Publié dans Articles, Citations, signé réveil-mutin, Vidéos

Solidarité avec les Grecs en lutte ! A bas la dictature des banquiers !

oxi

Solidarité avec les Grecs qui résistent courageusement aux charognards de l’UE et du FMI et à leurs injonctions et méthodes infamantes !

On veut nous faire croire que les Grecs auraient une dette à payer aux banques, qu’ils seraient responsables de la situation actuelle et qu’ils n’auraient donc pas d’autres choix que d’accepter encore et encore les sacrifices exigés par l’Union européenne et le FMI. On veut nous faire croire que les Grecs seraient des paresseux qui s’en seraient foutu plein les poches pendant des années et qu’il est bien normal qu’ils paient aujourd’hui leurs folies passées. On veut nous faire croire que le FMI, l’Union européenne ne seraient là-dedans que des bienfaiteurs et que les Grecs devraient être heureux qu’ils viennent les aider à payer « leur » dette.

La vérité c’est que l’on nous fait prendre pour une dette ce qui n’est qu’un racket organisé. La vérité c’est que cette « dette » n’est pas celle des Grecs mais le fruit de magouilles politico-bancaires et qu’elle n’est qu’un prétexte depuis 2010 à une politique de régression sociale, de saccage des solidarités et des services publics… Une politique qui n’a imposé de sacrifices qu’aux pauvres et a toujours épargné les plus riches. Une politique qui a eu pour conséquences l’explosion de la misère, de la malnutrition, de la mortalité infantile, du nombre de suicides… Des vies détruites, des conditions de vie dégradées, une catastrophe humanitaire, un peuple humilié, tout cela uniquement pour assouvir la cupidité de banquiers, tout cela uniquement pour remplir les poches de banquiers déjà plus que pleines !

Une politique malfaisante, criminelle que ces prédateurs déguisés en bienfaiteurs voudraient encore accentuer malgré le choix démocratique que les Grecs ont fait en janvier dernier (entre autres choses, ces salauds-là réclament une baisse des petites pensions et une augmentation de la TVA, autant dire des mesures qui rendraient encore plus difficile la vie des Grecs les plus pauvres). Une politique malfaisante, criminelle contre laquelle les Grecs (et leur premier ministre en tête) osent se rebeller, ce qui a le don d’agacer ces racailles en cravates qui redoublent d’ignominies et sont prêts aujourd’hui à asphyxier complètement la Grèce et à y installer la panique totale pour discréditer Syriza et obtenir l’obéissance et la résignation. Organiser un référendum pour que les Grecs puissent décider eux-mêmes s’ils acceptent ou non le plan du FMI et de la Commission européenne ? In-sup-por-ta-ble pour les Juncker, Merkel, Hollande et compagnie qui considèrent que ce sont aux banquiers de régenter nos vies.

Insistons bien là-dessus : ce qui se passe en Grèce depuis cinq ans n’est pas une « crise » mais une guerre menée par les banquiers, les capitalistes et l’ensemble des plus riches : une guerre de pillage, une guerre contre les pauvres, une guerre contre la prétention du peuple grec à disposer librement de son destin. Ce qui se passe en Grèce c’est aussi l’affrontement de deux visions du monde inconciliables : celle qui subordonne tout à la cupidité de quelques-uns contre celle, au contraire, où la dignité et l’épanouissement de chacun prévalent sur les caprices de quelques mafieux.

Les jours qui vont suivre, jusqu’au référendum du 5 juillet, seront décisifs. Les charognards vont exercer une pression terrible sur les Grecs, ils vont tout faire pour briser la résistance grecque et au-delà l’espoir dans un changement global de société, celui qu’incarnent notamment (certes à un degré modeste) Syriza ou encore Podemos en Espagne. Ils veulent faire de la Grèce un exemple, pour montrer ce qu’il en coûte de s’insurger, pour nous rentrer dans la tête qu’il n’y a pas d’alternative possible au monde tel qu’il est. Mais que les Grecs tiennent bon et ce serait assurément un tournant majeur pour les luttes sociales en Europe.

Bref, plus que jamais, il est important, crucial de montrer notre solidarité avec les Grecs en lutte, de relayer la vérité sur ce qui se passe là-bas et d’exercer la pression la plus forte sur nos gouvernants ! Plus que temps aussi de rejoindre la lutte en question, la lutte contre toutes ces crapules qui saccagent nos existences pour le pognon, la lutte pour rendre ce monde enfin vivable !

serrer la ceinture grèce

***

« LUTTER CONTRE LA RESIGNATION, C’EST D’ABORD LUTTER CONTRE LA DESINFORMATION

Cette semaine, la lutte dans l’opinion publique s’annonce cruciale et décisive, face au rouleau-compresseur des médias dominants.

N’hésitez pas à vous emparer du petit film ci-dessous (dix minutes) pour rétablir la vérité, notre vérité, et montrer la situation réelle et la dynamique de résistance en Grèce et en Espagne.

En effet, il est très important de montrer que ce qui se passe cette semaine n’est pas seulement le problème de la Grèce.

Pour que souffle le vent du sud, aussi loin que possible, contre la résignation. »

« C’EST LE MOMENT OU JAMAIS, POUR TOUTES CELLES ET CEUX QUI SOUTIENNENT NOTRE RÉSISTANCE EN EUROPE ET AILLEURS, DE LE MONTRER DE TOUTES LES FAÇONS POSSIBLES JUSQU’AU DIMANCHE 5 JUILLET.

Créez, luttez, soyez inventifs. Faites circuler vos photos, vidéos, chansons, actions, messages… Partagez-les ici et ailleurs, autant que possible.

C’est maintenant que ça se joue, non pas seulement pour la résistance grecque, mais aussi, bien au-delà, pour l’imaginaire social de tout un continent.

NOUS AVONS UNE SEMAINE POUR DONNER UN SIGNAL FORT ET SORTIR DES MILLIONS DE PERSONNES DE LA RÉSIGNATION. »

Yannis Youlountas

http://jeluttedoncjesuis.net/

 

****

« L’euro ou la haine de la démocratie » (article de Frédéric Lordon publié ce lundi 29 juin)

****

A propos de la crise humanitaire provoquée par les politiques d’austérité en Grèce, cet article du Secours populaire : https://www.secourspopulaire.fr/crise-humanitaire-en-grece

 

Publicités
Publié dans Articles, Conférences, entretiens, Vidéos

Contre-information sur la situation en Grèce (Yannis Youlountas)

L’ANALYSE DE YANNIS (EN 28 MINUTES) SUR LES DESSOUS DU BATTAGE MÉDIATIQUE SUR LA GRÈCE, CETTE SEMAINE.
En particulier :
1 – Situation réelle et perspectives.
2 – Pourquoi les négociations vont aboutir.
3 – Pourquoi la dette finira par être annulée.
4 – Pourquoi le Grexit pourrait intervenir en octobre.

L’entretien date de ce lundi 22 juin. Des infos et analyses plus récentes sur l’avancée des négociations sont disponibles sur le site de Yannis Youlountas dédié à son nouveau film : http://jeluttedoncjesuis.net/

yy

******

Jeudi 25 juin 2015, 15h.

Comment les arguments économiques et financiers sur la Grèce, relayés quotidiennement par les médias dominants, ne servent que de prétextes à un processus politique et idéologique aux conséquences dramatiques.

LES TYRANS QUE NOUS AVONS EN FACE DE NOUS,
À BRUXELLES ET AILLEURS, NE SONT PAS DES GESTIONNAIRES AVEUGLES,
MAIS DES ASSASSINS QUI SAVENT PARFAITEMENT CE QU’ILS FONT.

Pour faire simple et court : pourquoi la BCE et le FMI ont-ils racheté la quasi-totalité des dettes de la Grèce ? A la fois pour faire des cadeaux, comme d’habitude*, aux banques privées (principalement françaises et allemandes, dont certaines ont réussi à faire de grosses plus-values malgré la crise financière), mais aussi et surtout pour prendre pleinement le contrôle de la situation et faire de la « crise grecque » une affaire purement et totalement politique et idéologique.

Oubliez un peu les arguments économiques et financiers dont parlent tant les médias dominants. Certes, ils existent, bien sûr, mais ils ne sont pas le motif principal de ce qui se déroule sous nos yeux.

Dans ce qui se passe à Bruxelles, tous les arguments économiques et financiers ne servent que de prétextes à un processus politique et idéologique aux conséquences dramatiques, qui s’amplifie quotidiennement partout en Europe, à des vitesses différentes, et qui essaie, simultanément, de piéger et de tuer tous les espoirs alternatifs qui s’expriment intensément et diversement en Grèce.

Le revolver qu’on nous met sur la tempe est politique. Disons-le sans détour : les tyrans que nous avons en face de nous, à Bruxelles et ailleurs, ne sont pas des gestionnaires aveugles, mais des assassins qui savent parfaitement ce qu’il font.

Un jour viendra où il faudra organiser un nouveau Tribunal de Nuremberg, qui s’appellera peut-être le TRIBUNAL DE BRUXELLES, POUR JUGER TOUS LES CRIMES DU CAPITALISME, notamment néolibéral, et mettre hors d’état de nuire leurs auteurs et leurs complices.

800 millions d’êtres humains souffrent officiellement de la faim dans le monde et deux milliards sont en sous-nutrition**. Innombrables sont les victimes chaque jour, dont beaucoup d’enfants. Des milliards de vies sont diversement ravagées ou réduites en esclavage.

Vienne le temps de dire non. Le temps des cerises. Le temps de vivre.

Y.Y.

* Par exemple, comme Sarkozy l’a fait en France lors de la crise des subprimes (cf. Lordon et Mordillat : « le grand retournement »).
** Nouveaux chiffres de la FAO, datant d’il y a une semaine

Publié dans Articles

Pour en finir avec les bobards médiatiques sur la Grèce et « sa » dette

arton9851« Grèce : petit guide contre les bobards médiatiques« 

Une brochure réalisée par le Collectif pour un audit citoyen de la dette publique.

« Malgré l’ingérence et la pression  des dirigeants de l’Union européenne, le peuple grec a décidé de prendre courageusement son destin en main et d’en finir avec les politiques d’austérité qui ont plongé le pays dans la misère et la récession.
Dans les pays victimes de la Troïka, mais aussi dans de nombreux autres pays  européens, la victoire de Syriza est perçue comme un formidable encouragement à lutter pour mettre un terme  à des politiques profitables aux marchés financiers et désastreuses pour les populations. (…)
Mais déjà les grands médias relaient l’idée absurde selon laquelle l’annulation  de la dette grecque “coûterait 600 euros à chaque contribuable français”.  A mesure que les négociations vont  se durcir entre la Grèce et la Troïka, la propagande va s’intensifier et notre travail d’éducation populaire sur la question de la dette publique va devenir de plus en plus nécessaire. Ce petit guide contre les bobards médiatiques a vocation à y contribuer en proposant des réponses aux idées reçues sur la dette grecque. »

***

A noter aussi que ce même collectif a lancé un appel pour soutenir les Grecs face à ceux qui entendent bien continuer à l’étrangler sous leurs diktats austéritaires. On peut y adjoindre sa signature ici  :

http://www.audit-citoyen.org/?p=6412