police à tuer et mutiler de simples citoyens, eux qui envoient leurs armées massacrer des civils un peu partout sur la planète, eux qui sont toujours prêt à appuyer, soutenir et légitimer toutes les atrocités commises contre des civils par leurs alliés et semblables. Vietnam, Palestine, Salvador, Serbie, Libye, Afghanistan… Le nombre de civils innocents à avoir péri, ces dernières décennies, sous les balles et les bombes des Etats occidentaux « démocratiques » est bien supérieur à celui des victimes desdits « terroristes ». Le cas le plus emblématique de ces dernières années reste celui de l’Irak, où plus d’un million de personnes ont été assassinés au cours des deux dernières agressions américaines, auxquels il faut encore rajouter un autre million (dont 600 000 enfants) si l’on prend en compte les conséquences humanitaires désastreuses de l’embargo imposé par les mêmes criminels de 1990 à 2003 – un véritable génocide que Madeleine Albright, la gentille ministre des affaires étrangères étasunienne avait considéré comme tout à fait justifié. Et, pour citer un cas actuel, comment ne pas qualifier de terroristes les campagnes d’assassinats « ciblés » par drones organisé par le gouvernement étasunien au Pakistan et au Yémen et qui tuent en moyenne trente civils pour une personne visée ?

Le bon et le mauvais terrorisme

Il y a bien sûr le bon terrorisme, qui ne s’avoue jamais comme tel : celui des puissants, qui est organisé, institutionnalisé, légitimé, qui dispose des armes les plus dévastatrices et n’hésite pas à en user, notamment pour commettre d’innombrables tueries lors de prétendues guerres « pour la démocratie ». Et il y a le mauvais terrorisme : le terrorisme des faibles, des « barbares », de ceux qui ne peuvent compter sur la protection d’un Etat reconnu et qui est bien souvent une réplique au terrorisme des puissants – ainsi le terrorisme dit « islamiste ». Quand nos gouvernants parlent de « combattre le terrorisme », ils ne font bien sûr référence qu’à cette forme-là de terrorisme. De même que lorsqu’ils font voter une loi liberticide en vue de punir plus sévèrement les auteurs d’« apologies du terrorisme », cela ne comprend, bien entendu, pas l’« apologie » des actions terroristes menées sous l’autorité de nos gouvernements et de ses alliés – vanter la « fermeté » de notre police qui a assassiné 133 personnes depuis 2000, ou considérer comme « légitime » les bombardements israéliens à Gaza de l’été 2014 (qui ont tué 2000 civils palestiniens) ne vous vaudrons pas la moindre poursuite judiciaire.

Il est aussi important de souligner que les gouvernements emploient souvent le terme « terrorisme » pour désigner et disqualifier leurs ennemis, ceux qui osent les combattre ou leur résister avec violence, qu’ils emploient ou non des méthodes terroristes. Pendant la Seconde guerre mondiale, les résistants français étaient qualifiés de « terroristes » par les autorités nazis. De même aujourd’hui le gouvernement israélien, pour diaboliser et dénier toute légitimité à la résistance armée palestinienne, parle constamment à son égard de « terrorisme ». L’emploi des termes « terrorisme » et « terroristes » par les gouvernements n’est donc jamais neutre. Il peut servir tout autant à désigner de véritables terroristes qu’à marquer d’infamies n’importe quelle contestation, n’importe quel contestataire pour mieux l’isoler du reste de la population et légitimer sa mise hors-la-loi. De même que toutes les mesures et législations antiterroristes sont aussi pensées par les gouvernements comme des moyens d’étendre l’emprise étatique sur la vie des citoyens, de renforcer leur contrôle sur les « classes dangereuses » et d’intimider et réprimer plus efficacement toute contestation un tant soit peu radicale. C’est ainsi que ces dernières années, en France, on a pu inculper pour « terrorisme » – et jeté en prison – des manifestants arrêtés avec des fumigènes ou des libertaires suspectés d’avoir voulu saboter des caténaires SNCF. C’est d’ailleurs à propos de cette dernière affaire – l’ « affaire Tarnac », qui avait fait un certain bruit – qu’un certain François Hollande avait accusé le gouvernement d’alors d’ « inventer » des terroristes pour justifier des mesures sécuritaires.

Aux origines du « terrorisme islamiste »

Après les récents attentats qui ont secoué la France, le gouvernement a annoncé un renforcement des dispositifs policiers et sécuritaires et beaucoup sont ceux dans la classe politique à en appeler à un « Patriot Act » à la française – du nom de ces lois liberticides votées aux Etats-Unis après le 11 septembre 2001.  Au-delà du problème que cela pose pour nos libertés individuelles, il est illusoire de penser que de tels dispositifs pourraient nous protéger efficacement des « terroristes » – ils sont même, à vrai dire, complètement inefficaces. De même qu’il est illusoire de croire que des mesures « éducatives » ou de lutte contre un prétendu communautarisme musulman pourraient empêcher des jeunes de se « radicaliser » – ce ne sont là que des mesures destinés à occulter les véritables causes et à porter l’entière responsabilité du « terrorisme » sur l’Islam et les musulmans (et par là à dresser les citoyens d’en bas les uns contre les autres pour le plus grand profit des gouvernants).

Si l’on veut vraiment se protéger de ce terrorisme « islamiste » voire le réduire à néant, il faut que nous ayons le courage et l’honnêteté d’en rechercher les causes, de nous attaquer à ce qui le suscite, à ce qui le nourrit, à ce qui le fait prospérer : à savoir les agressions permanentes des puissances occidentales contre le monde musulman, pour contrôler et piller ses ressources (en particulier le pétrole), et leur inévitable cortège de crimes, de dévastations, d’humiliations, de misère, de désespoir, de haines. Des agressions qui, de surcroît, remontent à loin dans le temps – elles ont démarré avec le colonialisme – mais qui n’ont cessé de s’intensifier depuis quelques décennies et l’explosion de nos besoins en pétrole.

On ne comprend rien et on s’empêche de réellement combattre le fanatisme religieux et le terrorisme dit « islamiste » si l’on ne comprend pas d’abord que la folie meurtrière dont ces « terroristes » font preuve est une réponse à la nôtre – le sinistre « Etat islamique », pour ne citer que lui, est une conséquence de notre génocide perpétré en Irak. Il nous est impératif de comprendre que si nous sommes confrontés à des attaques terroristes sur notre sol, c’est d’abord en réplique aux innombrables attaques terroristes – et d’une toute autre ampleur – que nous commettons là-bas. Les terroristes, ce sont d’abord les gouvernements occidentaux et les oligarchies pour qui ils travaillent. S’il n’y a pas lieu, évidemment, d’excuser ceux qui commettent des attentats chez nous, il n’y a pas lieu non plus de nous affranchir de nos responsabilités. Il faut bien reconnaître que nous les avons largement encouragés à perdre toute bonté et toute modération. A force d’exclure, d’humilier, à force de semer la misère et le désespoir nous ne pouvons semer que la haine et l’extrémisme – et cela vaut aussi, ici, pour tous ces jeunes « issus » ou pas « de l’immigration » et à qui notre société vouée au Dieu Argent ferme tout avenir, toute possibilité de vie digne d’être vécue. Comment s’étonner qu’ils puissent haïr et vouloir se venger de cet Occident qui se prétend le haut-lieu de la civilisation et qui pourtant réclame d’innombrables sacrifices humains à travers le monde ? Comment s’étonner de la violence de ceux à qui on ne laisse que la violence pour se faire entendre ? Le fanatisme « islamiste » n’est jamais aujourd’hui que le support d’une colère et d’une rébellion contre l’impérialisme occidental, en même temps qu’un refuge contre l’individualisme, qu’une manière d’échapper à une vie sinistre et sans but – et l’« Etat islamique » est à cet égard un eldorado fort attrayant. En somme, il incarne une révolte radicale contre notre civilisation capitaliste – une révolte qui doit nous interroger et nous remettre en cause. Nous ne le combattrons efficacement que si nous cessons d’être haïssable, ici et ailleurs. Nous ne le combattrons efficacement que si nous cessons ici d’entretenir cette machine à exclure, que si nous cessons d’exploiter, d’appauvrir et de mettre à feu et à sang le monde musulman. Nous ne le combattrons efficacement que si nous respectons enfin le droit de ces peuples à disposer d’eux-mêmes et à vivre dans la paix et dans la décence. Et nous rendrons un grand service à ces peuples qui, loin d’être abandonnés aux islamistes les plus réactionnaires, seront mieux armés contre.

Mais nos gouvernants n’ont nulle envie ni de laisser émerger ici une société vraiment juste, ni de rendre justice au monde musulman, tant les enjeux économiques sont énormes. Et, à vrai dire, nous non plus, simples citoyens, nous n’avons pas vraiment envie de devoir payer à un juste prix le pétrole et donc renoncer à une grande partie de ce pétrole car cela reviendrait à renoncer à nos modes de vie confortables, à notre usage effréné de la voiture, etc. Il n’est jamais inopportun de rappeler que notre confort matériel, celui dont jouissent une grande partie des Occidentaux, a toujours pour prix l’exploitation et la misère des pays du Sud et notamment des pays arabes, musulmans – et donc le « terrorisme » comme inévitable retour de boomerang. Pour en finir avec le fanatisme « islamiste », il faut en finir avec le fanatisme du profit, avec le fanatisme de la croissance, avec le fanatisme de la consommation, avec le fanatisme de la bagnole. Pour en finir avec le terrorisme « islamiste », il faut en finir avec le terrorisme de l’argent, ce terrorisme ordinaire qui brise et anéantit d’innombrables vies dans l’indifférence, si ce n’est l’acceptation générale. Tous les six secondes dans le monde un enfant meurt de faim, non pas à cause d’une quelconque fatalité, mais à cause de l’égoïsme et de l’avidité de tant d’autres, des comportements inconscients et criminels que nos sociétés vouées à l’argent institutionnalisent, banalisent et encouragent. C’est bien là, in fine, que se situe le véritable terrorisme, celui contre lequel nous devrions en priorité lutter.

Il ne suffit pas de proclamer son amour de la paix, encore faut-il en créer les conditions. Comment croire qu’il puisse y avoir la paix sur une planète où il y a tant d’injustices, où 20% des habitants s’accaparent 80% des richesses ? Il ne peut y avoir de paix que dans la justice. Il ne peut y avoir de paix sur cette planète que si ses habitants les plus riches se décident à partager et à adopter des modes de vie plus sobres – et cela concerne un grand nombre de Français. De même, rien ne sert ici de se lamenter sur l’échec à transmettre les « valeurs républicaines » quand nous ne sommes même pas fichus de les mettre en pratique.

Quand nos gouvernants s’allient avec des « terroristes »

Comment croire que nos gouvernants luttent vraiment contre le « terrorisme islamiste » quand ils sont liés avec des régimes comme l’Arabie Saoudite et le Qatar qui le financent en sous-main ? Comment croire que nos gouvernants luttent vraiment contre le « terrorisme islamiste » quand ils soutiennent et s’allient à des groupes armés islamistes, comme en Libye et en Syrie, en tous points similaires à ceux que nous qualifions dans d’autres contextes de « terroristes » ? Ce sont ceux-là mêmes que nous avons soutenus en Libye que nous avons ensuite combattu au Mali et en Centrafrique, dès le moment où ils ne nous rendaient plus service et s’attaquaient à nos intérêts. Ce sont ceux-là mêmes que nous avons soutenus en Syrie qui ont contribué à la création de cet « Etat islamique » qu’aujourd’hui nous combattons. Laurent Fabius avait d’ailleurs tenu, en décembre 2012, à saluer le « bon boulot » effectué par Al-Nosra (groupe de « djihadistes » affilié à Al-Qaïda) dans la lutte contre le régime de Bachar el-Assad, et ce malgré les atrocités qu’ils ont pu commettre  – propos qui bien sûr ne pouvait relever de l’« apologie du terrorisme ». Si les gouvernements occidentaux détestent tant l’« Etat islamique » et entendent le combattre fermement, ce n’est pas parce qu’il commet des massacres, mais parce qu’il a pris le contrôle de puits de pétrole et refuse de vendre son or noir au prix dérisoire dicté par eux – refuser de se faire piller, prétendre au contrôle de ressources que les puissances occidentales considèrent comme étant à eux, tel est le seul véritable crime commis par l’« Etat islamique ».

Pourquoi nos gouvernants ne luttent pas contre le terrorisme

La peur et le choc comme instrument de contrôle des masses

Nul besoin d’adhérer à des théories « complotistes » pour constater que les attentats terroristes et menaces plus ou moins réelles d’attentats terroristes sont une aubaine, une source de profits immenses pour nos gouvernants et l’ordre qu’ils défendent. Rien de tel que l’effroi et le choc pour brouiller notre perception du réel, désarmer notre esprit critique et au final entretenir notre docilité. Rien de tel pour nous soustraire à la réflexion, à la modération, à la bonté, et nous rendre ainsi plus acceptable des pratiques et des mesures extrêmes. Nos gouvernants savent très bien que la peur est un instrument essentiel à tout pouvoir, que gouverner, ce n’est pas seulement séduire, c’est aussi terroriser, y compris, notamment, par méchants terroristes interposés. Terroriser sous couvert de « protéger du terrorisme » et de « rassurer », telle est la plus sublime entourloupe du pouvoir – la présence de plus en plus systématique et massive de policiers et militaires dans les rues et lieux publics, la multiplicité des affichettes relatives au renforcement du « plan Vigipirate » ont bien davantage pour but d’effrayer que de rassurer ou protéger le citoyen.

Terroriser, donc, pour obtenir le consentement mais aussi pour distraire – nous distraire de nos plus redoutables ennemis (gouvernants, capitalistes, banquiers et autres criminels contre l’humanité) et de leurs agissements, nous distraire de tout ce qui nous menace vraiment (pensons au réchauffement climatique, autre conséquence de notre insatiable avidité, qui menace l’existence même de l’humanité), nous distraire de tous ces crimes, de toutes ces injustices et inégalités contre lesquels il faudrait lutter, nous les faire oublier, ou du moins nous pousser à les relativiser au regard de ce péril que serait le « terrorisme ».

Rien de tel qu’un peuple effrayé ou sous état de choc pour lui faire accepter des mesures, des politiques qu’il n’accepterait pas autrement – ou du moins plus difficilement. C’est ainsi qu’on accepte docilement de nouvelles guerres, comme celle entreprise aujourd’hui en Irak, comme celles entreprises ces dernières années au Mali et en Centrafrique, officiellement pour combattre les « terroristes », en réalité pour maintenir ces pays sous notre contrôle et accentuer leur pillage. C’est ainsi que, sous le coup d’un formidable sentiment d’insécurité, on approuve des législations toujours plus répressives et sécuritaires, qui vont poursuivre la réduction de ce qui nous reste de liberté – y compris d’expression (voir la férocité de la « justice » autour de prétendues « apologies du terrorisme » et les projets de censurer les « incitations à la haine » et les thèses « complotistes » sur le Web – autant de concepts qui ne sont jamais défini avec précision et qui peuvent donc permettre toutes les interprétations et in fine tous les abus) –, de vie privée et permettre du même coup au pouvoir de s’armer plus efficacement contre ceux qui contestent l’ordre établi et contre toute éventualité de révolte populaire – tout cela, bien évidemment, au nom de la défense de la « liberté ». Comme le montre Naomi Klein dans La stratégie du choc, une attaque terroriste, de même qu’une guerre, un coup d’Etat, une catastrophe naturelle ou tout autre traumatisme collectif nous plongent tout un chacun dans un état de choc. Ces événements font voler en éclats notre univers familier, ils nous déboussolent, ils nous désarment psychologiquement et c’est ainsi que nous devenons plus enclins à suivre les hommes politiques qui prétendent nous protéger et apporter des solutions miracles. Un phénomène que nos gouvernants ont bien compris et qu’ils n’hésitent pas à exploiter pour imposer leurs plus ignobles desseins.

Faire passer les ennemis de l’humanité pour ses meilleurs amis

A travers ladite « lutte contre le terrorisme » – comme d’ailleurs à travers la lutte contre « l’extrême-droite » ou contre « l’insécurité » – il s’agit aussi pour le pouvoir et son ordre de se rendre attrayant en donnant à voir toute l’abjection de quelques-uns de ses ennemis, et de canaliser et détourner les colères populaires vers ceux-ci. Comme le disait Guy Debord : « Cette démocratie si parfaite fabrique elle-même son inconcevable ennemi, le terrorisme. Elle veut, en effet, être jugée sur ses ennemis plutôt que sur ses résultats. L’histoire du terrorisme est écrite par l’État ; elle est donc éducative. Les populations spectatrices ne peuvent certes pas tout savoir du terrorisme, mais elles peuvent toujours en savoir assez pour être persuadées que, par rapport à ce terrorisme, tout le reste devra leur sembler plutôt acceptable, en tout cas plus rationnel et plus démocratique. » Rien de tel, en effet, pour nos gouvernants, qu’un attentat terroriste, rien de tel pour eux que l’horrible spectacle de la « barbarie terroriste » pour faire oublier leurs propres crimes – et par la même occasion leurs responsabilités dans le surgissement de ces « terroristes » -, pour se présenter en contraste pour des protecteurs, des sauveurs, des grands humanistes et, de la sorte,  se redorer le blason. (François Hollande aurait, dit-on, gagné depuis les attentats de début janvier 20 points de popularité – et il cache à peine sa satisfaction.) Cela vaut aussi, bien entendu, pour ces policiers et ces militaires présentés aujourd’hui comme des héros, comme nos défenseurs, alors qu’ils sont là pour défendre un ordre abject et sont le plus souvent nos bourreaux – et ceux de maints peuples dans le monde. Comment interpréter l’ahurissant attroupement de chefs d’Etat et de gouvernement à la marche en hommage aux victimes des récents attentats à Paris sinon comme une volonté pour ces pyromanes de se faire passer pour des pompiers, pour ces authentiques ennemis de l’humanité de se faire passer pour ses meilleurs amis ? Il est particulièrement emblématique que se soit invité à cette marche Netanyahu, le chef du gouvernement israélien, celui-là même qui, l’été dernier, et sous les yeux des télés du monde entier, a fait massacrer 2000 civils palestiniens à Gaza.

Pour ceux qui nous gouvernent, ou ont du moins la prétention de nous gouverner, il est vital de détourner notre attention et notre indignation vers des ennemis tout désigné, à savoir ici le « terroriste islamiste », et d’encourager la suspicion de tous ceux qui sont suggérés comme étant des terroristes potentiels – les musulmans. C’est ainsi qu’ils comptent nous faire oublier que ce sont eux, les dirigeants politiques, qui sont nos véritables et plus dangereux ennemis. Eux et toute cette horde de parasites et de professionnels du crime et de la rapine (aux premiers rang desquels on trouve les banquiers et les dirigeants et actionnaires des grandes entreprises) qui sont les grands organisateurs et les grands bénéficiaires de cet abject ordre du monde – eux qui réduisent nos vies et notre environnement à de simples instruments de profit que l’on peut exploiter, dégrader et détruire à souhait, eux qui n’ont aucun scrupule à organiser les pires atrocités, à semer la mort, la misère et le malheur à grande échelle, et qui pour tout cela ont une responsabilité écrasante dans la montée de ce « terrorisme islamiste ».

Pour la société elle-même il importe de donner à voir et de marquer d’infamie tous ces « terroristes » à l’instar de tous ces « criminels » et « délinquants » et autres misérables contrevenants aux saintes lois. C’est ainsi que se perpétue la fiction de son innocence, c’est ainsi que nous pouvons occulter le sort de tous ceux dont la vie est sacrifié avec notre consentement et notre complicité tacites : habitants du Sud massacrés par nos armées ou affamés à mort par la rapacité de spéculateurs qui font exploser les prix des aliments de base (un enfant meurt de faim toutes les six secondes, soit presque cinq millions par an, l’équivalent d’un attentat contre Charlie Hebdo chaque minute), « jeunes des cités» ou manifestants tués par notre police, détenus poussés au suicide, SDF acculés à la rue et à la mort, simples citoyens empoisonnés et assassinés sous l’effet des diverses maladies (notamment le cancer, qui tue 150 000 personnes par an en France) engendrées par le culte de la croissance, la préservation de nos modes-de-vie-pas-négociables et son inévitable cortège de pollutions, etc. C’est ainsi que l’on peut occulter, aussi, le saccage de la nature, du climat, l’anéantissement de nombreuses espèces vivantes – des crimes qui auront des conséquences désastreuses pour les générations futures et que l’on doit, là encore, à la cupidité sans bornes des riches capitalistes autant qu’aux obsessions consuméristes de l’Occidental moyen. Si l’attentat contre Charlie Hebdo a pu être une tragédie pour la société française, il a aussi été pour elle une belle occasion d’étaler partout sa bonne conscience, il a aussi été une belle occasion pour tout un chacun de faire oublier sa lâcheté, son indifférence devant le terrorisme de l’argent et ses innombrables crimes. « C’est vrai, d’habitude je n’ai rien à redire des gens qui à l’autre bout du monde se prennent des bombes dans la gueule pour que je puisse payer mon essence pas cher, et je me moque bien des gens ici qui crèvent dans la rue, mais oublions tout : JE SUIS CHARLIE ! Les méchants, ce sont les « terroristes », n’est-ce pas, moi, je suis un gentil ! »

Et plus l’ordre et ses éminents représentants se rendent coupables de crimes, plus ils sont sévères devant la moindre peccadille, même verbale : ainsi faut-il comprendre ces procédures judiciaires engagées à la chaîne à l’encontre de pauvres bougres sans défense (dont l’un était même décrit comme « déficient mental léger »), et même d’enfants de huit ans ( !), ayant eu le tort, parfois sous l’emprise de l’alcool, d’avoir blagué ou ironisé sur les attentats, d’avoir exprimé leur sympathie pour les « terroristes » ou simplement de s’être indigné de l’indignation sélective des autorités. En quelques jours, trente peines de prison ferme ont été prononcées, allant de trois mois à quatre ans ! Une sévérité, une cruauté d’autant plus inouïe qu’au même moment ces persécuteurs proclamaient avec force leur attachement le plus indéfectible… à la « liberté d’expression ». Bien entendu, pas plus qu’ils ne combattent le terrorisme ils ne défendent la liberté d’expression – qui doit être totale ou rien. Il est facile de défendre la liberté d’expression pour soi ou quand cela nous arrange, mais cela n’a rien à voir avec une authentique défense de la liberté d’expression, qui exige de tolérer précisément les propos qui nous gêne ou nous choque.

Pourquoi nos gouvernants ne luttent pas contre le terrorisme

La guerre au service du maintien de l’ordre social

A travers cette « lutte contre le terrorisme », il s’agit aussi d’incarcérer la société dans une logique et un climat de guerre – la « guerre au terrorisme » -, et ainsi de nous faire marcher au pas et neutraliser toute contestation. Puisque l’ennemi « terroriste » a déclaré la guerre à tous les Français en tant que Français, puisque cette guerre les menace et les engage tous, alors tous les Français devraient unir leurs forces et cesser de se « chamailler ». Toute guerre a cela de magique qu’elle insuffle la discipline, qu’elle rend intolérable et même incongrue aux yeux de la plupart toute espèce de dissonance. «Qui n’est pas avec nous est contre nous.» C’est ainsi qu’au nom d’une cohésion jugée cruciale tout vrai débat sur le sujet devient hors de propos, que toute réflexion sérieuse et que tout autre son de cloche que celui du pouvoir devient inadmissible, perçu au mieux comme de l’irresponsabilité au pire comme de la traîtrise et sanctionné à mesure – on a pu voir, dans la France de l’après 7 janvier, un professeur de philosophie accusé d’« apologie de terrorisme » et suspendu pour avoir voulu faire réfléchir (quelle idée !) ses élèves aux causes du « terrorisme islamiste ».

Rien de tel qu’une guerre pour forcer le rassemblement de tous les membres d’une société et, in fine, solidariser les spoliés avec leurs spoliateurs, les exploités avec leurs exploiteurs, les victimes avec leurs bourreaux. Pour qu’elle puisse espérer être remportée, toute guerre exige en effet l’union, l’« union sacrée »… mais une union qui n’est concevable que sous l’autorité et au profit de ceux qui ont le pouvoir et qui implique donc la sanctification de l’ordre social existant. Qui dit soumission à une discipline dit soumission à une hiérarchie, qui ne peut que correspondre avec la hiérarchie sociale établie. La guerre est ainsi l’occasion de (res)souder le peuple autour de ses dirigeants, de le rallier à ses intérêts, de mettre au pas les citoyens les plus rétifs à l’ordre et de mettre en sourdine les sujets de tension et les conflits inévitables qui peuvent traverser une société, en particulier entre nantis et nécessiteux, entre dominants et dominés. Et, bien sûr, la guerre est aussi l’opportunité de canaliser et détourner les colères populaires vers un ennemi commode : un groupe « terroriste » ou un pays étranger. L’idée de la guerre comme outil de maintien de l’ordre social est, si l’on peut dire, aussi vieille que le monde : en 1792, déjà, en France, les « révolutionnaires » bourgeois, effrayés par ces sans-culottes qui aspiraient à un véritable changement social, eurent la bonne idée de les envoyer se faire massacrer aux frontières pour éviter qu’ils mettent leur projet à exécution. Et de même, en 1914, les bourgeoisies européennes en appelèrent ardemment à la guerre pour envoyer les prolétaires s’entretuer et ainsi mieux étouffer leurs velléités révolutionnaires.

Pauvres et bourgeois, sans-abris et milliardaires, chômeurs et banquiers, ouvriers et patrons, policiers et « jeunes des cités », industriels du nucléaire et militants écolos, Philippe Poutou et Nicolas Sarkozy, voici donc que nous devrions tous être unis et frères face à cette menace jugée mortelle – « unis et frères » dans la mesure, bien entendu, où le plébéien met plus d’entrain encore que d’habitude à se laisser exploiter et brutaliser par ses « frères » riches et puissants. Rien de tel que la guerre pour légitimer et conforter les inégalités et injustices d’une société…

Bien sûr, cette « guerre au terrorisme» n’est pas tout à fait une guerre comme les autres. La « guerre au terrorisme» articule à la fois des interventions militaires « classiques » à l’extérieur de nos frontières et une batterie de mesures et opérations policières à l’intérieur. Cette « guerre » telle que nous la vivons, nous Français, a bien peu à voir avec la guerre telle que nous l’imposons à ceux que nous prétendons délivrer des « terroristes ». Il n’y a bien sûr aucune armée en position d’opérer ici des bombardements massifs ou de nous envahir. Cette « guerre », pour nous, se matérialise surtout par la peur d’être attaqué par un ennemi caché au cœur de la population et qui peut frapper n’importe où, n’importe quand – une peur à laquelle peuvent donner corps quelques rares actions sanglantes, mais qui est surtout suscitée, amplifiée et organisée par le pouvoir, lui qui se plaît à nous matraquer d’alertes et à inonder rues et lieux publics de flics, de militaires et de dispositifs sécuritaires. S’il n’y a pas la guerre à proprement parler, il y a malgré tout le sentiment de la guerre, le sentiment d’être en proie à une grave menace, la peur, la suspicion, la paranoïa, la haine et l’obsession de « l’ennemi » instillés dans les têtes, et c’est bien là l’essentiel. La « guerre au terrorisme » a, pour le pouvoir, tous les avantages de la guerre sans avoir aucun de ses inconvénients – et potentiels inconvénients comme celui de se mettre à dos une population exaspérée par de trop grands sacrifices humains. Il faut dire que la « guerre au terrorisme » a ce mérite, contrairement à une guerre « classique » armées contre armées, d’être, par principe, sans fin (on peut abattre tel ou tel groupe « terroriste », on peut réduire à néant provisoirement tel ou tel forme de « terrorisme », mais il y aura toujours des « terroristes » comme il y aura toujours des « criminels », sans compter l’infinie nécessité de nos gouvernants à qualifier de « terroristes », pour le disqualifier, quiconque se soulève contre lui) et de pouvoir perdurer indéfiniment sans troubler plus que cela le fonctionnement « normal » d’une société. Nous ne devons donc pas appréhender la « guerre au terrorisme » comme une parenthèse, comme un moment difficile à passer, mais comme un mode de gouvernement permanent. Si les guerres ont toujours été instrumentalisées au service des pouvoirs établis, toutes ces guerres sont toujours restées jusqu’ici limitées dans le temps – et leurs avantages avec. Elles n’ont jamais pu offrir l’inouï profit qu’est en train d’apporter aujourd’hui cette guerre permanente appelée « guerre au terrorisme ». Qui dit guerre permanente dit permanence d’un mode de gouvernement spécifique à la guerre, où toutes les garanties – pourtant modestes – que peut offrir « l’Etat de droit » au citoyen sont considérées comme autant d’entraves à la bonne marche de la guerre et doivent donc être suspendues sine die. Il est important de comprendre que cette « guerre au terrorisme » ne vise pas à être gagnée – elle est par principe ingagnable -, elle ne vise qu’à justifier la perpétuation d’un état d’exception, ou plus exactement son instauration progressive. La « guerre au terrorisme » vise à nous habituer à vivre sous toujours plus de contrôles, d’intrusions, de surveillance, de répression, d’arbitraire et avec toujours moins de libertés – et finalement à rendre indolore l’avènement d’un implacable régime militaro-policier qui entravera toute possibilité de vie démocratique et écrasera toute contestation sous prétexte de sécurité et de défense nationale.

Derrière la « guerre au terrorisme », une guerre contre les peuples

On le voit, les gouvernements occidentaux prennent prétexte de la « lutte contre le terrorisme » pour intensifier leur emploi de la terreur à l’égard de ceux qu’ils entendent soumettre. Et cela vaut autant à l’égard de leurs propres citoyens qu’à l’égard de tous ces peuples qu’ils prétendent « délivrer » des « terroristes » : Irak, Centrafrique, Mali, etc. Ce sont ces derniers qui souffrent le plus cruellement de cette « guerre au terrorisme », qui en paient un coût humain terrible. Derrière cette « guerre au terrorisme », qui s’affiche comme une croisade noble et salutaire au service de la justice, c’est la poursuite de la guerre menée par les oligarchies occidentales contre les peuples et leur prétention à disposer d’eux-mêmes. La « guerre au terrorisme » c’est un nouveau prétexte pour eux pour apparaître comme des sauveurs dans les pays aux prises avec les « terroristes » et ainsi de légitimer et de multiplier leurs agressions et leurs pillages. La « guerre au terrorisme », pas plus qu’elle n’a de limites temporelles, n’a de limites géographiques, et elle est pour eux l’opportunité de légitimer et banaliser le mépris d’un droit international encore trop encombrant et des plus élémentaires « lois de la guerre », et d’institutionnaliser un véritable état d’exception international à leur avantage. C’est ainsi que les dirigeants étasuniens, en pointe dans cette guerre, se sont cru autorisé ces dernières années à jouer aux cow-boys sans frontières, en lançant dans plusieurs pays des campagnes d’assassinats ciblés de présumés « terroristes » (prétexte au massacre de nombreux civils), en enlevant des présumés « terroristes » un peu partout dans le monde pour les enfermer et les torturer dans des prisons secrètes, en enfermant indéfiniment et sans jugement à Guantánamo – en totale violation des conventions de Genève – des combattants ennemis qualifiés de « terroristes » capturés sur le champ de bataille.

*

Il n’y a pas de « guerre contre le terrorisme », il n’y a que la poursuite, sous un nouveau masque, de la guerre menée par les riches et les puissants contre les peuples pour défendre et étendre leur sinistre domination. Il n’y a pas de « guerre contre le terrorisme », il n’y a qu’une guerre préventive permanente contre nos velléités insurrectionnelles. Ne nous laissons pas avoir.

Soutenir les Palestiniens et critiquer Israël ? Un droit et un devoir !

Un véritable massacre est en cours à Gaza (plus d’un millier de Palestiniens sont déjà morts, dont de nombreux enfants). Un massacre perpétré avec le soutien des tristes sbires qui prétendent gouverner et représenter la France.
Et, comme il fallait s’y attendre, ceux-ci tentent par tous les moyens de concentrer l’indignation ailleurs et de délégitimer et diaboliser ceux qui osent protester contre les crimes israéliens.
Ainsi font-ils tout un pataquès autour d’insignifiantes violences commises lors des manifs de soutien aux Palestiniens par des manifestants ou des « casseurs ». Ainsi montent-ils en épingle, ou inventent carrément des actes antisémites qui auraient été perpétré dans le cadre ou à l’issue de ces mêmes manifs, et qu’ils présentent comme le signe d’une dangereuse montée de l’antisémitisme en France… Des actes réels ou imaginaires dont ils se servent pour salir et décrédibiliser le mouvement de soutien aux Palestiniens et de protestation contre Israël et ses crimes. Des actes réels ou imaginaires dont ils se servent pour donner une apparence de vérité à leur accusation délirante et diffamatoire selon laquelle la dénonciation d’Israël cacherait en réalité une haine des Juifs…
Ils savent pertinemment que leur soutien aux crimes d’Israël est indéfendable, qu’ils n’ont aucun argument, alors ils crient encore et toujours à l’antisémitisme ! Critiquer, dénoncer Israël, Etat colonial et belliciste, serait encourager et banaliser l’antisémitisme et ne serait jamais qu’une manière d’exprimer son antisémitisme…
Ainsi ont-ils poussé leur mépris et leur refus de toute contradiction jusqu’à bafouer un droit démocratique élémentaire, celui de manifester, prétextant prévenir des violences, notamment antisémites, qu’ils n’ont fait de la sorte qu’encourager, provocations et répressions policières à l’appui ! Comment s’étonner que sombrent dans la violence certains de ceux que l’on ne cesse d’insulter et de vouloir bâillonner ? Comment accepter que l’on puisse criminaliser et réprimer violemment des manifestants pacifiques et que l’on puisse condamner à de la prison ferme ou avec sursis certains d’entre eux qui n’ont eu comme seul tort de s’être défendu contre des policiers agressifs et violents ?

*

 

N’en déplaise à Valls et compagnie, nous avons non seulement le droit de dénoncer Israël et ses crimes mais nous en avons même le devoir ! Il n’y a pas à s’excuser de dénoncer Israël, c’est-à-dire un Etat qui s’est bâti en 1948 sur le vol d’une terre et l’expulsion de ses habitants, les Palestiniens ; c’est-à-dire un Etat colonial qui n’a de cesse depuis sa création d’étendre son territoire aux dépens des Palestiniens, de les expulser toujours plus loin et de refuser le retour des millions de réfugiés qu’ils ont provoqué ; c’est-à-dire un Etat raciste qui n’accorde de droits qu’aux seuls Juifs et considère les Palestiniens comme des parias sur leur propre terre, qui les traite comme des sous-hommes et leur refuse leur droit inaliénable à disposer d’eux-mêmes ; c’est-à-dire un Etat qui ne cesse de faire la guerre aux Palestiniens, qui ne cesse de les bombarder, de les massacrer, de les terroriser, de les emprisonner sans procès, de les torturer ; c’est-à-dire un Etat qui s’accapare toutes les ressources naturelles de la Palestine et réduit les Palestiniens à la misère ; c’est-à-dire un Etat qui relègue les Palestiniens de Gaza dans une prison à ciel ouvert, y entravant fortement l’acheminement de vivres et de médicaments, y empêchant les habitants de mener une vie normale et décente ; c’est-à-dire un Etat qui, pour tout cela, est dans l’illégalité complète au regard du droit international. Il n’y a pas à s’excuser de réclamer justice pour le peuple palestinien. Il n’y a pas à s’excuser de soutenir la lutte de ce peuple opprimé.

Valls et compagnie voudraient, par leur chantage permanent à l’antisémitisme, masquer la réalité et les pratiques scandaleuses de cet Etat et lui donner une respectabilité qu’il ne mérite pas, légitimer l’injustice faite aux Palestiniens et empêcher toute véritable réflexion et tout véritable débat… Cessons de nous laisser manipuler et intimider !

Les véritables antisémites, les véritables provocateurs d’antisémitisme, ce sont ceux-là qui, comme Valls et le CRIF, n’ont de cesse d’amalgamer les Juifs avec cet Etat raciste et criminel qu’est Israël ! Comment s’étonner que l’antisémitisme en France puisse grimper quand ceux-là qui se prétendent les défenseurs et les représentants des Juifs n’ont de cesse d’organiser la confusion entre Juifs et Israël, n’ont de cesse de prétendre que les Juifs sont naturellement et résolument solidaires de la politique d’Israël et que critiquer Israël revient à s’en prendre aux Juifs ? Comment ne pas encourager l’antisémitisme lorsqu’on laisse des synagogues et des écoles confessionnelles se transformer en bureau de recrutement pour l’armée israélienne ? Comment ne pas banaliser l’antisémitisme lorsqu’on crie à l’antisémitisme à la moindre critique d’Israël ? A la vérité, loin de combattre et redouter l’antisémitisme, les défenseurs d’Israël l’encouragent, à la fois pour renforcer leur chantage sur leurs adversaires et pour terroriser les Juifs et ainsi mieux les embrigader.

Les véritables racistes, ce sont ceux qui défendent l’Etat raciste d’Israël, ce sont ceux-là qui n’ont à rien à redire du sort des Palestiniens.

Les véritables violents, ce ne sont pas ceux qui manifestent en soutien à la Palestine, ce sont ceux qui sont à la tête d’Israël, ce sont ceux qui soutiennent Israël et ses crimes et ne cessent de vouloir diaboliser, criminaliser et faire taire leurs contradicteurs.

Les véritables agresseurs, ce ne sont pas les Palestiniens, qui ne font jamais que s’insurger contre leurs oppresseurs. Les véritables agresseurs, ce sont les Israéliens, et cela depuis plus de 65 ans. Les Palestiniens ont parfaitement le droit de se défendre et de s’attaquer par tous les moyens possibles à leurs oppresseurs. Tant que les Israéliens ne rendront pas justice aux Palestiniens, ils ne vivront pas en sécurité ni encore moins en paix et ils ne le mériteront d’ailleurs pas. Défendre le droit d’Israël à se « défendre » c’est en réalité défendre son droit à opprimer et massacrer les Palestiniens toujours un peu plus…

Les seuls véritables terroristes, ce sont les Israéliens qui maintiennent les Palestiniens sous une occupation militaire féroce et trouvent toujours le moindre prétexte pour balancer des bombes sur des habitations, des hôpitaux, des écoles, comme à Gaza ces derniers jours.

*

S’il est si important de protester contre ce que fait subir Israël aux Palestiniens, c’est aussi parce que la France y joue un rôle capital. Si Israël peut faire ce qu’il veut depuis 65 ans, c’est qu’il est soutenu mordicus par deux pays en particulier : les États-Unis et la France, deux pays où le lobby pro-israélien est (tout-)puissant. S’il perd l’appui de ces deux pays, Israël sera contraint de rendre justice aux Palestiniens. Les Français ont donc un devoir particulier envers les Palestiniens.

Comment pouvons-nous aider les Palestiniens face à ces épreuves qu’ils subissent ? Comment les aider à conquérir leur droit légitime à disposer de leur terre et de leur destin ? En faisant connaître leur situation autour de soi, en sensibilisant au sort qui est le leur.  En apportant son soutien aux actions menées par les organisations pro-palestiniennes et les associations humanitaires qui œuvrent en Palestine. En manifestant, en interpellant les médias et les politiques – et en cessant de soutenir par nos votes et nos impôts ceux-là qui font allégeance à Israël. En boycottant les produits israéliens et les entreprises qui soutiennent Israël.

 

antisémitisme chantage

 

————-

 

Lettre ouverte à M. Hollande

Monsieur Hollande,

J’étais à la manifestation du dimanche 13 juillet à Barbès. Il y avait beaucoup de monde. Plus de 20.000 personnes. Des personnes très en colère à cause de l’agression du gouvernement israélien sur la population civile de Gaza. Le massacre avait déjà commencé. Beaucoup de jeunes, une très grande majorité issue de l’immigration. J’ai regretté d’ailleurs l’absence des partis de gauche et des syndicats français. Ces 20.000 personnes ont défilé sans incident notable jusqu’à la dispersion, de Barbès à la Bastille, malgré la pluie, malgré le Ramadan pour beaucoup d’entre elles. Les slogans fusaient et certains vous étaient d’ailleurs destinés : « Israël assassin, Hollande complice ». C’est compréhensible : au lieu de vous positionner du côte des victimes civiles de ce qui n’étaient alors que des bombardements, vous avez justifié l’agression car selon vous, “Israël a le droit de se défendre” !

Se défendre contre qui, contre quoi ?

Personne ne saurait justifier le meurtre des trois jeunes israéliens –dans un lieu d’ailleurs fort éloigné de Gaza, rappelons-le et à notre connaissance, personne ne l’a revendiqué. Nous ne rentrerons pas dans la comptabilité morbide des cadavres de l’un et l’autre camp, mais enfin, rappelons la situation extrêmement dramatique qui prévaut aujourd’hui, où les victimes palestiniennes, dont ¾ de civils et un grand nombre d’enfants, se comptent par centaines !

En Cisjordanie aussi, pas un jour ne s’écoule sans mort d’homme ou d’enfant, par balle de l’armée israélienne, ou indirectement à cause des limitations de mouvement dont fait l’objet la population palestinienne : les blessés qui n’arrivent pas à temps à l’hôpital parce qu’on ne laisse pas passer l’ambulance, les femmes enceintes qui accouchent aux check-points, et j’en passe, sans parler des maisons fouillées, démolies en représailles, les agriculteurs qui n’ont pas accès à leur terre pour la cultiver… A Gaza, même chanson avant l’opération : les pêcheurs mitraillés parce qu’ils essayent de gagner leur vie, les agriculteurs…

Monsieur Hollande en Palestine, la situation est la suivante : l’occupation israélienne continue, les colonies continuent à se développer -500.000 colons en Cisjordanie et à Jérusalem-Est ; à Jérusalem-Est les Palestiniens sont poussés à vider les lieux, les maisons s’effondrent ou sont détruites et Gaza subit un siège depuis 7 ans et ne dispose pratiquement plus d’eau potable, d’électricité quelques heures par jour, la population se trouve dans une situation humanitaire catastrophique. Et ce malgré la signature des accords d’Oslo et les pourparlers qui ne mènent à rien.

Cependant la différence entre Gaza et la Cisjordanie, c’est que le gouvernement du Hamas refuse de se soumettre et de collaborer avec le gouvernement israélien. Est-ce là son crime ? On pourrait le croire, car la Cisjordanie elle, n’est pas bombardée, malgré la répression qui sévit. C’est que la résistance des Comités populaires de Bili’n et autres y est pacifique, les groupes armés ayant été démantelés par l’Autorité Nationale Palestinienne. Mais qu’a-t ’elle gagné au change ? Rien, une économie asphyxiée complètement dépendante de l’aide internationale et d’Israël, un territoire sous contrôle militaire israélien, qui d’ailleurs en est réduit à une peau de chagrin… où est l’état palestinien promis par Oslo ?

Mais voilà qu’Israël et ses alliés occidentaux reprennent en cœur leur mantra favori : c’est la faute du Hamas ! Il nous faut un coupable : il est tout désigné. Et comme la population civile de Gaza a eu le tort de voter Hamas aux élections, c’est elle qu’il faut punir ! Même ceux qui à l’époque n’étaient pas nés : les enfants, de futurs terroristes ! Quel cynisme ! La démocratie, c’est clair, n’est pas pour tout le monde ! Surtout pas pour les Arabes, comment le démontre le coup d’état militaire d’Al-Sissi en Égypte. Il avait soutenu Gaza lors de la dernière opération punitive contre Gaza, justement… M. Obama avait pourtant prononcé un beau discours au Caire sur la démocratie, l’appelant de ses vœux… des vœux pieux, comme on sait.

Aujourd’hui, on ne compte plus les victimes ! Des civils, des femmes, des enfants ! Des infrastructures démolies : c’est un véritable massacre. Alors il y a une autre hypothèse, qui ne contredit pas la première. C’est que Gaza constitue un magnifique banc d’essai pour l’industrie de l’armement israélienne, qui d’ailleurs se vante du privilège de tester en direct ses drones et autres merveilles de technologie sur des cibles réelles ! Pendant ce temps, les acheteurs ont tout loisir de voir leur efficacité ! Et ils ne sont pas les seuls à assister à ce sinistre spectacle : les spectateurs israéliens s’installent sur les hauteurs pour voir pleuvoir la mort sur Gaza ! C’est incroyable ! Comment peut-on arriver là ?

On nous demande souvent comment est-il possible que ceux qui ont tellement souffert de la discrimination et des persécutions soient à leur tour devenus des bourreaux ? Cette explication tient en un mot : le Racisme ! C’est la même réalité qui présidait aux méfaits des Nazis : pour eux les membres des races inférieures ne méritaient pas de vivre. Et bien Monsieur Hollande, aujourd’hui dans la société israélienne, le mot arabe est porteur du même sens, de la même charge que l’était le mot juif il y a 70 ans en Europe. Un être méprisable dont la vie ne vaut rien. Allez voir ce que font les colons juifs aux Palestiniens à Hébron, n’importe quel visiteur peut le voir de ses propres yeux.

Monsieur Hollande, mes camarades de l’Association Catalane de Juifs et Palestiniens qui travaillons ensemble pour la justice (et donc la paix) sommes très inquiets. Inquiets avant tout pour la population civile de Gaza, massacrée en toute impunité sans que les puissants de ce monde n’y trouvent rien à redire. Heureusement des nations courageuses comme l’Équateur et la Bolivie s’indignent et s’inquiètent du sort qui leur est fait, mais cela s’explique, ces nations ont souffert dans leur chair et leur âme les méfaits du colonialisme, leur vision des choses est donc bien plus claire que la vôtre.

Mais nous sommes aussi inquiets parce que l’État d’Israël sème la haine, et qui sème la haine récolte la tempête. Israël se prépare des lendemains difficiles car tout le monde sait que les choses changent, les alliances changent et un jour ou l’autre, il trouvera face à lui plus fort ou plus déterminé. En se posant comme défenseurs des Juifs du monde entier, en voulant imposer Israël comme un état juif, M. Netanyahu prétend non seulement agir en notre nom, pour nous défendre -alors que nous ne lui avons rien demandé- mais en plus, il tue en notre nom ! Pire, aux yeux du monde, la politique israélienne est directement associée aux juifs, et en renforçant la confusion entre sionisme et judaïsme, Netanyahu est responsable des représailles qui peuvent surgir contre les juifs.

C’est pourquoi nous sommes contre cette définition d’un État juif, parce qu’elle est inacceptable au moins à deux niveaux : le premier, interne, parce qu’il implique la supériorité d’une “ethnie” et d’une religion sur le reste des citoyens de l’État. Et nous posons la question : est-ce que c’est acceptable dans une démocratie au XXIe siècle ? Le deuxième, au plan international, parce que le gouvernement israélien transforme par un coup de baguette magique, les 8 millions de Juifs du monde en citoyens potentiels de l’État d’Israël, ce qui est parfaitement inacceptable, alors que les 6 millions de réfugiés palestiniens n’ont même pas le droit de visiter les membres de leur famille en Palestine. Oui, les lois d’Israël permettent à n’importe quel juif du monde d’immigrer en Israël et d’en avoir la citoyenneté, alors que les palestiniens d’Israël sont des citoyens de seconde zone et que ceux des territoires occupés attendent toujours la reconnaissance de la Palestine comme État indépendant ! Et les 6 millions de réfugiés attendent toujours qu’on statue sur leur sort.

Mais revenons à nos moutons : ce qui est très grave, c’est qu’un pays comme la France, que vous gouvernez, vient d’interdire à sa population d’exprimer sa sympathie, sa solidarité envers le peuple palestinien, pour une cause noble et juste. Et quel est le prétexte invoqué pour interdire une manifestation ? Du jamais vu depuis De Gaulle, en plus de la part d’un gouvernement de “gauche” ? L’antisémitisme qui s’exprimerait à travers des troubles et des agressions envers les synagogues ! Monsieur Hollande, je vous envoie ci-joint la photo de l’Union des Juifs de France pour la Paix, poignée de justes défilant au milieu des « hordes islamistes incontrôlées » place de la République ! Et comme vous voyez, ils n’ont pas été lynchés ! Par contre les extrémistes de la Ligue de Défense Juive campent à leur aise devant la synagogue de la Roquette, libres de provoquer comme bon leur semble.

Monsieur Hollande, si vous ne laissez pas les jeunes crier leur colère, alors attendez-vous à ce qu’ils l’expriment d’une manière beaucoup dangereuse et incontrôlée ! Il vous suffirait de vous joindre à eux, d’exprimer votre compréhension et votre sympathie, pour une cause juste et d’appeler à la modération, mais non, vous préférez vous ranger du côté des va-t’en guerre… Alors, quelle est l’image de la France que vous donnez au monde, à ceux pour qui Liberté, égalité, fraternité ne sont pas de vains mots ? Sans parler du socialisme… Et comment voulez-vous que les jeunes associent la gauche à la défense des opprimés ?

Israël reçoit officiellement trois milliards de dollars par an en concept d’aide militaire américaine. Chaque année, l’Union européenne renforce ses liens de coopération militaire, économique, politique avec Israël. Sans cette aide, Israël serait condamné à s’entendre avec ses voisins et à mettre fin à sa politique de colonisation et d’apartheid. Aujourd’hui, l’UE incite les entreprises et investisseurs à ne pas engager des fonds liés à la colonisation des Territoires palestiniens occupés. C’est un pas dans la bonne direction, mais c’est insuffisant.

Les dirigeants israéliens se croient tout puissants car ils jouissent d’un soutien sans faille, d’une immunité totale de la part des grandes puissances d’hier et d’aujourd’hui, dont la France, et déstabilisent une région déjà extrêmement volatile. Il est temps de mettre un terme à cette politique et nous vous engageons à rompre toutes les relations avec Israël tant que les résolutions de l’ONU ne seront pas appliquées et les Droits de l’Homme respectés. Aujourd’hui, le BDS (Boycott, Désinvestissements, Sanctions) est la stratégie pacifique et efficace émanant de la société civile palestinienne que nous devons soutenir et renforcer en vue d’une solution juste et durable.

Laurent Cohen, coprésident de Junts Associació Catalana de Jueus i Palestins

Source : Investig’Action

 

Pour en finir avec la religion de la croissance

escargot3

En octobre 2013 s’est tenu comme chaque année à Lille le « Forum mondial de l’économie responsable» – appelé aussi « World Forum Lille ». L’une des conférences organisées dans ce cadre, à laquelle nous avons pu assister, avait pour objet la « consommation responsable ».

Étaient présents à cette conférence plusieurs hauts responsables d’entreprises, venus des quatre coins du globe (une Italienne travaillant dans la fabrication et la vente de légumineuses, un Japonais dans la fabrication et la vente de produits nutritionnels, un Chinois dans le textile, un Français dirigeant une chaîne d’hypermarchés dans le Nord), qui ont fait le choix du « responsable », c’est-à-dire qu’ils se sont engagés à ce que leurs activités se soumettent à des règles éthiques stricts : volonté d’un commerce « équitable » avec les pays du Sud, respect de la personne humaine et de l’environnement, etc.

Au premier abord, on ne peut qu’applaudir devant tant de bonnes intentions et de bons sentiments. Consommer « responsable », qui peut-être contre ?

Sauf qu’il y a déjà un problème dans cette façon d’acter et banaliser l’acte de « consommer », de faire comme si la « consommation » allait de soi, était notre horizon naturel et indépassable. « Consommer » n’est pourtant pas une activité innocente, répondant à l’assouvissement de besoins essentiels, mais la réponse à une insatisfaction organisée par la publicité, qui nous crée sans cesse de nouveaux besoins et nous pousse à acheter sans autre motif que d’acheter. On ne « consomme » pas de la nourriture ou des produits de santé, par exemple ; on se nourrit et se soigne. Nous n’avons pourtant entendu dans cette conférence aucune remise en cause du délire consumériste en lui-même, sinon qu’il pourrait devenir « responsable » ; ce délire consumériste, cette obsession de croître son « confort » matériel qui est pourtant en elle-même, par la quantité d’énergies et de travailleurs serviles et bon marché qu’elle requiert nécessairement, respectivement la cause du saccage de l’environnement et du mépris des vies humaines, en particulier dans le Sud. Peut-on vraiment se satisfaire d’atténuer le malheur que nous organisons ?

« Comment faire pour continuer à vendre ? »
Et puis, surtout, à bien y écouter on découvre au travers de leurs interventions désespérément sans âme, de leur langage économico-centré, de leur langue de bois commerciale et quelques phrases perdues ici et là une seule véritable préoccupation : celle de réussir leur business, celle de continuer à faire du pognon. Ainsi apprend-t-on qu’il s’agit en réalité de « s’adapter à une nouvelle exigence du consommateur », celle de consommer en respectant la planète et le travailleur à l’autre bout de la chaîne, auprès duquel il faut être « crédible » et digne de « confiance » ; qu’il s’agit, autrement dit, pour l’entreprise d’attirer les consommateurs sur ses produits où le respect de critères éthiques est considéré ouvertement comme une véritable « valeur ajoutée » ; qu’il s’agit pour l’entreprise de valoriser l’image de sa marque et donc faire du profit « durable »…  surtout dans un sens économique ; qu’il s’agit au moins autant d’assurer la fidélité du consommateur en lui assurant une certaine qualité que de protéger l’environnement, selon l’aveu d’un intervenant reconnaissant aussitôt involontairement l’hypocrisie de cette conférence « où il s’agit de se focaliser sur les aspects environnementaux et humains » de « l’économie responsable » et de la sorte masquer l’aspect le plus important ; qu’il s’agit, à l’endroit des consommateurs pas encore sensibilisé à ces préoccupations, de les « sensibiliser », de les « impliquer » – autrement dit de perpétuer le harcèlement publicitaire pour la bonne cause. Ainsi l’animatrice de la conférence, elle aussi travaillant dans « l’économie responsable » et semble-t-il démangée par sa rage de profit, peut-elle suggérer que le produire « responsable » pourrait être « un facteur de compétitivité en ces temps de crise » sans recevoir la moindre réprobation de la part des intervenants. Alors que le naïf pense tomber sur des écolos et des humanistes, il n’a en réalité affaire qu’à de vulgaires businessmen faisant commerce d’écologie et d’humanisme. Ces businessmen qui réduisent des problématiques essentielles pour l’humanité en arguments publicitaires – cette conférence elle-même n’apparaissant au bout du compte que comme une page de publicité habillée de bonne conscience humaniste et écologique. La grande préoccupation de ces gens, leur grande question c’est : face à la « crise » économique, face au désastre écologique qui vient, mais aussi et surtout face à une prise de conscience de plus en plus grande des effets nocifs (humains et environnementaux) de notre consommation dans les pays du Nord, comment faire pour que mon entreprise continue à vendre ? Comment continuer à faire des profits et augmenter chaque année mon chiffre d’affaires ? Une préoccupation qui n’est pas que celle d’une minorité de businessmen mais celle de toute une société encouragée dans sa voracité sans limites. Une préoccupation sordide qui ne s’avoue bien sûr pas comme telle mais qui prend des habits plus présentables : ceux de la croissance. Cette croissance, cette Sainte-Croissance que l’on présente comme la condition de notre bonheur alors qu’elle n’est que le cache-sexe de notre soif jamais rassasié de gain, autrement dit de notre malheur. Produire plus pour gagner plus.
 
Le cas le plus emblématique de cette conférence est assurément celui de ce responsable des hypermarchés Leclerc qui prend la parole à la toute fin. Décrivant ses actions pour la réduction des publicités papiers de ses magasins dans les boites de lettres, non sans s’auto-féliciter de sa prétendue prise de conscience écologique, notre businessman-écolo est interpellé par un membre de l’assistance qui ose lui demander pourquoi… il ne cesse tout simplement pas d’en envoyer. Hein, pourquoi ? « Mais parce qu’il faut bien que je fasse marcher mon commerce ! Je ne peux pas me passer d’un tel outil dans le climat de concurrence dans lequel nous sommes » que lui répond en substance l’écolo-« responsable ». Et boum. Le propos en bout de conférence qui a l’air plein de bon sens mais qui dit tout de notre démence, de notre schizophrénie, qui dit tout de l’impuissance de nos pseudo-écologistes à se libérer de l’imaginaire productiviste. Ainsi, « pour faire marcher son commerce » – objectif qui ne se contente pas de bêtement répondre aux besoins de la population mais exige de lui en créer sans cesse de nouveaux par le biais de la publicité et auxquelles on se propose charitablement de répondre – on peut continuer notre guerre à l’environnement en parfaite bonne conscience, puisque là est évidemment le plus important. De même que nous organisons et tolérons tous d’innombrables crimes contre la nature puisque seule importerait au final la croissance de notre PIB, autrement dit l’accroissement infinie de notre confort matériel.

Bien entendu, on pourrait nous rétorquer de voir les choses telles qu’elles nous arrangent de les voir. Il suffit pourtant d’écouter avec attention n’importe lequel de ces « écolos » de salon pour se convaincre du niveau d’imposture. On peut saluer à cet égard l’honnêteté de l’écolo-starlette Maud Fontenoy qui explique dans son dernier livre au titre déjà très explicite (Ras-le-bol des écolos, pour qu’écologie rime avec économie) que « l’appât du gain, inhérent à l’homme devrait nous servir à changer les choses. Soyons plus durables pour être plus rentables ! » ajoutant : « Alors oui, permettez-moi de le dire, le business durable peut être une voie pour sortir de la crise. » (propos repris par l’excellent journal La Décroissance)

La croissance ou le mythe d’une goinfrerie salutaire
La croissance du PIB… La croissance. La croissance pour la croissance ou la loi suprême de ce monde. L’obsession de produire toujours plus sans autre justification avérée que celle de gagner toujours plus d’argent, de se goinfrer toujours davantage et sans souci de ce qu’on produit ni de sa qualité. L’obsession de produire toujours plus qui réclame que la population consomme toujours plus et donc de libérer et d’exciter continuellement en chacun le goût de la goinfrerie. L’obsession de produire plus à la fois cause et conséquence de cette goinfrerie et qui enferme l’humanité dans le pire des cercles vicieux.

La croissance ou la ruse des plus riches et des plus cupides pour se faire toujours plus de pognon avec la complicité et la promesse faite aux plus pauvres qu’ils y trouveront leur bonheur.

La croissance ou le masque, la légitimation et l’exacerbation d’un égoïsme, d’une goinfrerie, d’une soif de domination qui nécessairement coupent et dressent les hommes les uns contre les autres, qui nécessairement provoquent injustices, misères, violences, servitudes et guerres.

La croissance ou le mythe d’un assouvissement possible des désirs matériels de chacun. La croissance ou le mythe d’un accroissement infini du gâteau, donc celui de la possibilité de se goinfrer, comme solution aux dégâts de la goinfrerie. La croissance ou le mythe du bonheur par l’accumulation de toujours plus de biens matériels. La croissance ou le mythe d’une quête matérielle infinie possible dans un monde fini.

La croissance ou la prétendue noble cause derrière laquelle se cachent nos pulsions et passions les plus viles pour mieux se banaliser. Cette course sans fin au profit et aux richesses matérielles élevée au rang de religion. L’avarice érigée en modèle de civilisation. Ce déchaînement sans limites d’égoïsme, de volonté de puissance, de voracité, de pillages, de gaspillages, de pollutions, de destructions déguisé en course majestueuse au progrès. Ce sacrifice toujours plus poussé de l’écosystème, des espèces animales et végétales sur l’autel de notre confort matériel. Cette colonisation toujours plus approfondie de nos existences par l’argent et réduisant la jouissance de la vie à la seule jouissance matérielle. Cette lutte féroce de tous contre tous pour la possession et le pouvoir qui permet à une petite partie de l’humanité de vivre dans l’opulence et plonge nécessairement le reste dans la misère mais qui n’en prend pas moins le masque du modèle indépassable de lutte contre la misère.

La croissance ou la guerre perpétuelle comme moteur et horizon de toute société. La guerre à notre humanité. La guerre à la vie. La guerre aux animaux. La guerre à la nature, à sa beauté et son intégrité. La guerre de tous contre tous pour améliorer son confort matériel ou simplement survivre. La guerre des plus riches contre les moins riches dans le dessein d’être toujours plus riches. La guerre des nations puissantes et riches de leur talent à piller contre les nations humbles et riches en ressources naturelles – l’opulence toujours plus étendue des uns étant toujours au prix de la réduction toujours plus poussée des autres à l’état de serfs nécessiteux.

La croissance ou la poursuite du vent imposé à tous. Le tonneau des Danaïdes comme modèle économique. Le supplice de Tantale comme projet de société. Le problème se prenant perpétuellement pour la solution.

La croissance… L’indiscutable et indiscutée croissance… L’objectif qui rassemble tout le monde, de l’extrême-droite à l’extrême-gauche… en passant par les prétendus écologistes.
Il va ainsi de soi pour la quasi-totalité d’entre nous qu’il faut chaque année « produire plus » que l’année précédente – et de la même manière « consommer plus », qui est son préalable et sa justification. A défaut de connaître une récession, véritable antichambre de l’enfer. A défaut de ne pas voir la courbe du chômage s’inverser et de voir le « pouvoir d’achat » stagner voire baisser. L’objectif de la croissance ? La clé du salut, du bonheur. Du pur bon sens que seuls des illuminés irresponsables oseraient remettre en cause.

L’humanitaire et l’écologie comme simples facteurs de croissance
Ainsi prétend-t-on aussi défendre l’environnement sans toucher au dogme de la croissance. Il suffirait ainsi de faire un peu plus attention à notre comportement, à se fixer quelques limites, à produire et consommer « responsable », « durable », et tout serait sauvé. Ainsi l’objectif de l’« économie responsable », du « développement durable » est-il de consommer « mieux » pour continuer à consommer toujours plus, de produire davantage « vert » pour continuer à produire toujours plus ; autrement dit de polluer moins pour continuer à polluer plus longtemps, autrement dit de continuer à détruire la planète et avilir ses habitants avec le sentiment du devoir citoyen accompli.

Rien d’étonnant à ce que l’humanitaire, la santé et surtout l’écologie deviennent aujourd’hui des business comme les autres. Tout doit devenir un facteur de croissance, même et surtout les innombrables méfaits de la croissance. Ses méfaits sont autant de prétextes pour justifier sa perpétuation. Les entreprises en font leur business, avec souvent l’appui de l’Etat : l’« écotaxe », dont a beaucoup parlé ces derniers temps, en est un exemple parfait. Sous prétexte de lutter contre le réchauffement climatique, on crée une taxe dont on confie la récolte et une grande part du butin à des entreprises privées. De la même manière, la fameuse et prétendue « transition énergétique » que nous vendent régulièrement les politiques de droite et de gauche n’a de sens pour eux que si elle sert la croissance.

La croissance, ce fanatisme, ce délire, cette démence avec laquelle il est urgent d’en finir. La croissance, ce verrou mental qu’il faut faire sauter au plus vite.

La croissance, un crime contre l’environnement
Il faut le clamer haut et fort : on ne peut pas à la fois prétendre sauver l’homme et son environnement et suivre docilement l’objectif perpétuel de croissance. Il n’y a pas de croissance propre. Tout objectif de croissance dans des pays aussi riches et abondants que les nôtres est un objectif aussi absurde que criminel. C’est la croissance, l’activité économique, la planétarisation des échanges et le mode de vie qu’elle implique, qui, parce qu’elle pollue et gaspille énormément d’énergies, est la source du problème posé à l’environnement – la croissance en elle-même et non ses prétendus excès que l’on pourrait corriger. Tous les pseudo-écologistes qui prétendent faire de l’écologie sans remettre en cause l’idéologie de la croissance et son monde doivent être considérés comme les pires ennemis de l’environnement. Des « bonnes intentions » ne suffisent pas : elles ne font que cautionner et conforter un mode de vie et un modèle de production avec lequel il faut rompre.

Une croissance infinie n’est ni possible ni souhaitable.

Elle n’est pas possible car on ne peut pas aspirer à une croissance infinie dans un monde fini. L’objectif de croissance implique une activité économique et des modes de vie toujours plus gaspilleurs et dévoreurs d’énergies épuisables – et qui seront à ce rythme délirant très vite épuisées (comme le pétrole, ce combustible fossile qui a mis des dizaines de millions d’années à se former et dont il ne devrait plus rien rester dans cinquante ans…). Une activité et des modes de vie qui provoquent des dégâts irréversibles sur les milieux naturels, qui provoquent l’extermination d’espèces animales et végétales et dont les conséquences néfastes pour l’homme sont avérées (pour ne prendre qu’un exemple, comment faire sans ces abeilles, menacées par notre usage dément du téléphone portable, qui, en butinant les fleurs, permettent l’apparition de fruits et légumes ?). Une activité et des modes de vie qui provoquent des émissions de gaz à effet de serre dans l’atmosphère à un niveau trop élevé pour pouvoir être comblé par la capacité de régénération de la biosphère, ce qui entraîne un réchauffement du climat dont nous connaîtrons bientôt les dramatiques conséquences si nous ne changeons pas nos comportements radicalement. Les habitants des pays riches, par leur désir sans fin de tous ces biens qui créent pollutions et gaspillages d’énergies dans leur conception, leur acheminement d’un point à l’autre de la planète et leur utilisation, par leur usage intensif et obsessionnel de la voiture, de l’avion, du téléphone portable et autres gadgets à la mode, par leur frénésie de viande, vivent littéralement « sur le dos » de la Terre. Notre « empreinte écologique » est trop élevée pour être soutenable. A titre de comparaison, il faudrait trois planètes pour supporter sans peine les caprices matériels des habitants de la Terre s’ils vivaient tous comme les Français, sept s’ils vivaient comme les Américains. La vraie dette est écologique.

La croissance, un crime contre l’homme
Quand bien même une croissance infinie serait possible, quand bien même elle ne causerait pas de tort à notre biosphère, quand bien même ses dégâts seraient réparables par la Science, elle ne serait pas pour autant souhaitable. Une société qui élève la croissance au rang de religion ne fait pas là un choix économique parmi d’autres et qui n’auraient que de négligeables conséquences ; elle se soumet corps et âmes à des valeurs destructrices qui la subvertissent totalement. Comment pourrait-on davantage accepter une telle société qui mène une guerre permanente à l’homme, le transforme, le formate et le dévalorise en le soumettant aux seules lois de l’économie, en le réduisant à un animal économique, à de la simple chair à profit, en réduisant sa vie à la consommation et – donc – au travail, en le sommant de n’accorder de valeur qu’à ce qui n’existe que pour être vendu – autrement dit à la marchandise – et en le poussant à être toujours plus productif et toujours plus compétitif – notamment via les loisirs et divertissements de masse conçus et mis en avant pour lui faire aimer sa condition d’esclave économique et de le garder et le remettre en forme en tant que force du travail. Une société qui manipule et instrumentalise les besoins des individus en les maintenant dans un état permanent de manque, de frustration, d’insatisfaction matérielle, en leur suscitant l’envie, le désir, mais aussi la nécessité – via l’obsolescence programmée, c’est-à-dire le fait délibéré pour une entreprise de produire des biens inutilisables rapidement – d’acquérir toujours plus de biens, en leur suscitant la jalousie du riche, de celui qui a – dans le but qu’ils justifient et participent, par leur furie de consommateur et donc par leur soumission enthousiaste au travail forcé, à l’objectif dément de croissance. Une société qui rend les hommes toujours plus égoïstes, violents, idiots et malheureux en les poussant à ne pas voir plus loin que leurs caprices, en les encourageant à ne rien désirer tant que l’argent et les biens matériels, en suscitant en permanence chez eux des désirs qui sont par principe infinis et inassouvissables pour la plupart – assouvissement de désirs superflus jugés si prioritaires qu’il prime et empêche, sans trop d’indignation, l’assouvissement des besoins essentiels de tant d’autres. Une société où, parce qu’on ne peut se goinfrer qu’au détriment des autres, l’amour des richesses matérielles empêche nécessairement l’amour du prochain, où l’obsession matérielle devient un obstacle à la jouissance de la vie, où la valeur de nos vies diminue à proportion qu’augmente la valeur que nous accordons à l’argent et aux mirages matériels. Une société qui n’est vraiment pas digne de la civilisation, de la vraie, celle qui est toujours lutte contre l’égoïsme, contre la part d’égoïsme de chacun eu égard à tout ce qu’il légitime de mépris pour la vie d’autrui ; celle qui selon Gandhi, « ne consiste pas à multiplier les besoins » qui multiplient nécessairement à proportion les violences, servitudes et destructions qui les accompagnent, « mais à les limiter volontairement.» – celle qui sait à l’instar d’Epicure que celui « qui n’est pas content de peu n’est content de rien ». Une société qui, par la religion de la consommation, ce « fascisme » dont parle Pasolini et qui exige des hommes sans mémoire et sans identité, participe à une uniformisation encore jamais vue des comportements humains, à une véritable extermination des cultures traditionnelles, locales, populaires, et de ce qu’elles possèdent et incarnent encore comme sagesses et résistances salutaires à la froide dictature économique. Une société qui n’a d’autre morale que la bonne santé du PIB – lui qui fait fi de la qualité des productions et ne se concentrent que sur leur quantité, lui qui prend en compte dans ses divines statistiques toutes les productions liées aux conséquences de guerres, de destructions, d’actes de « délinquance » et des accidents de la route ; autant de facteurs de croissance qu’ils seraient ignobles de se refuser. Une société où le mythe d’une croissance nécessaire et porteuse de tous les bienfaits remplace l’exigence pour ici et maintenant d’un véritable partage des richesses et d’une vie décente pour tous et les repousse aux calendes grecques. Une société où la focalisation autour de l’objectif de croissance remplace la question de ce que l’on produit, l’interrogation sur les fins, bref l’interrogation sur la société elle-même. Une société vouée à la croissance est une société intrinsèquement violente, démente et totalitaire. La croissance, c’est toujours la croissance de notre aliénation, de notre déshumanisation, de notre goinfrerie, de notre violence, de notre malheur ; il faut la refuser en bloc. Comme le dit Paul Ariès, « nous ne sommes pas objecteur de croissance faute de mieux ou par dépit, parce qu’il ne serait plus possible de continuer comme avant. Même et surtout si une croissance infinie était possible, ce serait à nos yeux une raison de plus pour la refuser pour pouvoir rester simplement des humains. (…) Notre combat est avant tout un combat de valeurs. Nous refusons cette société de travail et de consommation dans la monstruosité de son ordinaire et pas seulement dans ses excès. »

Qu’un pays se donne un objectif temporaire de croissance économique dans la mesure où il s’agit pour lui de sortir sa population de la misère, à l’instar de nombreux pays du Sud, est une chose. Tout autre chose est cet obstination d’un pays tel que le nôtre qui, aussi riche, opulent et gaspilleur soit-il, n’en reste pas moins obsédé par cette idée fixe de croissance et sans autre justification qu’elle-même.

illusdruilheLe mythe de la croissance comme facteur d’un « mieux »
Inconsciemment, le citoyen lambda assimile croissance à bien-être. La croissance est pour lui synonyme d’un « mieux ». Toucher à la croissance c’est aussi toucher à un « niveau de vie » que nous ne voulons à aucun prix voir baisser, qui n’est d’ailleurs jamais assez élevé pour nous – qu’importe qu’il ait pour prix la destruction de notre environnement et la réduction des populations du Sud à des conditions inhumaines de vie et de travail. Nous avons peur de perdre notre « niveau de vie », ce qui finira inéluctablement par arriver tant il n’est pas soutenable en plus d’être dément. Doit-on vraiment s’en attrister ? Pour cela encore faudrait-il que ce haut « niveau de vie » calculé en « pouvoir d’achat » signifie une réelle qualité de vie, ce qui est de moins en moins vrai, tant le confort matériel cache un inconfort général où se multiplient les effets nocifs de la croissance sur nos existences : mal de vivre et violences de toutes sortes liés aux inégalités, à la misère et à la frustration organisée ; stress, dépressions et autres troubles et maladies liés à la violence du travail, au culte de la vitesse, à la pollution sonore ; insécurité routière et son cortège de sacrifiés ; pollution de l’air, due essentiellement à l’usage de la voiture et à l’industrie, causes de maladies respiratoires, cardio-vasculaires et de la plupart des cancers ; pollution de l’eau, due principalement aux activités industrielles, à l’agriculture intensive, aux déchets domestiques, provoquant des troubles respiratoires, des troubles de la reproduction, des malformations, et favorisant l’apparition de cancers ; surconsommation de viande favorisant l’apparition de maladies cardio-vasculaires et de cancers du colon et de la prostate ; généralisation de la nourriture industrielle, des boissons industrielles, favorisant des dégâts similaires sur notre santé, auxquels il faut encore ajouter des phénomènes de dépendance et des troubles du comportement ; utilisation intensive du téléphone portable provoquant la lésion de l’ADN cellulaire et l’apparition de tumeurs cancéreuses, etc. Autant de méfaits, de nuisances sur notre santé et notre intégrité psychique – pour en rester à ceux qui sont objectivement identifiables et incontestables – qui, loin de provoquer une remise en cause de notre mode de vie et de la croissance, sert de prétexte à aller toujours plus loin dans cette direction… afin de les régler ! Peut-on parler tout simplement de « qualité de vie » quand celle-ci se construit sur la négation de celles des autres, de celles des générations futures, de celles de tous les autres êtres vivants, de celle de l’environnement ? Si la hausse du PIB a longtemps pu aller de pair avec une hausse de la qualité de vie, le seuil critique est dépassé depuis quarante ans. Au point qu’il serait plus exact pour parler d’ici d’un haut niveau de non-vie. Nous n’avons vraiment rien à perdre à tourner le dos à cette existence factice et malheureuse.
 
Mais la question n’est même plus aujourd’hui d’être pour ou contre la croissance et son monde… Le monde la croissance est bientôt mort, et les tentatives bruyantes de le colorer de « vert » est bien une preuve qu’il ne s’agit plus aujourd’hui pour lui que de gagner encore quelques années. Le tout est de savoir si l’on en sortira rapidement ou non. Si l’on en sortira contraint ou volontairement. Par le bas ou par le haut. Par le maintien d’une mentalité d’égoïste et de goinfre qui conduira au chaos et à la réduction autoritaire de la population ou par la décolonisation des esprits et l’avènement d’une société démocratique et solidaire.

Engager la révolution de la décroissance
Il est urgent de démystifier l’idéologie de la croissance, de mettre à nue son caractère absurde et criminel, d’insister sur la vanité de son monde. Il est urgent de se libérer de son imaginaire puissant et séducteur, celui de l’illusoire bonheur par la goinfrerie égoïste, la possession matérielle, et de lui en opposer un autre, sans doute moins attractif au premier abord mais bien plus digne de notre humanité : celui qui prétend au contraire que le bonheur se construit dans une vie de partage, en harmonie avec tous les êtres et libérée de cette obsession de posséder qui nous possède et nous enchaîne – pour mieux nous laisser broyer par le travail, pour mieux nous corrompre, pour mieux nous éloigner de ce qu’il y a de meilleur en nous, pour mieux exacerber notre côté égoïste et violent, pour mieux nous faire participer et adhérer à la violence de ce monde. Celui qui a compris que l’on éradiquera la misère non pas en encourageant toujours davantage ce qui la crée et l’organise, c’est-à-dire la cupidité égoïste et la compétition, mais en prenant la voie de la fraternité et du partage. Celui qui appelle au soulèvement de l’être contre l’avoir et célèbre cette pauvreté – entendue comme refus du superflu – qui est la condition d’une authentique liberté, d’une véritable qualité de vie et d’un partage digne de ce nom ; cette vie simple qui – par la possibilité qu’elle nous offre de rester ouverts aux autres, par son refus d’un « confort » matériel bâti sur le vol et l’esclavage de tant d’autres, par son refus d’accaparer pour soi-même ce qui pourrait manquer à d’autres – ouvre la possibilité concrète pour tous de simplement vivre, selon le beau mot de Gandhi – là où dans la course individualiste à l’argent et aux biens matériels la goinfrerie des uns crée toujours inéluctablement la misère des autres.

Il est urgent de se détourner de ces fausses alternatives « écologiques »  ou « antilibérales » – qui légitiment et confortent la violence économique en se restreignant à vouloir l’atténuer – et d’engager une authentique révolution des cœurs et des esprits, seule à même de bousculer l’ordre des choses et d’éviter le chaos ; urgent de déclarer l’amour à la vie, à la beauté du monde, et donc la guerre à ce maudit égoïsme, à ce sordide esprit de goinfrerie présents en chacun de nous et qui sont la cause de tous nos maux.

Il est urgent de poser les bases d’une nouvelle société –  l’affaire de tous, dès maintenant, dans la révolte de chacun contre ses pulsions égoïstes et dominatrices et ceux qui les excitent, dans l’affranchissement lucide et jubilatoire de tous ces gadgets et obsessions qui n’apportent que le malheur (voiture, avion, téléphones portables, etc.), dans le réapprentissage d’une autonomie, d’un savoir-faire confisqués par notre soumission aux machines et aux mastodontes économiques, dans l’expérimentation collective et l’érection de microsociétés contagieuses ; une société qui réaffirmera l’homme face aux idoles et techniques qui aujourd’hui le manipulent et le mutilent, lui permettra de se réaliser et de s’ouvrir à cette part de poésie, de spiritualité sans laquelle il n’est que de la barbaque ; une société qui reconnaîtra la grandeur de l’homme non dans l’arrogance et la domination sans bornes mais dans l’humilité et le service – l’homme n’étant un homme qu’en utilisant ses qualités au service des autres hommes, au service de cette planète dont il n’est qu’un locataire et de toutes ses espèces vivantes ; une société libérée du carcan de l’économie, de l’argent, du travail, de la consommation, de la marchandise qui ne sont jamais que des conventions, des manières étroites d’envisager et d’organiser la vie en société ; une société libérée du harcèlement publicitaire où l’on vivra certes avec moins de « pouvoir d’achat » de bien superflus mais où augmentera en proportion la possibilité pour chacun de s’épanouir, de se retrouver, de prendre le temps de vivre, de s’ouvrir pleinement aux innombrables richesses de la vie ; une société qui produira moins de richesses matérielles qu’aujourd’hui et donc davantage de liens riches et fraternels entre les êtres humains ; une société qui pourra placer dans les rapports humains la considération qu’elle aura cessé de placer dans les biens matériels, et dans les êtres la confiance et l’importance qu’elle aura cessé de placer dans l’argent ; une société où l’exigence d’une vie riche pour ici et maintenant remplacera la promesse d’un paradis matérialiste la repoussant toujours plus loin dans le temps ; une société où l’activité productive sera au service des hommes et contrôlés par eux, et non plus l’inverse, où l’autonomie et le produire local seront des principes forts, où prévaudra le souci de produire non plus mais mieux et bien, dans l’optique d’offrir à tous les bases d’une vie décente, et ce dans le respect intransigeant des limites de la nature ; une société qui n’aura pas peur d’inventer et qui saura aussi – aux antipodes de ce fanatisme actuel du faux progrès au service de la dictature de l’économie qui veut nous faire croire, avec l’appui objectif de tous les faux rebelles, que toute leçon et toute référence au passé est à proscrire et qui exige des hommes adeptes de la table rase permanente et sans mémoire – se référer au passé, aux expériences et sagesses anciennes afin d’y puiser forces, leçons et morales indispensables à la constitution d’une humanité digne de ce nom ; une société réellement démocratique, c’est-à-dire résolument libertaire, égalitaire et fraternelle.

Autrement dit, il est urgent de faire le choix de la « décroissance », qui n’est pas l’objectif tout aussi stupide de la décroissance pour la décroissance mais la rupture radicale avec cette stupidité de la croissance pour la croissance et de sa vision pitoyable de la vie. Une décroissance qui n’est pas un modèle économique abstrait mais une philosophie et un art de vivre.
 
Utopique ? « L’utopie ne consiste pas, aujourd’hui, à préconiser le bien-être par la décroissance et la subversion de l’actuel mode de vie ; l’utopie consiste à croire que la croissance de la production sociale peut encore apporter le mieux-être, et qu’elle est matériellement possible. » André Gorz

Riche est la vie, et merde à la croissance !

« Changer le monde », oui, mais comment ?

20110529PHOWWW00102

Vouloir un monde meilleur, souhaiter un monde plus juste, est une chose ; se donner les moyens de le construire en est une autre. Et force est de constater que chez tous ceux qui expriment ce vœu, ce souhait, qui pensent agir en ce sens, un sentiment d’impuissance domine. Nous sommes nombreux à penser œuvrer pour un monde meilleur en manifestant, en pétitionnant, en militant, en votant – des modes d’action qui, certes, sont, pour la plupart d’entre eux, utiles et nécessaires, mais qui, pour autant, restent insuffisants. Nombreux à croire qu’exprimer le vœu de changer les choses, et à attendre sagement que d’autres le réalisent, suffirait à changer les choses.

Nous n’y arrivons pas parce que nous ne mettons pas dans la balance le seul élément qui pourrait la faire pencher en notre faveur : notre vie. Nous n’y arrivons pas parce que nos actes, loin de suivre nos paroles, persistent à nourrir et assister ce monde dont nous ne voulons plus. Nous n’y arrivons pas parce que nous ne nous attaquons qu’aux effets, jamais aux causes. Nous n’y arrivons pas parce que nous sommes, pour tout dire, passifs, irresponsables, inconséquents – là est la cause de tous nos malheurs.

Ce qu’il faut faire ? Etre enfin responsable. Vivre enfin conformément à ses idéaux. Etre enfin dans sa vie, dans le moindre de ses gestes digne et conforme à ce monde que l’on souhaite voir advenir. Se comporter comme si le sort du monde tout entier reposait entre nos mains.

Il s’agit de faire concrètement le bien ; donc de ne plus participer, de ne plus collaborer à ce que l’on a identifié comme étant le mal (l’oppression, l’esclavage, la misère, l’injustice, la destruction de notre santé et de notre environnement, etc.), de rompre avec ce qui le permet (notre servitude consentie, notre irresponsabilité, notre inconséquence, notre indifférence, notre égoïsme), pour désarmer ce mal et ses légions qui n’ont de force que celle que nous leur accordons ; de ne plus faire son bien sur la souffrance et le malheur d’autrui ; de ne plus reproduire les mauvaises actions qui ajoutées les unes aux autres font de notre monde cet enfer que nous abhorrons. Il s’agit, pour ainsi dire, de désobéir à des ordres énoncés ou non. De faire dissidence. De faire objection à l’abjection. De faire objection de conscience, comme on disait au temps du service militaire obligatoire, mais objection aujourd’hui à toutes les contraintes et obligations injustes que cette société nous impose et qui provoquent bien plus d’atrocités encore que celles commises par le militarisme en action.

C’est ainsi que nous devons élever notre niveau de conscience. Afin tout d’abord d’identifier précisément ce qui nous dévaste, nous conditionne, nous emprisonne ; bref les causes de notre malheur et de notre impuissance à y mettre un terme.

Ainsi faut-il prendre conscience de l’illusion totale que représente le jeu électoral, qui veut nous faire croire que l’on peut changer les choses par son biais alors qu’il n’est qu’une ruse pour nous cantonner dans l’attente passive d’un hypothétique Grand Soir électoral ; pour que nous consentions, en définitive, à notre servitude et légitimions des politiques que l’on ne choisit jamais.

Ainsi faut-il prendre conscience que l’obsession permanente et sans fin de consommer, de posséder, cette obsession encouragée et organisée, est ce qui fonde ce monde et en même temps ce qui nous y incarcère, nous y subordonne le plus profondément ; et ce qui provoque, autorise et maintient la plupart de ses violences et de ses crimes : exploitation, guerres de prédation, misère, pollution, etc. dont l’intensité, le degré d’infamie est toujours proportionnel à celui de nos besoins matériels – quand bien même nous nous exprimerions ardemment contre. Nous devons bien comprendre que nous n’obtiendrons aucune diminution de ces horreurs trop ordinaires si nous ne sommes pas d’abord capables de nous extraire de l’illusion du bonheur par la consommation et de réviser et modérer nos besoins matériels – nous sommes toujours possédés par ce que nous possédons et voulons posséder. Désobéir, aujourd’hui, c’est d’abord désobéir aux injonctions invisibles mais bien réelles du Moloch consumériste.

Elever son niveau de conscience, c’est comprendre qu’il n’y a aucun acte dans notre vie quotidienne qui soit neutre, indifférent. Comprendre que notre ennemi est moins un sujet qui nous fait face qu’un rapport qui nous tient et dont nous sommes partie prenante. Comprendre que les pouvoirs n’ont de pouvoir que celui que nous leur concédons ; que ce monde n’est jamais que ce nous en faisons, qu’il n’est jamais que celui que nous créons et déterminons par chacun de nos actes, même les plus apparemment anodins, ou de nos non-actes – et qui ont bien davantage de poids que de dérisoires bulletins de vote glissés dans l’urne une fois tous les cinq ans.

Elever son niveau de conscience, c’est appréhender tout ce qu’implique le fait que je fasse ceci ou cela ; que je vis dans tel ou tel niveau de confort ; que je travaille dans tel ou tel secteur d’activité, dans tel ou tel établissement ; que j’achète tel ou tel produit, que j’achète ici ou là-bas ; que j’utilise tel ou tel service.

Nous devons poser la question du coût humain et environnemental de notre mode de vie. Nous devons poser la question de la moralité de notre comportement. Est-il ainsi possible d’accumuler sans fin argent et superflus pendant que tant d’autres n’ont même pas de quoi combler leurs besoins élémentaires – et de ne pas y voir de rapport ? Peut-on continuer à acheter et jouir de tout produit fabriqué dans des conditions épouvantables – qui relèvent ni plus ni moins de l’esclavage- (cf. le fameux « made in china » et le récent incendie meurtrier au Bangladesh), à acheter et jouir de tout produit fabriqué et acheminé à bas prix chez nous au prix de dévastations, de massacres, de guerres (cf. le rôle de notre usage massif de téléphones portables dans la guerre civile au Congo et la disparition des abeilles) ? Peut-on continuer à payer des impôts et ainsi cautionner toutes les horreurs et infamies qu’ils contribuent à financer – ainsi les trop ordinaires expéditions guerrières ? Peut-on continuer à rouler en voiture quand on connaît tous les dégâts que l’automobile provoque – pillages et guerres pour le pétrole, destruction de notre santé, de notre cadre de vie, du climat ? Peut-on continuer à travailler dans une usine générant une énorme pollution, et plus généralement à occuper un travail nuisible à la société telle qu’on la voudrait ? Peut-on continuer à se fournir en électricité auprès d’EDF quand celle-ci est produite essentiellement par la si nocive énergie nucléaire – véritable bombe à retardement et elle aussi cause de guerre (cf. rôle de l’uranium dans l’intervention française au Mali)? Peut-on continuer à fréquenter les super et hypermarchés et ainsi cautionner le fait qu’ils sous-paient les agriculteurs et les acculent à la misère et parfois même au suicide ? Peut-on continuer à acheter des aliments industriels trafiqués, et ainsi mettre en danger notre santé et contribuer à dévaster l’agriculture paysanne ? Peut-on continuer à utiliser Google, Facebook quand nous savons désormais jusqu’à quel point ils sont les bras armés d’un immense réseau de surveillance ? Et caetera.

On ne peut assurément pas s’en tenir à la protestation et à des vœux pieux, et croire que les saloperies que nous nourrissons finiront par être anéantis par je ne sais quel pétition ou action d’un quelconque gouvernement de changement. Personne ne construira cette société meilleure à notre place.

On ne peut assurément pas comme une ancienne tête d’affiche de Lutte Ouvrière prôner une révolution communiste et travailler pendant quarante ans au Crédit Lyonnais. On ne peut pas prôner un monde juste, militer dans un sympathique parti « de gauche » et se comporter dans sa vie « de tous les jours » comme le dernier des connards, incapable de véritable altruisme.

Nous devons, comme Gandhi, cesser de croire aux « rêveries de systèmes si parfaits que plus personne n’a besoin d’être bon », cesser de croire que l’on pourrait construire un monde juste avec des moyens injustes, et prendre nos responsabilités.

Nous voulons une société juste ? Une société solidaire ? Alors soyons justes, soyons bons, soyons bienveillants, dès maintenant et sans repos. Alors comportons-nous avec les autres comme nous voudrions qu’ils se comportent avec nous. Alors rompons radicalement avec notre satané égoïsme, « vivons simplement pour que chacun puisse simplement vivre » (Gandhi) et renonçons à tout confort, toute jouissance bâti sur la souffrance, l’esclavage et le vol d’autrui. Alors prenons comme principe que « mon morceau de pain ne m’appartient que si je sais que chacun a le sien » (Tolstoï) et profanons l’argent – ce passeport pour l’universelle rapacité – par le don et le partage ; dans un monde miné par l’égoïsme et l’indifférence, le moindre comportement altruiste est mille fois plus révolutionnaire que n’importe quel discours ou proclamation d’un professionnel de la révolution.

Nous voulons une société sans violence ni domination ? Alors soyons résolument non-violent, sachons désobéir, y compris à notre propre tentation de vouloir imposer nos volontés aux autres – refusons catégoriquement d’élire des maîtres et de collaborer à l’horreur étatique.

Nous voulons une société respectueuse de l’environnement – du vivant ? Alors cessons incessamment de participer à sa destruction et renonçons à notre « confort » matériel – n’utilisons plus de téléphone portable, ne roulons plus en voiture, ne prenons plus l’avion, etc.

Cette non-collaboration au mal implique aussi de s’organiser en marge, individuellement et collectivement, de conquérir son autonomie, afin de ne plus alimenter un régime économique aussi absurde que criminel – de ne plus vivre de l’esclavage d’autrui et de la dévastation de la Création, de ne plus avoir à passer par la médiation aliénante de l’argent, d’enrayer la machinerie qui permet le vol des fruits de notre travail par une minorité de parasites et institue leur toute-puissance, de ne plus avoir à dépendre de ces industries, services, monopoles qui nous dépossèdent et nous déshumanisent toujours plus ; afin de nous libérer de cette mainmise étatique – dont la puissance est toujours égale à notre passivité – et de reprendre cette maîtrise sur nos vies qui seule nous rendra notre humanité – afin de pouvoir créer, inventer de nouveaux modes d’existence, d’enfin faire vivre cet autre monde. (« Il n’y a qu’une façon de liquider les dirigeants, c’est de briser la machinerie qui les rend nécessaires » disait Ivan Illich)

Bien entendu, il ne s’agit pas ici de s’illusionner et de croire que nous pourrions tout contrôler, que nous pourrions accéder à une quelconque perfection : nous ne sommes évidemment que des êtres humains, avec nos faiblesses et notre inéluctable cortège d’erreurs. Il n’en reste pas moins que nous sommes tous capables, en faisant appel à notre réflexion et à ce qui a de meilleur en nous, d’éliminer tous ces réflexes et habitudes qui nous perdent et de faire évoluer positivement notre comportement.

Il n’y a de révolution qu’intérieure. Et cette révolution, nous pouvons réellement la commencer dès maintenant, si nous en avons la volonté et le courage.

imperatif-de-desobeissance

***

« Même voter pour ce qui est juste, ce n’est rien faire pour la justice. Cela revient à exprimer mollement votre désir qu’elle l’emporte. »

« Comment peut-on se contenter d’avoir tout bonnement une opinion et se complaire à ça ?   Quel plaisir peut-on trouver à entretenir l’opinion qu’on est opprimé ? Si votre voisin vous refait, ne serait-ce que d’un dollar, vous ne vous bornez pas à constater, à proclamer qu’il vous a roulé, ni même à faire une pétition pour qu’il vous restitue votre dû ; vous prenez sur le champ des mesures énergiques pour rentrer dans votre argent et vous assurer contre toute nouvelle fraude. L’action fondée sur un principe, la perception et l’accomplissement de ce qui est juste, voilà qui change la face des choses et des relations ; elle est révolutionnaire par essence, elle n’a aucun précédent véritable. »

Henry David Thoreau, La désobéissance civile

« La lumière électrique, les téléphones, les expositions, tous les jardins d’Arcadie du monde avec leurs concerts et leurs réjouissances, les cigares, les boîtes d’allumettes, les bretelles et les automobiles – tout cela est très bien. Mais que tout cela disparaisse à jamais, avec les chemins de fer et les fabriques de toile et de drap, si, pour faire durer toutes ces sources de plaisirs et de commodités au profit d’une minorité privilégiée, les 99% des hommes doivent rester en esclavage, et continuer à mourir par milliers sur le travail qu’on leur impose. Si, pour que Londres et Pétersbourg soient éclairés à l’électricité, pour que nous puissions admirer des belles couleurs et des belles étoffes, il faut que des vies humaines, même peu nombreuses (…) soient détruites, raccourcies ou gâtées, que Londres et Pétersbourg s’éclairent au gaz ou même à l’huile, qu’il n’y ait jamais d’exposition, qu’on ne fabrique plus de couleurs ni d’étoffes. Car une seule chose importe, c’est que sur la terre il n’y ait plus de trace de l’esclavage qui a englouti tant de vies humaines. »

« [Si les hommes] participent à l’œuvre des gouvernements – en donnant une somme d’argent qui représentera une part des produits de leur travail, ou en servant dans les armées – ils ne font pas en cela un acte indifférent, comme on le croit d’ordinaire, mais un acte coupable parce que, outre le préjudice, qu’ils auront ainsi causé à leurs frères et à eux-mêmes, ils auront accepté de collaborer aux crimes que tous les gouvernements ne cessent de commettre et à la préparation des crimes futurs par lesquels les gouvernements entretiennent des armés disciplinées. »

« Ce qu’il faut faire ? La réponse est très simple, précise et tout homme peut en faire l’application, mais elle n’est pas telle que l’attendaient les gens de la classe aisée, absolument convaincus qu’ils sont appelés, non pas à se corriger eux-mêmes (ils pensent qu’ils ne peuvent être meilleurs), mais à instruire et organiser d’autres hommes – ni telle non plus que l’espéraient les ouvriers, persuadés que les auteurs responsables de leur misère sont les capitalistes et qu’il leur suffira pour être à jamais heureux de prendre et de mettre à la portée de tous les objets de jouissance dont les capitalistes profitent seuls aujourd’hui. Cette réponse est très simple et facilement applicable parce qu’elle engage chacun de nous à faire agir la seule personne sur laquelle il ait un pouvoir réel, légitime et certain, c’est-à-dire lui-même, et qu’elle est toute contenue en ceci : tout homme qui voudra améliorer, non seulement sa propre situation, mais aussi celle de ses frères, devra cesser de commettre les actes mauvais qui sont les causes de son esclavage et de celui de ses frères. Il devra d’abord ne participer ni volontairement, ni obligatoirement à l’œuvre des gouvernements et, par conséquent, ne jamais accepter les fonctions de soldat ni de feld-maréchal, ni de ministre, ni de receveur, ni de témoin, ni de bailli, ni de juré, ni de gouverneur, ni de membre d’un parlement, qui toutes s’exercent avec l’appui de la violence ; en second lieu ne payer aux gouvernements ni l’impôt direct, ni l’impôt indirect, ne rien recevoir de l’argent du fisc sous forme d’appointements, de pensions ou de récompenses et ne jamais demander un service aux établissement entretenus par l’Etat avec les ressources du peuple ; il devra, en troisième lieu, ne jamais demander à la violence des gouvernements, ni de lui garantir la propriété d’une terre ou d’un objet quelconque, ni de défendre sa personne et celle de ses proches, et ne profiter de la terre ou de tous les produits de son travail ou de tous les produits de son travail ou du travail d’autrui que dans la mesure où ces objets ne feront pas défaut à d’autres hommes. »

Léon Tolstoï, L’esclavage moderne

« La désobéissance est le droit imprescriptible de tout citoyen. Il ne saurait y renoncer sans cesser d’être un homme. La désobéissance civile est la clef du pouvoir. Imaginez un peuple tout entier refusant de se conformer aux lois en vigueur et prêt à supporter les conséquences de cette insubordination ! Toute la machinerie législative et exécutive se trouverait, du même coup, complètement paralysée. Certes il est d’usage que la police et l’armée aient recours à la force pour mater les minorités, aussi puissantes soient-elles. Mais aucune police ni aucune armée ne peuvent faire céder la volonté de tout un peuple résolu à résister jusqu’au bout de ses forces. »

Gandhi

« Nous n’avons pas à travailler, faire des efforts pour que la justice règne sur la terre : nous avons à être justes nous-mêmes, porteurs de justice, et l’Ecriture nous apprend que la justice règne là où est un juste. (…) De même, nous n’avons pas à nous efforcer par beaucoup de travaux et d’habileté à faire venir la paix sur la terre, nous avons à être nous-mêmes pacifiques. Car là où sont les pacifiques, là règne la paix. »

« Les chrétiens doivent chercher un style de vie qui non pas les différencie des autres, mais leur permet d’échapper au poids des structures ; car ce n’est pas en s’attaquant directement à celles-ci, en essayant de faire des modifications spectaculaires, en voulant reconstruire un monde de toutes pièces que l’on peut arriver à un résultat. La seule attaque efficace contre les structures c’est d’arriver à leur échapper, d’arriver en marge de cette société totalitaire non pas en la refusant simplement, mais en la passant au crible. Enfin, il se peut que dans des communautés ayant un style de vie de cet ordre, des germes d’une civilisation nouvelle puissent s’épanouir. »

Jacques Ellul, Présence au monde moderne

« La révolution, c’est toi »

Emile Masson

« Ce maître n’a pourtant que deux yeux, deux mains, un corps, et rien de plus que n’a le dernier des habitants du nombre infini de nos villes. Ce qu’il a de plus, ce sont les moyens que vous lui fournissez pour vous détruire. D’où tire-t-il tous ces yeux qui vous épient, si ce n’est de vous ? Comment a-t-il tant de mains pour vous frapper, s’il ne vous les emprunte ? Les pieds dont il foule vos cités ne sont-ils pas aussi les vôtres ? A-t-il pouvoir sur vous, qui ne soit de vous-mêmes ? Comment oserait-il vous assaillir, s’il n’était d’intelligence avec vous ? Quel mal pourrait-il vous faire, si vous n’étiez les receleurs du larron qui vous pille, les complices du meurtrier qui vous tue et les traîtres de vous-mêmes ? Vous semez vos champs pour qu’il les dévaste, vous meublez et remplissez vos maisons pour fournir ses pilleries, vous élevez vos filles afin qu’il puisse assouvir sa luxure, vous nourrissez vos enfants pour qu’il en fasse des soldats dans le meilleur des cas, pour qu’il les mène à la guerre, à la boucherie, qu’il les rende ministres de ses convoitises et exécuteurs de ses vengeances. Vous vous usez à la peine afin qu’il puisse se mignarder dans ses délices et se vautrer dans ses sales plaisirs. Vous vous affaiblissez afin qu’il soit plus fort, et qu’il vous tienne plus rudement la bride plus courte. Et de tant d’indignités que les bêtes elles-mêmes ne supporteraient pas si elles les sentaient, vous pourriez vous délivrer si vous essayiez, même pas de vous délivrer, seulement de le vouloir.

Soyez résolus à ne plus servir, et vous voilà libres. Je ne vous demande pas de le pousser, de l’ébranler, mais seulement de ne plus le soutenir, et vous le verrez, tel un grand colosse dont on a brisé la base, fondre sous son poids et se rompre. »

Étienne de La Boétie, Discours de la servitude volontaire

« C’est à force de voir l’ennemi comme un sujet qui nous fait face – au lieu de l’éprouver comme un rapport qui nous tient – que l’on s’enferme dans la lutte contre l’enfermement. Que l’on reproduit sous prétexte d’« alternative » le pire des rapports dominants. Que l’on se met à vendre la lutte contre la marchandise. Que naissent les autorités de la lutte anti-autoritaire, le féminisme à grosses couilles et les ratonnades antifascistes. »

Appel

« Ce qu’il faut opposer à l’Empire, c’est la grève humaine.
Qui ne s’attaque jamais aux rapports de production sans s’attaquer en même temps
aux rapports affectifs qui les soutiennent.
Qui sape l’économie libidinale inavouable,
restitue l’élément éthique – le comment – refoulé dans chaque contact entre les corps
neutralisés.
La grève humaine, c’est la grève qui, là où l’ON s’attendrait
à telle ou telle réaction prévisible,
à tel ou tel ton contrit ou indigné,
PREFERE NE PAS.
Se dérobe au dispositif. Le sature, ou l’éclate.
Se reprend, préférant
autre chose.
Autre chose qui n’est pas circonscrit dans les possibles autorisés par le dispositif. »

Tiqqun, Comment faire ?