Je suis contre la violence

violences policières lille 31 mars 2016

Je suis contre la violence des bandes casquées qui jettent des projectiles détonants. Chaque jour qui passe, elles agressent, tabassent, blessent, parfois grièvement. En bandes de voyous très mobiles, s’infiltrant jusque chez les manifestants les plus paisibles, elles apportent dans les cortèges un niveau de brutalité jamais vu depuis des décennies. Ces actes sont d’autant plus dangereux qu’ils sont coordonnés avec des groupes beaucoup plus nombreux et militarisés, suréquipés et surarmés. J’approuve donc vivement ceux qui débusquent et chassent ces nervis hors des manifestations, et qui tiennent à distance leurs acolytes en noir ou bleu, qui veulent interdire l’exercice du droit de grève et des libertés d’expression, de manifestation, de mouvement. Tous les moyens nécessaires doivent être déployés pour contrer la violence des BAC, des CRS et des gardes mobiles. Il y a encore des progrès à faire, en terme de coordination des déplacements ou en matière d’équipement (on ne comprend pas, par exemple, pourquoi l’usage des bombes lacrymogènes performantes devrait être réservé à la flicaille), mais il faut saluer le courage et la détermination des milliers de jeunes et de moins jeunes qui, à travers tout le pays, s’opposent à la violence policière.

Je suis contre la violence d’un mobilier urbain conçu pour occuper les têtes avec la pub et empêcher les plus pauvres de se reposer. La philosophie au marteau s’éprouvant sur les abribus et autres panneaux Decaux nous permet de voir enfin ce que nous subissions, cet encagement des imaginaires et des déplacements, sans y penser. Je suis contre la violence concentrée dans les agences bancaires qui enlaidissent nos rues, lieux de mille humiliations quotidiennes dans une société qui remplace la hausse des salaires fixée dans des luttes collectives, par le crédit qui isole et domestique l’individu. Combien chaque jour de violences psychologiques et symbolique dans chacune de ces louches officines, où la fabrique des besoins conspire à ramener chacun dans un système où il faut payer pour avoir de l’argent ? Ne méritent-ils pas de subir les foudres de la jeunesse, ces innombrables tentacules de la Pieuvre qui lui pourrit la vie, de ce système financier mondial dont la « fourberie sordide », par un miracle digne des religions qui ont réussi, a transformé sa banqueroute générale de 2008 en occasion de faire encore les poches à ses victimes terrorisées par les images de crise économique et de déroute sociale ?

Ce3-hwjXEAAn0Py

Je suis contre la violence de gouvernants français paillassons du Medef toujours prêts à ressortir la peur du musulman ou celle du migrant pour égarer les colères . Contre la violence de la bureaucratie européenne lobbytomisée qui ouvre grand les portes à Monsanto et les ferme, dans quelles ignobles conditions, aux réfugiés des guerres allumées ou attisées par l’Occident. Je suis contre la violence qui contient toutes les violences, celle de l’Empire, ce réseau des pouvoirs ultimes, grandes corporations, mafias et réseaux de l’hyperbourgoisie qui ont fait des politiciens leurs pantins et dont les crimes et la folie de posséder menacent d’assassinat final l’humanité entière.

Je suis contre la violence concentrée dans la richesse des sociétés modernes qui se présente comme une immense accumulation de marchandises – tels ces téléphones se disant intelligents « produits dans des camps de travail industriels (cadences harassantes, solvants brûlant yeux, poumons et cerveaux, tératogènes et abortifs aux ouvrières d’assemblage, pays excavés en amont pour l’extraction des terres rares, ect.)[…]concentrés de souffrances, de lésions organiques, de désespoirs, des condensés de vies humiliées, de sacrifices humains » .

Alors, quand je vois une jeunesse de tous âges manifester son refus de cette violence-là par le bris de quelques objets inanimés, je distingue un beau début, à l’instar de ce que fut le mouvement luddiste , lequel, comme chacun devrait savoir, fut non pas une réaction inarticulée, mais bel et bien un mouvement plein d’esprit critique et de sagacité stratégique. Comme le dit un des plus beaux slogans produits dans le mouvement actuel :
Continuons le début !

Serge Quadruppani

Source : https://lundi.am/Je-suis-contre-la-Violence

Publicités

Aux origines de Daesh : l’assassinat de millions de musulmans par les Etats occidentaux

hollande-sabre-arabie-saoudite_4650468-777x437En transmettant les ordres du Président Richard Nixon de bombardement « massif » du Cambodge en 1969, Henry Kissinger utilisa l’expression: « tout ce qui vole sur tout ce qui bouge ».

Alors que Barack Obama mène sa septième guerre contre le monde musulman, depuis que son prix Nobel de la paix lui a été remis, et que François Hollande promet une attaque « impitoyable » sur un pays en ruine, l’hystérie orchestrée et les mensonges nous rendent presque nostalgiques de l’honnêteté meurtrière de Kissinger.

En tant que témoin des conséquences humaines de la sauvagerie aérienne — ce qui comprend la décapitation des victimes, leurs organes éparpillés sur les arbres et les champs — je ne suis pas surpris de cette méconnaissance de l’histoire et de la mémoire, une fois encore.

La montée au pouvoir de Pol Pot et de ses Khmers Rouges, qui a beaucoup en commun avec celle de l’état islamique en Irak et en Syrie (ISIS), en est un bon exemple. Eux aussi étaient impitoyablement moyenâgeux et n’étaient au départ qu’une petite secte. Eux aussi étaient le produit d’une apocalypse made in USA, mais à ce moment-là en Asie.

Selon Pol Pot, son mouvement consistait en « moins de 5000 guérilleros maigrement armés, hésitants en matière de stratégie, de tactique, de loyauté et de leaders ». Après le passage des bombardiers B-52 de Nixon et Kissinger, lors de « l’opération Menu », le démon ultime de l’Ouest n’en crut pas ses yeux.

Les états-uniens larguèrent l’équivalent de 5 Hiroshima sur la province Cambodgienne entre 1969 et 1973. Ils rasaient village après village, revenant encore pour bombarder les débris et les corps. Les cratères laissaient des colliers de carnages, visibles depuis les airs. La terreur était inimaginable.

Un ancien officiel des Khmers Rouges décrivit comment les survivants « s’étaient figés et erraient silencieusement pendant trois ou quatre jours. Terrifiés et à moitié hallucinés, les gens étaient capables de croire tout ce qu’on leur racontait… c’était devenu facile pour les Khmers Rouges de gagner le soutien du peuple ».

Une commission d’investigation gouvernementale Finlandaise a estimé que 600 000 Cambodgiens étaient morts dans la guerre civile qui s’ensuivit, et a décrit le bombardement comme « la première phase d’une décennie de génocide ». Ce que Nixon et Kissinger ont commencé, Pol Pot, leur bénéficiaire, l’a accompli. Sous leurs bombes, les Khmers Rouges devinrent une armée forte de 200 000 personnes.

ISIS a un passé et un présent similaires. Selon la plupart des mesures universitaires, l’invasion de l’Irak de Bush et Blair en 2003 a entraîné la mort d’au moins 700 000 personnes — dans un pays qui n’avait aucun précédent de djihadisme. Les kurdes avaient passé des accords territoriaux et politiques ; les Sunnites et les Chiites présentaient des différences sectaires et de classe, mais étaient en paix ; le mariage intergroupe était commun. Trois ans avant l’invasion, je conduisais à travers l’Irak sans aucune peur, en rencontrant sur la route des gens fiers, par-dessus tout, d’être Irakiens, les héritiers d’une civilisation qui semblait être, pour eux, une présence.

Bush et Blair ont réduit tout cela en miettes. L’Irak est maintenant un foyer du djihadisme. Al Qaida — comme les « djihadistes » de Pol Pot — a saisi l’opportunité fournie par le déferlement de « Choc et d’Effroi » et de la guerre civile qui s’ensuivit. La Syrie « rebelle » offrait des récompenses encore plus importantes, avec les réseaux d’armements de la CIA et des états du golfe, la logistique et l’argent qui passait par la Turquie. L’arrivée de recrues étrangères était inévitable.

Un ancien ambassadeur britannique, Oliver Miles, a écrit que, « Le gouvernement [Cameron] semble suivre l’exemple de Tony Blair, qui a ignoré les conseils importants du ministère des affaires étrangères, du MI5 et du MI6, sur notre politique au Moyen-Orient — et en particulier nos guerres au Moyen-Orient — qui ont été un des principaux facteurs de recrutement de musulmans britanniques pour le terrorisme ici ».

ISIS est la progéniture de ceux de Washington, Londres et Paris, qui, en conspirant afin de détruire l’Irak, la Syrie et la Libye, ont commis un crime épique contre l’humanité. Comme Pol Pot et les Khmers Rouges, ISIS est la mutation issue de la terreur Occidentale propagée par une élite impérialiste, pas le moins du monde découragée par les conséquences des actions prises à distance géographiquement et culturellement.

Leur culpabilité est tabou dans « nos » sociétés, et leurs complices sont ceux qui suppriment cette vérité critique.

Il y a 23 ans, un holocauste a isolé l’Irak, immédiatement après la première guerre du golfe, lorsque les USA et la Grande-Bretagne ont détourné le conseil de sécurité des nations unies et imposé des « sanctions » punitives à la population irakienne — renforçant ironiquement l’autorité domestique de Saddam Hussein. Cela s’apparentait à un siège médiéval.

Presque tout ce qui servait au maintien de tout état moderne fut, dans leur jargon, « bloqué » — de la chlorine, pour rendre potable l’eau, aux stylos d’écoles, en passant par les pièces pour machines à rayons X, les antalgiques communs, et les médicaments pour combattre les cancers auparavant inconnus, nés de la poussière des champs de bataille du Sud, contaminée par l’uranium appauvri.

Juste avant Noël 1999, le département du commerce et de l’industrie à Londres restreignit l’exportation de vaccins servant à protéger les enfants Irakiens de la diphtérie et de la fièvre jaune. Kim Howells, sous-secrétaire d’état parlementaire du gouvernement Blair, a expliqué pourquoi, « les vaccins pour enfants », dit-il, « étaient susceptibles d’être utilisés comme armes de destruction massive ».

Le gouvernement britannique a pu éviter l’outrage en raison de la couverture médiatique de l’Irak — globalement manipulée par le ministère des affaires étrangères — qui blâmait Saddam Hussein pour tout.

Sous couvert d’un programme « humanitaire » bidon, de pétrole contre nourriture, 100$ furent alloués à chaque Irakien, pour vivre pendant une année. Ce montant devait payer pour la totalité des infrastructures de la société, et pour les services essentiels, comme l’électricité et l’eau.

« Imaginez… », m’a dit l’assistant secrétaire général de l’ONU, Hans Von Sponeck, « …que l’on oppose cette somme dérisoire au manque d’eau potable, au fait que la majorité des malades ne pouvaient pas se payer de traitement, et au simple traumatisme de devoir vous en sortir jour après jour, et vous aurez un aperçu du cauchemar. Et ne vous y trompez pas, tout cela était délibéré. Je ne voulais pas, auparavant, utiliser le mot génocide, mais c’est aujourd’hui inéluctable ».

Ecœuré, Von Sponeck a démissionné de son poste de coordinateur humanitaire de l’ONU en Irak. Son prédécesseur, Denis Halliday, un membre distingué de l’ONU, avait également démissionné. « On m’a ordonné », dit Halliday, « de mettre en place une politique qui correspondait à la définition d’un génocide : une politique délibérée qui a effectivement tué plus d’un million d’individus, enfants et adultes ».

Une étude du Fonds des Nations Unies pour l’enfance, l’Unicef, a estimé qu’entre 1991 et 1998, l’apogée du blocus, il y eut 500 000 morts « en excès » d’enfants irakiens de moins de 5 ans. Un reporter TV états-unien rapporta cela à Madeleine Albright, ambassadeur des USA aux Nations Unies, en lui demandant, « le prix en valait-il la peine ? », Albright répondit, « nous pensons que le prix en valait la peine ».

En 2007, l’officiel britannique en charge des sanctions, Carne Ross, connu sous le nom de « Mr Irak », dit à un comité de sélection du parlement, « [les gouvernements US et Britannique] ont effectivement privé une population entière de tout moyen de subsistance ». Lorsque j’ai interviewé Carne Ross trois ans après, il était dévoré de regrets et de repentir. « Je me sens honteux », dit-il. Il est aujourd’hui l’un des rares lanceurs d’alerte qui avertit de la façon dont les gouvernements trompent et du rôle complice critique des médias dans la propagation et le maintien de ces tromperies. « Nous donnions [aux journalistes] des renseignements et anecdotes aseptisés », dit-il, « ou nous les empêchions de travailler ».

L’an dernier, on pouvait lire à la Une du Guardian ce titre qui n’avait rien d’inhabituel : « Face aux horreurs d’ISIS nous devons agir ». Le « Nous devons agir » est un spectre que l’on ranime, un avertissement de la suppression de la mémoire avisée, des faits, des leçons apprises et des regrets ou de la honte. L’auteur de l’article était Peter Hain, l’ancien ministre des affaires étrangères responsable de l’Irak sous Blair. En 1998, lorsque Denis Halliday révéla l’étendue de la souffrance en Irak, dont le gouvernement Blair était le premier responsable, Hain le fit passer lors du journal du soir de la BBC pour un « défenseur de Saddam ». En 2003, Hain soutint l’invasion de Blair d’un Irak déjà blessé, sur la base de mensonges colossaux. Lors d’une conférence plus récente du parti travailliste, il qualifia l’invasion, en la balayant rapidement, de « problème marginal ».

Voilà que Hain demandait « des frappes aériennes, des drones, de l’équipement militaire et autre soutien » pour ceux « faisant face au génocide » en Irak et en Syrie. Ce qui renforcerait « les impératifs pour une solution politique ». Le jour où fut publié l’article de Hain, Denis Halliday et Hans Von Sponeck étaient venus à Londres pour me voir. Ils n’étaient pas choqués par l’hypocrisie mortifère du politicien, mais déploraient l’absence perpétuelle, presque inexplicable, de diplomatie intelligente visant à négocier un semblant de trêve.

A travers le globe, de l’Irlande du Nord au Népal, ceux qui se considèrent mutuellement comme des terroristes et des hérétiques se sont fait face. Pourquoi pas maintenant en Irak et en Syrie ? Au lieu de cela, nous avons une verbosité insipide et presque sociopathologique déversée par Cameron, Hollande, Obama et leur « coalition des volontaires » prescrivant plus de violence, larguée depuis 10 000 mètres d’altitude, sur des endroits où le sang des précédents conflits n’est toujours pas sec. Ils semblent tellement savourer leurs propres violence et stupidité qu’ils sont prêts à renverser leur seul allié potentiel de valeur, le gouvernement Syrien.

Ce n’est rien de nouveau, comme ces fichiers ayant été publiés, car ayant fuité des services de renseignements Britannique-US, le montrent :

« Afin de faciliter l’action des forces libératrices [sic]… un effort spécial doit être fourni pour éliminer certains individus clés [et] procéder à des perturbations internes en Syrie. La CIA est préparée, et le SIS (MI6) tentera de provoquer des sabotages mineurs et des incidents [sic] en Syrie, en travaillant à l’aide de contacts avec des individus… un degré nécessaire de peur… des conflits frontaliers [mis en scène] fourniront un prétexte d’intervention… la CIA et SIS devraient utiliser… leurs capacités à la fois psychologiquement et d’action sur le terrain pour faire croître la tension ».

Cela fut écrit en 1957, mais cela aurait aussi pu être écrit hier. Dans le monde de l’Empire, rien ne change fondamentalement. En 2013, l’ancien ministre des affaires étrangères français Roland Dumas a révélé que « deux ans avant le printemps arabe », on lui avait dit qu’une guerre en Syrie était planifiée. « Je vais vous dire quelque chose », dit-il dans une interview avec la chaîne française LCP, « j’étais en Angleterre deux ans avant la violence en Syrie pour d’autres affaires. J’ai rencontré des hauts fonctionnaires britanniques qui m’ont avoué qu’ils préparaient quelque chose en Syrie. L’Angleterre préparait l’invasion des rebelles en Syrie. Et ils m’ont même demandé, bien que je ne sois plus ministre des affaires étrangères, si j’aimerais y participer… C’est pour dire que cette opération vient de très loin, elle a été préparée, conçue, organisée » (citation en entier, ici).

Les seuls ennemis effectifs d’ISIS sont diabolisés par l’Occident — la Syrie, l’Iran, le Hezbollah et maintenant la Russie. L’obstacle est la Turquie, une « alliée » et membre de l’OTAN, qui a conspiré avec la CIA, le MI6 et les médiévalistes du Golfe pour fournir du soutien aux « rebelles » syriens, dont ceux que l’on appelle aujourd’hui ISIS. Soutenir la Turquie dans sa vieille ambition de domination régionale en renversant le gouvernement Assad entraine une guerre classique majeure et le démembrement terrifiant d’un des états les plus ethniquement diversifiés du Moyen-Orient.

Une trêve — aussi difficile à négocier et à mettre en place fut-elle — est la seule sortie de ce labyrinthe ; autrement, les atrocités de Paris et de Beyrouth se reproduiront. En plus d’une trêve, les auteurs et superviseurs de la violence au Moyen-Orient — les Américains et les Européens — doivent eux-mêmes se « dé-radicaliser » et faire preuve de bonne volonté envers les communautés musulmanes aliénées, partout, y compris sur leur propres territoires.

Il devrait y avoir une cessation immédiate de tous les envois de matériel de guerre à Israël, et la reconnaissance de l’état Palestinien. Le problème de la Palestine est la plaie ouverte la plus purulente de la région, et la justification la plus citée pour l’avènement de l’extrémisme Islamique. Oussama Ben Laden l’avait exprimé clairement. La Palestine offre aussi de l’espoir. Rendez justice aux palestiniens et vous commencerez à changer le monde qui les entoure.

Il y a plus de 40 ans, le bombardement Nixon-Kissinger du Cambodge libéra un torrent de souffrance dont le pays ne s’est toujours pas remis. La même chose est vraie du crime irakien de Blair et Bush, et des crimes de l’OTAN et de la « coalition » en Libye et en Syrie.

Avec un timing impeccable, le dernier livre égocentrique au titre satirique d’Henry Kissinger a été publié, « Ordre Mondial ». Dans une critique servile, Kissinger est décrit comme « un façonneur clé d’un ordre mondial qui est resté stable pendant un quart de siècle ».

Allez dire ça au peuple du Cambodge, du Vietnam, du Laos, du Chili, du Timor oriental et à toutes les autres victimes de son « façonnage ». Ce n’est que lorsque « nous » reconnaîtrons les criminels de guerre parmi nous et arrêterons de nier la vérité que le sang pourra commencer à sécher.

John Pilger

Source et traduction : http://partage-le.com/2015/11/de-pol-pot-a-isis-les-racines-du-terrorisme-par-john-pilger/

***

Lire aussi :

« L’Etat islamique, cancer du capitalisme moderne » (Nafeez Ahmed)

La « guerre mondiale contre le terrorisme » a tué au moins 1,3 millions de civils (rapport)

Palestine : la violence c’est d’abord l’occupation militaire

« Je suis frappé à chaque fois qu’on ne parle de regain de violence que quand les violences atteignent des Israéliens, qui sont blessés, tués. (…) On a l’impression qu’entre ces séquences-là il n’y a pas de violence alors que les Palestiniens vivent sous occupation militaire. Les Palestiniens subissent la colonisation, les Palestiniens subissent des expropriations, les Palestiniens subissent des arrestations, des humiliations quotidiennes, mais ça on n’en parle pas comme étant des violences. (…)
Ce qui se passe aujourd’hui, c’est qu’il y a une population qui fait un rappel à l’ordre. Et il y a une jeune génération, ils sont très jeune : une partie, y compris des jeunes qui ont mené des attaques au couteau, ce sont des gens qui ont moins de 15 ans (…). Ils expriment un ras-le-bol, ils expriment une colère, ils expriment aussi une absence totale de perspective, d’avenir, y compris de perspective politique. »

« Je ne vois pas ce qu’il y a de plus digne à tuer des gens avec des drones, qu’à les tuer avec des poignards, donc si on dénonce les violences, on les dénonce toutes. »

Julien Salingue, à Ce soir (ou jamais)

***

palestine révolteDictionnaire pour mieux comprendre les événements en cours en Palestine

par Majed Bamya, diplomate palestinien

« – ESCALADE: a lieu dès lors qu’un israélien est tué. Il faut plusieurs centaines de morts palestiniens pour parler d’une escalade

– CIVIL: ne s’applique jamais à un palestinien, y compris un enfant. Par contre s’applique aux colons armés et réservistes de l’armée israélienne, et la possibilité de l’étendre aux soldats d’occupation en exercice est actuellement à l’étude

– SÉCURITÉ: droit réservé exclusivement aux israéliens, et permettant de justifier à peu près tout, y compris les bombardements aveugles, les massacres, un mur en plein territoire palestinien, les arrestations arbitraires de masse, les incursions, les exécutions extra-judiciaires, les démolitions de maison, et autres punitions collectives, dont bien sûr le siège imposé à 1,8 million de palestiniens dans la bande de Gaza

– REGAIN DE VIOLENCE: terme permettant de mettre dans le même sac occupant et peuple occupé, de nier les causes et de ne s’intéresser qu’aux effets, c’est à dire permettant généralement de dédouaner la puissance occupante de sa responsabilité dans l’irruption de la dite violence

-TERRITOIRE PALESTINIEN OCCUPE: là où tout se passe ou presque mais qu’on évoque si peu. Si on parle d’un colon installé illégalement en territoire palestinien occupé, il vaut mieux parler de civil sans autre précision géographique

– OCCUPATION: hein, pas compris. Terme trop complexe, à éviter préférablement pour ne pas créer plus de confusion. Se contenter d’évoquer les parties ou les palestiniens ET les israéliens. De même les termes oppression et déni des droits s’appliquent à tous les autres contextes sauf le Moyen-Orient

– RÉSISTANCE: apparemment interdite sous toutes ses formes par le droit international pour les palestiniens et pleinement autorisée pour tous les autres peuples du monde. Les palestiniens n’ont le droit d’avoir recours qu’à la négociation

– NÉGOCIATIONS: dialogue où l’arme au poing Israël explique aux palestiniens toutes les raisons pour lesquels elle ne peut mettre fin à la colonisation, alors ne parlons même pas de fin de l’occupation, ni ne peut évoquer le retour des réfugiés, ni un contrôle palestinien sur les frontières, ni de discuter de Jérusalem, tout en dénonçant l’intransigeance palestinienne

– BDS: boycott, désinvestissements, sanctions, campagne qui a largement contribué à la fin de l’apartheid, et considérée de ce fait comme une campagne héroïque contre l’apartheid en Afrique du Sud, par contre quand la même campagne vise l’apartheid israélien c’est clairement de l’antisémitisme

– PAIX: veut dire que les palestiniens demeurent tranquille pendant que l’occupation continue, que leurs droits sont violés et leurs terres volées. Toute révolte menace les efforts de paix alors que l’occupation et la colonisation sont elles tout à fait compatibles avec les efforts de paix

– COUVERTURE MÉDIATIQUE: pour les palestiniens c’est un peu le loto, une chance sur un million de gagner »

Les violences qu’on stigmatise et celles qu’on s’applique à ne pas reconnaître comme telles

visuelA propos de la violence, deux mises au point salutaires signés Igor Reitzman et Pierre Tevanian sur le site Les mots sont importants .net :

« À l’heure où la grande presse s’indigne unanimement contre la « violence » exercée par des salariés menacés de licenciement contre un DRH d’Air France, il n’est pas inutile de revenir sur le sens même de ces trois mots qui ne « font l’agenda » que lorsqu’il s’agit de stigmatiser et réprimer des opprimés : violence, insécurité, ou encore délinquance

Une règle élémentaire de méthode veut qu’on commence toujours par définir les termes qu’on utilise. C’est précisément ce que se gardent bien de faire les journalistes et les élus qui partent en croisade contre la « violence » et « l’insécurité ». Ces derniers font en effet comme si le sens des mots violence, délinquance et insécurité allait de soi, comme si ces mots étaient interchangeables et comme s’ils étaient tous synonymes de : Jeune homme basané vêtu d’une casquette insultant une vieille dame avant de lui voler son sac – ou encore, assez souvent, de pauvre malmenant un moins pauvre. Ils occultent de ce fait d’innombrables formes de délinquance, de violence et d’insécurité – et notamment toutes celles dont sont victimes ces pauvres, avec ou sans casquettes. »

« Par ailleurs, il y a des formes diverses de violence, plus ou moins graves, et plus ou moins légitimes. Quoi de commun entre un vol à l’arraché, une injure, une gifle, un meurtre, un viol, et une émeute consécutive à une « bavure » policière ? Quel est l’intérêt, pour la compréhension de ces phénomènes, de les ranger tous sous la même rubrique ?

Aucun. Le seul intérêt de cette catégorie d’amalgame est qu’elle permet d’imposer sans le dire une thèse implicite : la thèse selon laquelle il existe une réalité homogène, « la violence », qui commence dès le premier mot de travers, dès la première « incivilité », et qui se poursuit inéluctablement, si on n’y prend garde, dans une escalade qui culmine avec la criminalité organisée et l’homicide [2].

En d’autres termes : lorsqu’on se refuse à distinguer entre délinquance et violence, ou entre différents types et degrés de violence, on aboutit très vite à la « théorie de la vitre cassée » [3] et à la doctrine de la « tolérance zéro » [4].

Par ailleurs, l’essentiel de la violence qui s’exerce dans les quartiers dits sensibles n’est pas le fait des « jeunes de cité ». Les responsables ne sont en vérité ni jeunes ni de cité. Harceler, racketter et frapper sont bien des violences, et ces violences ne sont pas mineures, mais ces violences, et encore moins les murs taggés, les abribus cassés et les voitures brûlées, ne sont pas les seules qui « empoisonnent » la vie dans les cités. Dans les cités comme ailleurs, et sans doute plus qu’ailleurs, il existe bien d’autres formes de violence ou d’insécurité, dont les autorités se scandalisent beaucoup moins : la discrimination à l’embauche ou dans l’accès au logement par exemple, les plans de licenciement, notamment dans des entreprises bénéficiaires. »

« [En] se « réconciliant avec l’entreprise », la gauche s’est aussi réconciliée avec toute une série de violences qui s’y exercent. Outre la menace permanente du licenciement, il y a aussi la précarité : aujourd’hui, un salarié sur dix travaille en contrat à durée déterminée, en intérim, en stages ou en contrats aidés. Et la proportion ne cesse d’augmenter : CDD et intérim représentent 90% des recrutements dans les secteurs privé et semi-public. Ne s’agit-il pas de violence et d’insécurité ? L’angoisse d’être licencié, de ne pas voir son contrat renouvelé, n’est-ce pas l’insécurité la plus radicale et la plus répandue ? Il ne s’agit d’ailleurs pas seulement d’un sentiment d’insécurité, puisque le travail précaire s’accompagne d’une série de violences physiques et morales bien réelles :

– les maladies ou accidents de travail (qui se développent à cause du non-respect des normes de sécurité et de l’intensification des cadences) ;

– le harcèlement moral infligé par les supérieurs hiérarchiques, dans un contexte où l’on entend chaque jour qu’il faut tout accepter pour conserver son emploi.

Et même lorsque ces « difficultés » ne sont pas identifiées comme violences, elles n’en sont que plus redoutables, car ce qu’on ne conscientise pas ou qu’on ne verbalise pas, on le somatise. Ce constat que Freud faisait déjà il y a un siècle, des psychiatres le font aujourd’hui à propos de l’entreprise, dans des livres qui ont rencontré un certain succès : Le harcèlement moral, de Marie-France Hirigoyen, et surtout Souffrance en France, de Christophe Dejours [5]. »

Pierre Tevanian

L’article en entier : http://lmsi.net/Vous-avez-dit-violence

***

ma vie

« On ne peut avancer vraiment dans la réflexion sur la violence que si l’on renonce à utiliser ce même terme

– pour parler des actions qui ont pour projet (conscient ou non) d’égratigner, de blesser ou de tuer, actions que je préfère nommer des agressions (de la micro-agression à l’agression majeure)

– pour parler des conduites qui ont pour projet (conscient ou non) de forcer, contraindre, emprisonner, annexer, confisquer, instrumentaliser, programmer, chosifier, rendre dépendant, conduites que je propose d’appeler des violances (de la micro-violance à la violance majeure).

J’’ai pris la décision difficile de créer ainsi ce terme nouveau, non pour satisfaire un caprice, mais pour combler un vide né du détournement de sens du terme autrefois légitime. Si j’en crois le Robert, le mot violence apparaît à la fin du Moyen Age, notamment dans l’expression faire violence avec le sens : « agir sur quelqu’un ou faire agir quelqu’un contre sa volonté, en employant la force ou l’intimidation. – Forcer, obliger. »

Pour être en mesure de faire violence à des individus et surtout à des populations, il faut occuper une position de pouvoir. En d’autres termes, il faut être un dominant : prince dans sa province, patron dans l’entreprise, propriétaire face aux esclaves, mari du code Napoléon… Et quand on est un dominant, on n’a pas intérêt à ce qu’il existe un mot dévoilant la réalité de l’oppression. Difficile de proscrire le mot. Il était plus habile de lui donner de nouvelles significations qui recouvrirent la signification originelle et la firent oublier. Ainsi, la force brutale qui n’était à l’origine que l’un des moyens de la violence est devenue – par dérivation métonymique – la violence elle-même, fonctionnant comme hyperonyme pour agression, brutalité, expression intense de la rage, meurtre, explosion, guerre, etc.

La réussite de cette manipulation symbolique est totale quand on utilise le mot pour évoquer les explosions de dominés. La soumission de l’opprimé relève de l’ordre établi. Qu’il rompe cet ordre en brisant ses chaînes et en frappant le maître, voilà le scandale. Dans la langue des maîtres devenue langue commune, le violent n’est pas celui qui fait violence, mais le vilain qui ose se rebeller.

Comment percevoir finement une réalité quand il n’y a plus de mot pour en parler ? Recréer un terme nouveau qui reprend le sens ancien en l’enrichissant, c’est fournir aux dominés un outil de clarification de ce qu’ils subissent, un outil qui doit leur permettre la lucidité, la réflexion et la revendication de droits nouveaux, plutôt que l’explosion anarchique qui leur laisse le mauvais rôle. »

Igor Reitzman

La suite : http://lmsi.net/De-la-violance-des-dominants-aux

 

Entre les barbares de la civilisation et les civilisés de la barbarie, nous choisissons les barbares !

XVM948a65aa-6b4c-11e5-8797-3db51a7a860d-805x453« En [17]93, selon que l’idée qui flottait était bonne ou mauvaise, selon que c’était le jour du fanatisme ou de l’enthousiasme, il partait du faubourg Saint-Antoine tantôt des légions sauvages, tantôt des bandes héroïques.

Sauvages. Expliquons nous sur ce mot. Ces hommes hérissés qui, dans les jours génésiaques du chaos révolutionnaire, déguenillés, hurlants, farouches, le casse-tête levé, la pique haute, se ruaient sur le vieux Paris bouleversé, que voulaient-ils ? Ils voulaient la fin des oppressions, la fin des tyrannies, la fin du glaive, le travail pour l’homme, l’instruction pour l’enfant, la douceur sociale pour la femme, la liberté, l’ égalité, la fraternité, le pain pour tous, l’idée pour tous, l’édénisation du monde, le Progrès ; et cette chose sainte, bonne et douce, le progrès, poussés à bout, hors d’eux-mêmes, ils la réclamaient terribles, demi-nus, la massue au poing, le rugissement à la bouche. C’étaient les sauvages, oui ; mais les sauvages de la civilisation.

Ils proclamaient avec furie le droit ; ils voulaient, fût-ce par le tremblement et l’épouvante, forcer le genre humain au paradis. Ils semblaient des barbares et ils étaient des sauveurs. Ils réclamaient la lumière avec le masque de la nuit.

valls de juniac les civilisés de la barbarieEn regard de ces hommes, farouches, nous en convenons, et effrayants, mais farouches et effrayants pour le bien, il y a d’autres hommes, souriants, brodés, dorés, enrubannés, constellés, en bas de soie, en plumes blanches, en gants jaunes, en souliers vernis, qui, accoudés à une table de velours au coin d’une cheminée de marbre, insistent doucement pour le maintien et la conservation du passé, du moyen-âge, du droit divin, du fanatisme, de l’ignorance, de l’esclavage, de la peine de mort, de la guerre, glorifiant à demi-voix et avec politesse le sabre, le bûcher et l’échafaud. Quant à nous, si nous étions forcés à l’option entre les barbares de la civilisation et les civilisés de la barbarie, nous choisirions les barbares.

Victor Hugo,  Les Misérables

La vraie violence, c’est celle du capitalisme et du profit-roi


La violence, ce n’est pas d’arracher une chemise à un directeur des « ressources humaines »… La violence, c’est de licencier des milliers de personnes juste pour faire du pognon, avec toutes les conséquences terribles que cela peut avoir pour ces derniers dans une société comme la nôtre : misère, exclusion, dépression, suicide, etc.
La violence, la véritable violence, elle n’est pas du côté des salariés qui expriment une colère légitime, elle est du côté des patrons et des actionnaires qui, par cupidité, par souci de rentabilité, sèment la misère et la souffrance à grande échelle. Une violence qui ne s’exprime pas seulement dans les licenciements, dans les délocalisations et le chômage de masse mais aussi dans la précarisation du travail, dans la dégradation et le durcissement des conditions de travail – un durcissement qui engendre maintes maladies, maintes souffrances psychiques (pensons aux troubles musculo-squelettiques ou encore au burn out) et de nombreux accidents (540 accidents mortels en 2013 en France !).
Les véritables voyous, on le voit, ce sont les capitalistes qui n’ont d’autre morale que l’argent, et non pas les salariés qui se défendent comme ils le peuvent.
Comme les 2900 salariés d’Air France concernés par le « plan social », tous ceux dont la vie est réduite à une simple variable d’ajustement ont le droit et même le devoir de se révolter.
Non seulement les «violences» commises par les salariés d’Air France ne sont pas condamnables, mais elles sont à saluer. Elles sont à saluer eu égard à ce qu’elles incarnent d’exemplaire et réjouissante rupture avec toutes nos habitudes serviles et masochistes.
La peur doit changer de camp. Il est temps de faire comprendre à tout ce beau monde qu’on ne peut pas semer la misère et le malheur impunément. Il est temps de leur faire comprendre qu’on ne peut pas humilier des êtres humains et prétendre en même temps au respect de sa personne. Les capitalistes ont à leur disposition une police et une «justice» pour nous intimider et nous faire marcher droit ; opposons-leur une force plus dissuasive encore : celle qui a la vérité et la justice avec elle, celle qui requiert une unité et une solidarité sans faille de notre camp, celle qui se déploie à travers nos luttes et nos mille et une bravoures, celle qui se nourrit sans cesse de notre intelligence et de notre inventivité.
Le caractère démentiel des réactions politiques et médiatiques, la brutalité de la riposte judiciaire et policière – des salariés rebelles menacés de trois de prison, et interpellés chez eux à six heures du matin, comme s’il s’agissait de dangereux criminels, pour être placés en garde à vue pendant plus d’une journée -, n’étonnera que ceux qui ignorent que nous sommes en guerre. Oui, c’est bien une guerre quotidienne que les riches et les capitalistes nous mènent pour s’assurer de notre dévouement à les servir et les enrichir. Oui, c’est bien une guerre qu’ils mènent pour se goinfrer toujours plus au détriment de notre droit à la vie et au bonheur. Oui, c’est bien une guerre qu’ils mènent pour démanteler tous nos acquis sociaux, qui sont pour eux autant d’inacceptables entraves à leurs criminelles ambitions. Oui, c’est bien une guerre dont il s’agit – une guerre économique, idéologique, psychologique bien davantage encore que policière et judiciaire. Le temps est venu d’en prendre conscience et d’enclencher la contre-offensive. Le temps est venu de reprendre l’offensive contre tous ceux qui, comme le patron d’Air France, se croient autorisés à briser la vie de milliers de gens et cachent à peine leur volonté d’en finir, entre autres choses, avec le droit de grève et l’interdiction du travail des enfants !

(texte mis à jour le 15 octobre)

***

bousculage des patrons

La vraie violence n’est pas « celle des coups de poing »

« Qu’est-ce que la violence ? Pas seulement celle des coups de poing ou des coups de couteau des agressions physiques directes, mais aussi celle qui se traduit par la pauvreté des uns et la richesse des autres. Qui permet la distribution des dividendes en même temps que le licenciement de ceux qui les ont produits. Qui autorise des rémunérations pharaoniques en millions d’euros et des revalorisations du Smic qui se comptent en centimes.  »

Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, « La violence des riches : Chronique d’une immense casse sociale »

La violence des capitalistes « ne fait pas de bruit » mais c’est pourtant la plus terrible

« La violence c’est une chose grossière, palpable, saisissable chez les ouvriers : un geste de menace, il est vu, il est noté. Un acte de brutalité, il est vu, il est retenu. Une démarche d’intimidation est saisie, constatée, traînée devant les juges. Le propre de l’action ouvrière dans ce conflit, lorsqu’elle s’exagère, lorsqu’elle s’exaspère, c’est de procéder en effet par la brutalité visible et saisissable des actes. Ah ! Le patronat n’a pas besoin, lui, pour exercer une action violente, de gestes désordonnés et de paroles tumultueuses ! Quelques hommes se rassemblent, à huis clos, dans la sécurité, dans l’intimité d’un conseil d’administration, et à quelques-uns, sans violence, sans gestes désordonnés, sans éclat de voix, comme des diplomates causant autour du tapis vert, ils décident que le salaire raisonnable sera refusé aux ouvriers ; ils décident que les ouvriers qui continueront la lutte seront exclus, seront chassés, seront désignés par des marques imperceptibles, mais connue des autres patrons, à l’universelle vindicte patronale. Cela ne fait pas de bruit ; c’est le travail meurtrier de la machine qui, dans son engrenage, dans ses laminoires, dans ses courroies, a pris l’homme palpitant et criant ; la machine ne grince même pas et c’est en silence qu’elle le broie. (…) Tandis que l’acte de violence de l’ouvrier apparaît toujours, est toujours défini, toujours aisément frappé, la responsabilité profonde et meurtrière des grands patrons, des grands capitalistes, elle se dérobe, elle s’évanouit dans une sorte d’obscurité. »

Jean Jaurès dans un discours à l’Assemblée nationale, le 19 juin 1906.

Il ne peut y avoir de limite à la fraternité (Léon Tolstoï)

MigrantsImaginons des hommes – un homme et une femme, un époux et une épouse, un frère et une sœur, un père et une fille, une mère et un fils – appartenant à une classe riche et qui aient bien compris ce qu’a de coupable une vie luxueuse et oisive à côté de l’indigence du peuple exploité ; et imaginons que ces hommes quittent la ville après avoir abandonné leur superflu, ne gardant pour tous deux, par exemple, qu’un revenu annuel de cent cinquante roubles ; ou que, n’ayant rien conservé, ils gagnent cette somme en travaillant, par exemple, en peignant sur porcelaine, en traduisant de bons livres. Et ils vivent à la campagne, en pleine campagne russe, dans une petite maisonnette qu’ils ont louée ou achetée ; ils cultivent un jardin potager, élèvent des abeilles, et en même temps viennent en aide aux paysans : en les soignant s’ils savent la médecine, en écrivant leurs lettres, en apprenant à lire aux enfants, etc. (…)

Puisque ces hommes renoncent aux joies, au luxe, au bien-être que procurent la ville et l’argent, c’est évidemment parce qu’ils considèrent tous les hommes comme des frères égaux devant un Père, non pas égaux par les facultés, les dignités, mais par le droit à la vie et à tout ce qu’elle peut procurer. (…) [Si] ces hommes ont quitté la ville pour vivre ainsi à la campagne, c’est parce qu’ils croient à la fraternité humaine, non pas en paroles, mais en fait, et parce qu’ils veulent qu’elle se réalise, sinon en totalité, du moins dans ce qui dépend d’eux-mêmes. Et cette tentative, s’ils sont sincères, doit les mettre dans une situation effroyable. (…)

Tout d’abord le peuple les fuit : il croit que, comme tous les riches, ceux-ci vont aussi garder leurs biens par la violence, et c’est pourquoi il ne leur demande rien. Mais (…) on apprend qu’ils sont prêts à rendre service sans aucune rémunération ; (…) alors affluent, chaque jour plus nombreuses, des requêtes de toutes sortes, puis ce n’est plus une prière, mais la demande formelle du partage de leur superflu. Et, en même temps, ces gens, qui se sont installés à la campagne et approchent journellement le peuple, sentent d’eux-mêmes la nécessité inéluctable de donner ce superflu aux misérables. Et non seulement ils sentent la nécessité de donner tout leur superflu, ils ne peuvent s’arrêter, parce que toujours autour d’eux il y a une grande misère près de laquelle ils ont du superflu : on croyait pouvoir se réserver un verre de lait, mais chez Matrena il y a deux enfants à la mamelle qui ne trouvent pas de lait dans le sein de leur mère, ils ont deux ans et commencent à dépérir ; on croyait pouvoir garder un oreiller et une couverture pour dormir comme on en avait l’habitude, après une journée de travail, mais le malade est étendu sur son habit de pouilleux, il a froid la nuit n’ayant que quelques loques pour se couvrir ; on croyait pouvoir garder du thé, des aliments, mais il faut les donner aux voyageurs vieux et faibles ; on croyait pouvoir conserver une maison propre, mais des gamins sont venus, on leur a donné un abri pour la nuit, et ils y ont laissé des poux. On ne peut s’arrêter, et où s’arrêter ! Seuls ceux qui ignorent complètement ce sentiment de fraternité humaine qui a fait venir ces hommes à la campagne, ou ceux qui sont si habitués à mentir qu’ils ne voient pas de différence entre le mensonge et à la vérité, diront qu’il y a une limite où l’on peut s’arrêter. Non, cette limite n’existe pas, le sentiment qui conduit à un tel acte est illimité, et s’il a une limite, c’est que ce sentiment fut, non pas sincère, mais hypocrite.

Je continue à m’imaginer ces hommes. Ils ont travaillé toute la journée et sont rentrés à la maison : ils n’ont plus ni lit, ni oreiller, ils dorment sur de la paille qu’ils ont trouvée, et s’endorment après avoir mangé un morceau de pain. L’automne, il pleut, ou il y a de la neige ; on frappe chez eux. Peuvent-ils ne pas ouvrir ? Entre un homme mouillé et en sueur ; que faire ? le laisser sur de la paille sèche ! mais il n’y a plus de paille sèche ; et ainsi il faut : ou chasser le malade, ou le mettre tout mouillé sur le parquet, ou donner sa propre paillasse, et, comme on doit dormir soi-même, coucher avec lui. Mais ceci est peu. Un homme vient ; vous savez que c’est un ivrogne et une canaille, plusieurs fois déjà vous êtes venu à son secours, et chaque fois il a bu ce que vous lui aviez donné : il est là et, d’une voix tremblante, il vous demande de lui donner trois roubles ; il a volé et dépensé cette somme, et s’il ne la rend pas, il sera traîné en prison. Vous lui dites que vous n’avez que quatre roubles et qu’ils vous sont nécessaires le lendemain pour un paiement. Alors, le misérable vous dit : « Paroles que tout cela ! Quand il faut agir, vous êtes comme tous les autres : qu’il périsse celui que nous appelons notre frère, peu nous importe ! »

Comment agir ? que faire ? mettre le malade sur le parquet humide et se coucher sur la paille sèche ou bien ne pas dormir ; le mettre sur sa paillasse, coucher avec lui, et être infesté de poux et contaminé par le typhus ? Donner au solliciteur les trois roubles, c’est rester sans pain pour demain ; les lui refuser, c’est comme il le dit, renier ce au nom de quoi on vit. Si l’on peut s’arrêter ici, pourquoi ne pas s’arrêter plus tôt ? pourquoi fallait-il venir en aide aux hommes ? pourquoi donner son argent, quitter la ville ? où est la limite ? S’il y a une limite à l’œuvre entreprise, elle n’a pas de raison d’être et n’est qu’une affreuse hypocrisie.

Que faire ici ? que faire ? Ne pas s’arrêter, c’est ruiner sa vie, avoir des poux, dépérir, mourir, et inutilement, à ce qu’il semble ; s’arrêter, c’est renoncer à tout ce qu’on a fait jusqu’alors, à ce au nom de quoi on a fait quelque chose de bien. (…)

Supposons que ces hommes, non effrayés de la situation fatale que leur a faite l’obligation du sacrifice, soient convaincus que cette situation vient de l’insuffisance des moyens dont ils ont pu disposer pour secourir le peuple, et qu’avec beaucoup d’argent ils eussent été plus utiles ; et supposons encore que ces hommes, ayant trouvé le moyen de se procurer des sommes énormes, commencent à aider leurs semblables ; après quelques semaines, la situation sera la même, car en peu de temps tout l’argent disparaîtra dans les trous faits par la pauvreté.

Peut-être y a-t-il une autre solution ? Certains disent qu’elle existe et qu’elle consiste à développer l’intelligence des hommes, et alors sera détruite l’inégalité. Mais cette solution est évidemment un leurre : on ne peut pas instruire une population qui à chaque instant est menacée de mourir de faim ; et la fausseté des gens qui propagent ce moyen est évidente : qui veut contribuer à établir l’égalité, que ce soit par la science ou autrement, ne peut toute sa vie supporter cette inégalité.

Mais il y a encore une quatrième solution : aider à abolir les causes qui font l’inégalité, aider à abolir la violence qui en est la source. Et cette solution doit se présenter fatalement à ces hommes sincères qui essaient de réaliser dans leur vie la conception qu’ils ont de la fraternité humaine. « Si nous ne pouvons pas vivre ici, dans la campagne – diront ceux que je me représente – si notre situation est telle que nous devions forcément dépérir, être rongés de vermine et mourir d’une lente mort, ou bien renoncer à la seule base morale de notre vie, c’est que les richesses sont accumulées chez les uns, et la misère chez les autres ; cette inégalité naît de la violence ; à la base de tout est la violence et c’est contre elle qu’il faut lutter. » Il n’y a que l’abolition de la violence et celle de l’esclavage, son fruit, qui puisse permettre de secourir les hommes, sans pour cela faire le sacrifice de sa vie.

Mais comment détruire cette violence ? où est-elle ? Elle est dans le soldat, dans le gardien, dans le bailli, dans la serrure qui ferme ma porte. Où et comment puis-je lutter contre eux ? (…)

[Un] homme sincère ne peut pas lutter contre la violence par la violence : c’est remplacer un mal ancien par un nouveau (…) ; employer l’argent acquis par la violence au soulagement d’hommes que la violence a fait malheureux, c’est guérir par la violence les blessures qu’elle a faites. Même dans le cas que j’ai cité : ne pas admettre le malade chez soi et dans son lit, ne pas donner les trois roubles parce qu’on a la force pour soi, c’est aussi la violence. C’est pourquoi la lutte contre la violence, dans notre société, entraîne, pour l’homme qui veut vivre fraternellement, la nécessité de sacrifier sa vie. (…)

Il n’y a pas d’autre issue que la lutte et le sacrifice, et le sacrifice jusqu’au bout. Il faut voir cet abîme qui sépare des surnourris et des opulents les faméliques et les vermineux. Pour le combler, il faut des sacrifices, et non cette hypocrisie par laquelle nous essayons de nous cacher le fond de cet abîme. On peut ne pas trouver en soi le courage de s’y précipiter ; mais le contourner n’est pas possible à l’homme qui cherche la vie. On peut ne pas s’y jeter ; mais il faut s’avouer qu’il existe et non s’ingénier à se tromper soi-même et mentir.

Léon Tolstoï, Ce que veut l’amour (1901)